"/>
Chaussure de foot écrasant un sifflet
15
Fév
2016

Marcel Javaux, l’analyste arbitrage de "La Tribune" estime que le monde du football doit protéger davantage le sifflet.

Le monde du football ne protège pas suffisamment ses arbitres... et en perd beaucoup. Photo : Martin Meyer.

Marcel Javaux, l’analyste arbitrage de "La Tribune" estime que le monde du football doit protéger davantage le sifflet.

15 Fév
2016

“Beaucoup de travail en profondeur reste à faire pour le respect de l’arbitrage”

Chaque week-end, des altercations entre joueurs et arbitres rythment le cours de nos championnats belges de football. Les exemples les plus frappants se situent évidemment en division 1, puisqu’elle est la plus médiatisée. Cependant, ces gestes ou paroles d’énervement se produisent autour et sur tous les terrains de football du pays, qu’ils soient professionnels ou amateurs. Beaucoup d’arbitres subissent des insultes chaque semaine, les poussant parfois à la retraite anticipée. Pour Marcel Javaux, ex-arbitre et analyste pour la RTBF, le monde du football doit évoluer. Interview.

Depuis que vous côtoyez le football belge, en tant qu’arbitre ou en tant qu’analyste, avez-vous constaté un changement dans le comportement des joueurs envers les arbitres ?

Oui, il y a beaucoup plus de protestations qu’avant. A mon avis, ce n’est pas uniquement un problème lié au football. C’est un problème de société. Tout ce qui relève de l’autorité en général est de plus en plus bafoué. Il suffit de regarder les informations tous les jours, il y a des exemples multiples.

Pensez-vous que cette attitude des joueurs est propre à notre championnat belge ?

Photo de Marcel Javaux

Marcel Javaux a été arbitre professionnel de football

Non, je regarde beaucoup le football anglais et français et ils discutent autant que chez nous. Je crois qu’il serait temps que le monde footballistique applique les principes du rugby où seul le capitaine a le droit de s’adresser à l’arbitre. Dans le cas où un autre joueur vient se plaindre chez l’arbitre, il reçoit directement un carton jaune et est exclu momentanément.

Pour vous, le public est-il assez tolérant envers les arbitres ?

Le public voit le stade comme un défouloir où tout lui est permis. Je suis président du comité provincial de la province du Luxembourg et nous allons lancer une campagne contre le racisme et la xénophobie. Nous avons des jeunes filles qui jouent au football qui sont insultées de « gonzesses », dont certains disent « qu’on les envoie à la danse plutôt qu’au football »… C’est assez bas comme mentalité mais c’est notre société qui est comme ça. Il y a beaucoup de travail en profondeur qui reste à faire. Il faut commencer à la maison, dès que les enfants savent marcher et continuer à l’école. A partir du moment où les professeurs ne sont plus respectés comme ils méritent de l’être, ça devient difficile.

Les arbitres souffrent-ils de cette remise en question constante ? N’ont-ils pas parfois envie de claquer la porte ?

Personnellement, je n’étais jamais aussi fort que lorsqu’on m’engueulait. J’avais envie de prouver que j’étais capable de le faire. Cela dépend donc de la personnalité. Mais il est vrai que les arbitres actuels sont beaucoup plus épiés que nous ne l’étions à l’époque. Lors de la première rencontre que j’ai arbitrée en direct, je crois qu’il y avait six ou huit caméras. Maintenant, il y en a quatorze. Le jeu est donc plus épié… Et plus rapide aussi. Les matchs sont donc plus difficiles à gérer pour l’arbitre évidemment.

Pour l’avenir, comment pensez-vous que la situation va évoluer ?

Je ne suis pas très optimiste. Quand je vois ce qu’il se passe en province le long du terrain lors des matchs de jeunes, c’est pénible. Lorsqu’il y a 40 personnes autour du terrain, la première insulte qui fuse tout le monde l’entend. Dans un stade bruyant de 30.000 personnes, les insultes sont moins remarquées. Le football amateur est donc plus fragile à ce niveau-là.

Les arbitres y sont donc plus vulnérables…

Bien sûr… Quand il y en a ! Malheureusement, beaucoup de matchs de jeunes ne trouvent plus d’arbitres. Nous sommes en manque de vocation. Il y a de plus en plus de jeunes qui arrêtent après quelques matchs. Au départ, ils sont très motivés, mais quand ils voient comment ça se passe, à quel point ils sont insultés, Ils arrêtent. C’est bien dommage.

Quelle est la solution ?

L’éducation ! C’est la base.

Marcel Javaux

Né le 19 février 1956 à Villance (Province du Luxembourg)

Policier retraité

Ex-arbitre du championnat de Belgique entre 1990 et 2001

Président du Comité provincial du Luxembourg

Analyste arbitrage dans l’émission football de la RTBF, “La Tribune”, depuis 2006

Propos recueillis par Martin Meyer

Charte des commentaires

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, et utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans en mentionner la source. La rédaction du BBB se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office. Les commentaires sont modérés a priori.

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Deux rangées de joueurs de football américain se font face avant le coup d'envoi
Le football américain amateur : un sport stratégique, mais pas brutal

111 millions de téléspectateurs. Le Super Bowl, qui s'est tenu dimanche 7 février, est la grand-messe des amateurs de football américain aux États-Unis....

Fermer