"/>
L'équipe d'1 TerreAction au Hack2Act
26
Avr
2018

L’événement organisé par WikiCM a réuni une trentaine de participants les 20 et 21 avril 2018. Le projet « 1 TerreAction » a remporté le premier prix.

L'équipe d'1 TerreAction a imaginé un jeu qui permet aux enfants de 10 à 12 ans de gérer la qualité de vie sur leur planète. Photo : Mohammed El Kadiri (ISIC-Bruxelles Bondy Blog)

L’événement organisé par WikiCM a réuni une trentaine de participants les 20 et 21 avril 2018. Le projet « 1 TerreAction » a remporté le premier prix.

26 Avr
2018

On a passé 24 heures à Hack2Act, le premier hackathon belge dédié à l’éducation à la citoyenneté mondiale

« Vous êtes prêts pour commencer le premier hackathon belge dédié à l’éducation à la citoyenneté mondiale ? » Ce vendredi 20 avril, à 18 heures, Michel Duchateau, l’animateur de Hack2Act, a lancé énergiquement le marathon d’idées créatives, initié par WikiCM. Une trentaine d’étudiants, d’enseignants, de développeurs et de designers se sont regroupés dans l’espace Jacqmotte, à Bruxelles, pour imaginer des plateformes numériques destinées à sensibiliser les jeunes de 3 à 22 ans sur un des 8 thèmes internationaux :

  • migration ;
  • justice sociale ;
  • diversité et interculturalité ;
  • paix et conflit ;
  • commerce et consommation ;
  • démocratie et citoyenneté ;
  • développement durable ;
  • droits humains.

« Nous voulons leur faire comprendre que leurs actions ont un impact sur d’autres et sur la planète, aujourd’hui et demain, ici et ailleurs », explique Florence Depierreux, coordinatrice du programme fédéral Annoncer la Couleur.

Créer une équipe durant un hackathon : pas toujours si facile

18h30. La formation des groupes débute dans la salle parsemée de tableaux blancs, de petits papiers autoadhésifs et de marqueurs présents pour stimuler la créativité. « Vous avez deux minutes pour échanger votre idée avec d’autres participants que vous ne connaissez pas. C’est à partir de là que vous allez créer votre équipe ! » annonce Michel Duchateau. L’ambiance devient effervescente. Les jeunes échangent et se projettent collectivement dans des cas concrets.

Rapidement, deux filles et quatre garçons se mettent d’accord sur un projet citoyen. « Ce n’est pas la première fois que j’assiste à un tel événement. Mes expériences antérieures m’ont facilité la tâche pour faire adhérer des personnes autour de mon idée », confie l’un des membres de l’équipe.

Xun, participant à Hack2Act

Hack2Act est le premier hackathon auquel participe Xun : “Le concept m’intéresse car il va enrichir mon parcours professionnel.” Photo : Boutayna Outmani (Bruxelles Bondy Blog)

De l’autre côté de la salle, Xun, une Belge d’origine chinoise, a l’air perdue. « C’est la première fois que je participe à un tel événement. En fait, je suis diplômée en tourisme durable et en informatique. Sincèrement, le concept de ce hackathon m’intéresse car il va enrichir mon parcours professionnel. Ma seule crainte est de ne pas trouver le groupe qui valorisera mes idées », confie-t-elle.

Les heures s’égrènent et le pressentiment de Xun se confirme. Toutes les équipes avancent sauf la sienne qui n’arrive pas à se mettre d’accord sur un seul projet. « En fait, deux personnes de notre équipe se connaissaient déjà. Ils voulaient imposer leur idée, chose qu’a refusée le reste du groupe. Du coup, ils nous ont quittés », confirme Nisrine, membre de l’équipe.

Minuit. Les groupes s’endorment sauf deux d’entre eux. Pour rattraper le retard, l’équipe de Xun décide de faire une nuit blanche.

“Est-ce que j’aurais pu commencer à être acteur du changement plus jeune ?”

Le lendemain, dans l’après-midi, les cinq jurés s’installent. Le stress des participants augmente. Michel Duchateau appelle « Ikigai », le premier groupe, pour pitcher son projet. « J’ai 33 ans. Est-ce que j’aurais pu commencer à être acteur du changement plus jeune ? » entame le représentant de l’équipe qui souhaite créer une application mobile type “Tinder”, basée sur l’intelligence artificielle. Son but est d’identifier le profil de l’utilisateur et de lui proposer une série d’actions responsables en fonction de ses centres d’intérêt.

Pitch de Baobab durant Hack2Act

Nisrine pitche son projet devant les jurés de Hack2Act. Photo : Mohammed El Kadiri (ISIC-Bruxelles Bondy Blog)

Le team descend de la scène pour céder la parole à l’équipe de « Baobab ». Leur projet vise à engager les élèves à changer leurs comportements (par exemple, à ne plus jeter les papiers à côté de la poubelle) et à mesurer l’impact de leurs actions sur l’environnement. La plateforme proposera ainsi une série de défis à réaliser.

Les groupes se succèdent, chaque évaluateur prend des notes. Le moment attendu approche. « Je tiens à remercier chaleureusement tous les participants pour leur motivation et pour les productions créatives qu’ils ont mises au point pendant les 24 heures. Il est temps d’annoncer les trois équipes gagnantes », annonce Florence Depierreux.

« Ikigai » arrache la troisième place.

« Baobab », l’équipe de Xun, obtient la deuxième position.

« 1 TerreAction » représentera la Belgique au « Hack The Global Goals »

L’équipe vedette de la compétition « 1 TerreAction » remporte le premier prix après avoir imaginé un jeu destiné aux enfants de 10 à 12 ans. L’objectif est de sensibiliser cette catégorie au réchauffement climatique en gérant la qualité de vie sur leur planète. « Nous sommes hyper contents et fiers de cet accomplissement. Vraiment, nous ne nous attendions pas à cette victoire, surtout qu’il y avait des projets très compétitifs », déclare une participante de l’équipe gagnante.

Grâce à cette victoire, l’équipe d’« 1 TerreAction » intégrera le groupe de travail WikiCM qui les aidera à réaliser et à diffuser le prototype de leur projet. Elle représentera également la Belgique dans la compétition internationale « Hack The Global Goals », qui se déroulera du 21 au 23 septembre 2018 à Eindhoven (Pays-Bas).

Mohammed El Kadiri et Boutayna Outmani (ISIC)

 

 

Charte des commentaires

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, et utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans en mentionner la source. La rédaction du BBB se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office. Les commentaires sont modérés a priori.

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Street art à Rabat (Photo : A. Demesse)
DOSSIER : Ce que l’art underground nous dit de la société marocaine

Du 21 au 28 avril 2018, une partie de notre rédaction est à Rabat, capitale administrative du Maroc. Depuis l’Institut...

Fermer