"/>
Joseph ferme
06
Déc
2016

Président de la FWA, l'agriculteur fait face à la crise du lait avec sa double casquette de syndicaliste et de producteur laitier.

Joseph Pontier : « C’est important que les gens que je défends sachent que je connais la réalité du terrain. »

Président de la FWA, l'agriculteur fait face à la crise du lait avec sa double casquette de syndicaliste et de producteur laitier.

06 Déc
2016

Joseph Ponthier, un trait d’union dans la crise du lait

Depuis 2015, le secteur agricole traverse une crise du lait provoquée par un effondrement des prix. Cette troisième crise en moins de dix ans s’installe dans le temps et plonge les agriculteurs dans la précarité. En écho à cette problématique, la Fédération wallonne de l’Agriculture défend les intérêts des producteurs laitiers. Son président, Joseph Ponthier, porte la voix des éleveurs aux instances politiques régionales, fédérales et européennes.

Dans les vallées verdoyantes de la commune de Sprimont, à quelques kilomètres de Liège, se situe la ferme Ponthier. Depuis neuf mois, Joseph Pontier cumule le métier de producteur de lait et la fonction de président de la Fédération wallonne d’Agriculture, abrégée FWA et singulièrement prononcée “foi“. Joseph a foi en son métier et son avenir. Autant sur le terrain que dans les bureaux, sa double casquette constitue, selon lui, une qualité essentielle de l’organisation. « C’est important que les gens que je défends sachent que je connais la réalité du terrain. »

Joseph est heureux au milieu de ses animaux

Joseph est l’heureux propriétaire de 100 vaches.

Négocier des solutions

Véritable trait d’union entre le gouvernement et les agriculteurs, Joseph Pontier s’attelle avec zèle à la négociation de solutions. Sa position dans le syndicat demande une grande implication et une capacité à faire des compromis. De tels échanges se heurtent parfois à ses propres intérêts de producteur de lait, car chaque cause nécessite une réponse dans un système précaire.

En juin 2016, le prix du lait a atteint son niveau le plus bas depuis 2009. Le litre de lait se vend alors à 0,2€ tandis que les coûts de production s’élèvent à 0,32€. A cause d’une augmentation de 30% de leurs charges, nombre d’agriculteurs sont frappés de plein fouet par la crise de 2015. L’épuisement de leurs économies et de leurs réserves fragilisant d’autant plus leur situation.

cuisine et vaches

La cuisine est dans le thème.

Une intervention régionale et européenne

Joseph Ponthier se dit favorable à l’idée d’une réduction de la production du lait si elle permet de soutenir son prix. Les coûts de cette réduction seraient alors amortis par des aides régionales et européennes. La Wallonie accordera une aide de 0,24€ par litre de lait non produit. De son côté, l’Europe a débloqué 500 millions dans le but d’aider les producteurs laitiers qui réduisent volontairement leur production.

Cette démarche est néanmoins contestée. Si l’Europe accorde des primes, c’est pour conserver des prix relativement bas et ainsi préserver les portefeuilles des ménages. Les primes permettraient surtout aux gens de se nourrir à bas prix et aux fermiers de survivre.

Toutes ces difficultés en découragent plus d’un à prendre la relève. Pourtant, Joseph Ponthier a trouvé son successeur pour reprendre la ferme. Maxime, âgé de 26 ans, fait partie des maigres 7% des moins de 35 ans encore actifs dans l’agriculture, contre 50% des plus de 50 ans. Dans ces circonstances critiques, des milliers d’agriculteurs se tournent vers la FWA, aspirant à de meilleures conditions de travail.

joseph et son veau

Un petit veau fait ses premiers pas dans le champ derrière la ferme

Charte des commentaires

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, et utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans en mentionner la source. La rédaction du BBB se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office. Les commentaires sont modérés a priori.

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
La ferme des Moray, une exploitation familiale face à la crise du lait

Depuis plusieurs années, le prix du lait ne fait que baisser et rend la vie des fermiers instable. Au milieu...

Fermer