"/>
17
Nov
2014

Pendant la Première Guerre mondiale, plus d’un million de Belges ont quitté leur pays. « Exils 1914 » revient sur ces parcours.

Les comédiens de la compagnie MAPS ont redonné vie aux oubliés de la Grande Guerre, aux exilés de 14-18. Photo : Les Riches Claires

Pendant la Première Guerre mondiale, plus d’un million de Belges ont quitté leur pays. « Exils 1914 » revient sur ces parcours.

17 Nov
2014

« Exils 1914 », les oubliés de la Grande Guerre

La pièce, écrite, mise en scène et jouée par Stéphanie Mangez, Philippe Beheydt et Emmanuel De Candido, dévoile l’histoire d’exilés de guerre. Elle est actuellement présentée au Centre Culturel des Riches Claires de Bruxelles.

1914, la Grande Guerre vient d’éclater, perturbant le quotidien de millions de personnes dans le monde. En Belgique, des milliers de nos compatriotes quittent le pays durant ces quatre sombres années. La pièce de théâtre « Exils 1914 » raconte leur histoire. Destins entrecroisés : August qui, avec sa femme, rejoint l’Angleterre pour fuir la guerre ; Victor Vay, déporté en Allemagne pour travailler dans une usine près d’Hambourg ; Angolo, un soldat congolais, qui rejoint volontairement les troupes belges. Trois monologues pour trois oubliés de la guerre.

La compagnie MAPS, composée des trois acteurs, est à l’initiative de ce projet théâtral. « On voulait travailler à trois. On s’est ensuite dit qu’on pourrait partir sur le thème de la guerre 14-18 mais on ne voulait pas faire quelque chose qui serait noyé dans la masse. La société MAPS s’intéresse aux questions des frontières, à l’immigration, à l’autre. On a facilement fait le lien : il fallait parler des exilés de la guerre », explique Emmanuel De Candido. La compagnie a collaboré avec l’historien Olivier Standaert et a eu accès à des témoignages afin de pouvoir donner à ces récits le plus de réalisme possible.

Une volonté pédagogique

Cette année, les commémorations de la Première Guerre mondiale envahissent nos écrans et nos journaux. Comment, dès lors, encore intéresser le public ? Les trois comédiens ont peut-être trouvé un moyen grâce à leur texte mêlant poésie et humour. On n’en oublierait presque que c’est de l’un des conflits les plus meurtriers du 20e siècle dont on nous livre ici le récit.

Au-delà de la démarche artistique, le projet se veut pédagogique : « On essaye de susciter le débat en proposant des représentations scolaires, des ateliers d’écritures dans les écoles, dans les homes, des formats courts (représentation d’un des monologues seulement). On fait s’échanger les enfants et les plus vieux. Ces personnes âgées peuvent, en plus, comparer avec la deuxième guerre mondiale, donc c’est encore plus fort », explique Emmanuel De Candido.

Même si le cadre d’ « Exils 1914 » reste la Grande Guerre, on ne peut s’empêcher de penser à Lampedusa, aux réfugiés syriens, aux migrants de Calais. Autant d’exemples de ce que les guerres peuvent provoquer. Il n’y a pas que les combattants qui en paient le prix. Comme Angolo, August et Victor, ces nouveaux exilés souffrent.

« Exils 1914 » est à l’affiche du Centre Culturel des Riches Claires jusqu’au 22 novembre.

Charte des commentaires

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, et utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans en mentionner la source. La rédaction du BBB se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office. Les commentaires sont modérés a priori.

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
La Présidence belge récupère les clefs du Conseil d’une Europe en crise

La Présidence du Conseil de l’Europe devient belge. Notre ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders, succèdera en effet à l’Azerbaïdjan...

Fermer