"/>
18
Nov
2016

« Would you react ? ». Jonathan interpelle le public en mettant en scène le peu de réactions face aux incivilités ou à la violence.

Jonathan Lambinet fondateur de « Would you react ? »

« Would you react ? ». Jonathan interpelle le public en mettant en scène le peu de réactions face aux incivilités ou à la violence.

18 Nov
2016

Des caméras cachées pour dénoncer la passivité face aux agressions

Jobiste au Quick de la rue Neuve, Jonathan Lambinet est témoin tous les jours d’au moins un vol. Quotidiennement, le même schéma se répète : un voleur s’en prend aux clients en toute impunité, face à l’indifférence générale. Avec l’expérience, Jonathan repère les profils et coince les brigands. Un événement va particulièrement le marquer : une femme se fait arracher son collier en pleine rue. Trois constats affolent Jonathan : l’incompréhension de la victime, la désinvolture du voleur qui part en marchant et la passivité des témoins. Pour Jonathan, c’en est trop, il décide de fonder « Would you react ? »

Cette initiative citoyenne se base sur le constat que les gens ne savent pas comment réagir face à des situations d’incivilité ou d’agression. Jonathan et son équipe créent des vidéos tournées en caméra cachée où des acteurs simulent des scènes choquantes. Au terme de la vidéo, des spécialistes interviennent pour analyser les comportements observés et expliquer comment réagir face à de telles situations.

Sensibiliser, éduquer, promouvoir

« Would you react ? » s’est donné trois missions : sensibiliser, éduquer et promouvoir autour de valeurs d’entraide et d’action citoyenne. Consécration pour le projet, des écoles sollicitent ses membres pour intervenir auprès des jeunes à partir de 14 ans. Des interventions pertinentes puisque leurs vidéos sont suivies principalement par les 18-34 ans.

Jonathan souligne avec plaisir que la jeune génération se sent concernée par la vie publique. Certaines vidéos avoisinent le million de vues sur YouTube, un succès incontestable. Les internautes partagent, commentent et sont mis à contribution pour le choix des sujets à venir.

Les vidéos les plus vues abordent des thèmes comme le harcèlement scolaire (988 000 vues), le viol (800 000 vues) ou les remarques sexistes (770 000 vues). Des sujets moins médiatisés, mais tout aussi préoccupants, sont abordés comme l’abandon des animaux, les préjugés envers les jeunes ou les personnes en surpoids. À venir, une vidéo qui se penche sur les sans-abri et qui montre qu’un simple bonjour a parfois plus de valeur qu’une pièce de monnaie.

Jonathan a choisi l’image pour faire passer son message. Mais il remarque que le public n’est pas intéressé par une explication trop élémentaire des gestes à adopter. Les vidéos affichent d’ailleurs une baisse de 30% d’audience lors de l’intervention des spécialistes. Le jeune homme détourne alors l’attention des internautes en empruntant une ruse à son père : « Quand mon chat était malade, impossible de lui faire avaler un médicament. Alors mon père le cachait dans sa nourriture. Et le chat mangeait le médicament sans s’en rendre compte. » Il propose aux internautes les images sensationnelles dont ils sont si friands, et y ajoute subtilement son “médicament”, un message de solidarité.

Il a toujours été comme ça. Héros, justicier

Jonathan est décrit par Yves-Pascal, son ami et associé dans le projet, comme un homme passionné qui aime que les choses soient justes. « Il a toujours été comme ça. Héros, justicier. »

« Would you react ? » est mené de main de maître par un noyau dur de deux personnes, qui s’entourent de caméraman et d’acteurs. Tous travaillent bénévolement. Aucune ambition financière n’est affichée, au contraire : «  J’ai déjà mis pas mal la main à la poche ! Mais on ne veut pas gagner d’argent. On est rémunéré par le sourire des gens, les pleurs parfois. Le plus poignant, c’est quand on tombe par hasard sur des personnes qui ont déjà vécu ces situations, comme dans la vidéo sur le viol en rue, et qui nous remercient ».

Charte des commentaires

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, et utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans en mentionner la source. La rédaction du BBB se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office. Les commentaires sont modérés a priori.

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Agenda du weekend : Bruxelles ma culturelle

Spectacle Besoin d’oublier le stress de la semaine, hein ? Quelle meilleure thérapie que le rire pour commencer le weekend ? Manon...

Fermer