"/>
Edgar Cordoba
20
Mar
2017

Le conflit opposant le gouvernement colombien aux Forces armées révolutionnaires de Colombie, a causé 260 000 morts

photo: Dylan Kuperblum

Le conflit opposant le gouvernement colombien aux Forces armées révolutionnaires de Colombie, a causé 260 000 morts

20 Mar
2017

Les accords de paix en Colombie sous le regard du monde paysan

Après plus de cinquante-deux ans de conflit armé qui a déchiré la Colombie, un accord de paix a été trouvé entre le gouvernement colombien et les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC). Après environ de quatre années de négociation, l’accord historique a été convenu le 26 septembre dernier entre le président Manuel Santos et et le chef des FARC Rodrigo Londono.

Cet accord prévoit la fin du conflit armé entre les Forces armées révolutionnaires et l’Etat colombien, ainsi qu’une série de réformes à suivre pour une Colombie plus juste. La fin du conflit est envisagée en cinq points majeurs :

  1. La fin du conflit par le désarmement des guérilleros sous la surveillance de l’ONU.
  2. La mise en place d’une politique rurale afin d’améliorer les conditions de vies des agriculteurs installés dans les campagnes.
  3. La transformation progressive et concertée des cultures illicites par des cultures alimentaires. Ce point mentionne également le soutient des FARC dans la politique de substitution des cultures de coca.
  4. La transformation des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) en parti politique.
  5. La mise en place d’une commission de vérité et d’un tribunal spécial pour la paix chargé de juger les auteurs de crimes perpétrés durant le conflit.

Edgar Cordoba fait partie de l’équipe technique régionale du Sud Occidentale de la Coordination régionale des Cultivateurs de Coca, de pavot et de Marijuana, la COCAM. Il milite pour le passage des cultures de plantes illicites aux cultures alimentaires. Lors d’une interview, il nous explique les enjeux cruciaux autour de ces accords de paix.

Charte des commentaires

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, et utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans en mentionner la source. La rédaction du BBB se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office. Les commentaires sont modérés a priori.

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Smartphone : porte ouverte aux cybercriminels ?

La cybercriminalité n’est plus un mystère pour personne, les nouvelles technologies nous ont familiarisés avec ce concept. Ce que l'on...

Fermer