"/>
potager collectif Bibliothèque royale de Bruxelles
27
Oct
2015

Vivre dans une ville comme Bruxelles et posséder son potager est de plus en plus possible.

Le potager collectif sur le toit de la Bibliothèque royale de Bruxelles.

Vivre dans une ville comme Bruxelles et posséder son potager est de plus en plus possible.

27 Oct
2015

Mise au vert à Bruxelles avec les jardins potagers

Depuis quelques années, des potagers collectifs poussent un peu partout dans la région bruxelloise. Largement répandus en Amérique du Nord, cette pratique commence à faire son petit bonhomme de chemin en Europe. En tant que capitale du Vieux continent, Bruxelles n’échappe pas à cette nouvelle mouvance. Ses toits et autres lieux inexploités se transforment en nombreux espaces verts.

Un potager collectif, c’est quoi ?

Il s’agit avant tout d’une parcelle gérée par des personnes désireuses de s’y investir. « Un organigramme est affiché dans la serre. Mais comme nous sommes un ensemble de bénévoles qui ne viennent pas tous au même moment, il est difficile d’imposer réellement un modus operandi », explique Kathleen, volontaire au potager situé sur les toits de la Bibliothèque royale de Belgique. La première mission de cette initiative collective est, comme son nom l’indique, de regrouper un maximum de monde autour d’un intérêt commun : le jardinage sous toutes ses formes. Deuxième objectif : proposer à la population bruxelloise des légumes frais, bio, issus d’un processus sain et local. Ce qui représente une économie au niveau des coûts de transport et une moindre pollution liée aux emballages.

La coordination est généralement réalisée via des associations : Le Début des haricots asbl, le Collectif Ipé et 21solutions. Bruxelles environnement alloue un budget de 14,730 millions d’euros afin de soutenir les différentes mises en place de ces espaces verts.

Un exemple concret : la Bibliothèque royale de Belgique

Lorsque l’on parle de potager collectif à Bruxelles, le plus connu est sans aucun doute celui situé sur le toit de la Bibliothèque royale de Belgique (KBR). Ce projet est né en janvier 2012 sous l’initiative de Filippo Dattola et constitue le fer de lance des nouveaux espaces verts collectifs dans la capitale.

La surface de la terrasse mesure environ 350m2. L’endroit a été choisi pour son exposition au soleil, et notamment un accès facile via les ascenseurs de la bibliothèque. L’inconvénient majeur reste le vent dont la force à cette hauteur n’est pas toujours facile à anticiper. Au point de vue purement technique, la Régie des bâtiments a assuré que le poids de toutes les plantations ne représentait pas de danger et que l’évacuation de l’eau se faisait facilement grâce au carrelage flottant présent sur le toit.

L’eau de la cafétéria pour arroser le potager

Le potager se compose de 500 sacs en toile géotextile. Dont l’arrosage s’effectue grâce à un système de goute-à-goutte via une pompe qui fonctionne par énergie solaire. Le point négatif de ces contenants s’avère être leur perméabilité. Ils nécessitent un apport en eau assez conséquent. Les bénévoles peuvent compter sur l’accord de la bibliothèque pour utiliser l’eau courante de la cafétéria, bien que le potager dispose de trois citernes de 1.000 litres chacune récoltant l’eau de pluie du Palais Charles de Lorraine adjacent au toit de la KBR.

Au-delà de l’aspect technique, ce potager à d’abord pour mission une certaine éducation de la population vis-à-vis des légumes. Il permet d’établir une proximité entre les gens et ce qu’ils consomment, étape inexistante au niveau des supermarchés. La sensibilisation se fait beaucoup au niveau des enfants qui apprécient énormément de découvrir les différents processus liés au jardinage, qu’il s’agisse de légumes ou bien de fleurs. Beaucoup d’écoles se rendent sur place afin de découvrir ce potager hors du commun, dont les récoltes sont vendues à la cafétéria de la KBR, dans des magasins « slow-food » avoisinants ou encore dans des mini-marchés organisés sur place.

Charte des commentaires

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, et utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans en mentionner la source. La rédaction du BBB se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office. Les commentaires sont modérés a priori.

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Avec Bach Héritage, la musique classique a pris un coup de jeune

Ils étaient trois à se prêter au jeu de l’interprétation de Bach, l’un des plus grands compositeurs, mercredi 21 octobre,...

Fermer