"/>
Street art à Rabat (Photo : A. Demesse)
04
Mai
2018

BBBàRabat : L'art urbain marocain en question à l'occasion du 4ème festival de street art Jidar, à Rabat. Reportage photographique.

Photo : A. Demesse.

BBBàRabat : L'art urbain marocain en question à l'occasion du 4ème festival de street art Jidar, à Rabat. Reportage photographique.

04 Mai
2018

Street art : (re)Dessiner Rabat

Pour sa quatrième édition, le festival Jidar, toiles de rue s’est tenu du 16 au 22 avril 2018 à Rabat. Reconnu à l’international, le festival propose à des artistes internationaux et marocains de se rencontrer et d’exposer leurs oeuvres. En janvier 2017, la ville figurait dans la liste des meilleures villes au monde pour le street art, selon le magazine Artsy, aux côtés de villes comme Los Angeles, Buenos Air ou encore Melbourne.

Des artistes venus du Pérou, de France ou encore du Japon se sont réunis pour repeindre les murs de la ville. Onze nouvelles toiles de rues ont été réalisées. Elles sont affichées dans différents quartiers de la ville, de la vieille Medina au quartier universitaire, jusqu’aux quartiers plus populaires. Des masterclass ont elles aussi été organisées en collaboration avec l’Ecole Nationale d’Architecture. Les élèves ont pu découvrir le muralisme et s’y essayer grâce aux conseils avisés de Mina Hamada, Nelio et Ghizlane Agzenai.

L’espace public marocain, revêtu de street art, semble incarner l’équilibre national proclamé entre tradition et modernité. Armée d’un appareil photo, j’ai voulu capturer les réactions des R’batis face aux nouvelles oeuvres qui décorent leurs murs. Découvrez ce reportage photo réalisé dans les rues de Rabat, à la recherche de ces toiles de rues.

https://readymag.com/1049803

 

Du 21 au 28 avril 2018, une partie de notre rédaction était à Rabat, capitale administrative du Maroc. Depuis l’Institut Supérieur de l’Information et de la Communication (ISIC), et pour la seconde année consécutive, nos reporters ont collaboré avec des étudiants marocains le temps d’une semaine. Objectifs : découvrir la réalité de l’autre, interroger la société marocaine depuis un point de vue belge, et inversement. A l’occasion de cet échange, nous avons décidé de vous parler l’art underground. L’art est ici envisagé comme un vecteur d’expression, un moyen d’approcher le Maroc contemporain, complexe et multiple.

Après ce déplacement à Rabat, aura lieu le match retour à Bruxelles. Dans une démarche similaire, les étudiants marocains viendront à Bruxelles pour interroger la société belge. Du 8 au 12 mai, aux côtés d’étudiants belges, ils réaliseront des reportages au sein de la rédaction du BBB. Tous leurs articles sont à lire sur notre site et nos réseaux sociaux. Découvrez sans plus attendre nos stories sur Facebook !

Charte des commentaires

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, et utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans en mentionner la source. La rédaction du BBB se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office. Les commentaires sont modérés a priori.

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Le cinéma d’auteur marocain, entre discrétion et polémiques

Au centre de Rabat, ce n’est pas compliqué de trouver une salle de cinéma. La Renaissance, Le 7ème art ou...

Fermer