"/>
Street art à Rabat (Photo : A. Demesse)
25
Avr
2018

A l'occasion d'un échange entre étudiants belges et marocains, le BBB est à Rabat pour vous faire découvrir le Maroc au travers de l'art.

Le street art habille de nombreux murs à Rabat. Photo : Aurélie Demesse.

A l'occasion d'un échange entre étudiants belges et marocains, le BBB est à Rabat pour vous faire découvrir le Maroc au travers de l'art.

25 Avr
2018

DOSSIER : Ce que l’art underground nous dit de la société marocaine

Du 21 au 28 avril 2018, une partie de notre rédaction est à Rabat, capitale administrative du Maroc. Depuis l’Institut Supérieur de l’Information et de la Communication (ISIC), et pour la seconde année consécutive, nos reporters collaborent avec des étudiants marocains le temps d’une semaine. Objectifs : découvrir la réalité de l’autre, interroger la société marocaine depuis un point de vue belge, et inversement.

A l’occasion de cet échange, nous avons décidé de vous parler l’art underground. L’art est ici envisagé comme un vecteur d’expression, un moyen d’approcher le Maroc contemporain, complexe et multiple. Il s’agit de tenter de le comprendre sous un prisme particulier : celui des revendications des artistes, des difficultés qu’ils rencontrent, de leurs aspirations.

Nous ne nous intéresserons pas aux Beaux-arts, ni à l’artisanat marocain, mais plutôt à certaines formes d’art contemporaines et urbaines, que nous qualifierons ici d’underground, car elles sont souvent souterraines. Elles ne s’expriment pas sur les ondes des radios et des télévisions marocaines. On les rencontre plutôt sur le web, dans des salles de concerts obscures ou simplement dans la rue. Elles sont le fait de rappeurs, graffeurs, cinéastes ou performeurs qui ont un point de vue, des choses à nous dire et à nous apprendre sur la société qui les a vu naître.

Street art : (re)Dessiner Rabat

Le cinéma d’auteur marocain, entre discrétion et polémiques

Youtubeuses marocaines, le make-up pour principal sujet ?

NESS-NESS : une mode marocaine en deux temps

Moby Dick : “Les médias marocains traditionnels sont constipés”

 

Pourquoi le rap n’a-t-il pas encore sa place sur les ondes marocaines ?

Après ce déplacement à Rabat, aura lieu le match retour à Bruxelles. Dans une démarche similaire, les étudiants marocains viendront à Bruxelles pour interroger la société belge. Du 8 au 12 mai, aux côtés d’étudiants belges, ils réaliseront des reportages au sein de la rédaction du BBB. Tous leurs articles sont à lire sur notre site et nos réseaux sociaux. Découvrez sans plus attendre nos stories sur Facebook !

Charte des commentaires

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, et utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans en mentionner la source. La rédaction du BBB se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office. Les commentaires sont modérés a priori.

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Le Concours Reine Elisabeth veut toucher les jeunes
La musique classique est-elle has-been ? (2/2)

Le rajeunissement du public est un véritable défi pour les institutions de musique classique. Mais quelques institutions se mobilisent. Le...

Fermer