"/>
Le comptoir de l'épicerie sociale
25
Oct
2016

Une épicerie sociale et bio : un moyen pour les personnes précarisées d'allier des produits de qualité et un prix bon marché.

Le comptoir de l'épicerie sociale. Seule la caisse enregistreuse n'est pas de la récup'

Une épicerie sociale et bio : un moyen pour les personnes précarisées d'allier des produits de qualité et un prix bon marché.

25 Oct
2016

Une épicerie sociale bio : l’ambitieux projet de la Croix-Rouge

La première épicerie sociale « en vrac » et bio de Belgique a ouvert ses portes à Auderghem. Le magasin propose toute une gamme de produits de qualité, et ce pour 50% (au minimum) du prix de produits similaires en grande surface. Une première en Europe.

Luc Swysen, président de la Croix-Rouge à Auderghem, est à l’origine du projet : « Ces denrées sont destinées à une trentaine de familles. Le but étant de donner la possibilité à ces personnes en difficulté financière de se nourrir avec des produits de qualité, à un prix abordable. »

Distributeur

Ce distributeur permet aux personnes d’acheter la quantité exacte dont ils ont besoin.

L’épicerie propose des produits en « vrac », à savoir sans aucun emballage. Les clients amènent leurs propres contenants afin de réduire au maximum les déchets. La logique du recyclage va même plus loin : non seulement il n’y a aucun emballage, mais tout le mobilier est lui-même de seconde main. Seule la caisse enregistreuse fait figure d’exception.

Porte cravates

Un porte cravates ; un mobilier qui devait finir aux ordures et qui a été récupéré par la Croix-Rouge.

Une volonté de dialogue

Les produits de l’épicerie sont destinés aux familles qui ont reçu, après une enquête sociale, une carte délivrée par le CPAS de la commune. L’épicerie reçoit les familles sur rendez-vous. L’objectif étant le dialogue. « Il est important de parler de leurs problèmes, mais aussi de leurs joies, bref de souffler le temps d’une heure environ. » Ce n’est pas seulement une épicerie dans le sens classique du terme, avec une simple transaction, il y a une réelle volonté de dialogue et d’instants de partage. L’endroit se transforme alors en lieu de cohésion sociale.

Un autofinancement via la boutique solidaire

L’épicerie sociale est financée via une boutique solidaire, qui se trouve juste en face. Les locaux sont fournis par la commune d’Auderghem. La boutique propose une assez grande quantité de vêtements, exclusivement via des dons, et les revend à des prix défiant toute concurrence. Certains vêtements sont parfois même neufs et disponibles pour une poignée d’euros.

La boutique est gérée par du personnel bénévole de la Croix-Rouge, qui bénéficient du soutien financier du CPAS. Ouverte à tous, elle permet aux clients d’acheter des habits décents à des prix abordables. Tous les bénéfices sont ensuite injectés dans l’épicerie sociale.

Boutique solidaire

La boutique solidaire, dont les bénéfices sont injectés dans l’épicerie sociale.

Avec cette économie circulaire, Luc Swysen est convaincu de la viabilité du projet : « Plus on arrive à vendre dans la boutique, plus on aura de produits disponibles dans l’épicerie. On saura donc recevoir plus de monde. On rentre alors dans un cercle vertueux. »

Projet-pilote

Le projet a reçu le soutien de la Commission Communautaire Commune (COCOM) (10.000€) et de Bruxelles Environnement (3.000€). L’entièreté du projet tournant autour des 30.000€. « Nous sommes un projet-pilote. Nous recevons actuellement une trentaine de familles mais le but est d’augmenter ce nombre, tout en prouvant que le projet est viable. » Luc Swysen conclut en affirmant : « avec notre mode de consommation actuel, nous allons droit dans le mur. Il faut changer. Nous avons un devoir moral d’avoir un comportement durable vis-à-vis des générations futures. »

Charte des commentaires

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, et utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans en mentionner la source. La rédaction du BBB se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office. Les commentaires sont modérés a priori.

One Response to “Une épicerie sociale bio : l’ambitieux projet de la Croix-Rouge”

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Célestin de Wergifosse en conférence
Étudiant entrepreneur : moteur d’une nouvelle société

Développer et commercialiser son invention, officialiser un thème de soirée ou concrétiser une idée innovante… Autant de situations que de...

Fermer