"/>
Câbles électriques entremêlés qui contrastent avec le ciel bleu-vert.
30
Avr
2015

« Mariie » Dussart, étudiante et photographe, raconte en images cinq mois de découvertes sur les sentiers de Roumanie.

Dans ses photos, "Mariie" Dussart cherche souvent "à mettre en valeur le sujet ou le décor, en travaillant soit sur les couleurs, soit sur les tons, etc."

« Mariie » Dussart, étudiante et photographe, raconte en images cinq mois de découvertes sur les sentiers de Roumanie.

30 Avr
2015

« Noroc România », voyage au pays des contrastes

Pour bon nombre d’Occidentaux, la Roumanie demeure une destination trop souvent méconnue. Membre de l’Union européenne depuis 2007, ce pays recèle pourtant d’une grande richesse culturelle, à deux heures d’avion de Bruxelles. « Mariie » Dussart, étudiante passionnée de photographie et de voyage, nous en offre un aperçu dans « Noroc România », exposition-souvenir de cinq mois passés au cœur des paysages roumains. A voir au Cercle des Voyageurs à Bruxelles jusqu’à fin mai.

« L’occasion de partir s’est présentée lors de ma troisième année de Bachelier à l’Ihecs, confie « Mariie ». Comme j’avais déjà voyagé en Europe mais pas en Roumanie, le choix a été vite fait. À la même époque, j’avais également envie d’un retour à la nature, loin de l’agitation de Bruxelles. Je suis donc partie dans cette optique-là. Mon but était avant tout de découvrir de nouveaux horizons, de me perdre un peu. »

Une exposition pour témoigner des beautés cachées

Portrait Mariie Dussart.

“Mariie” Dussart – Photo : Mohammed Hammad

Après un premier passage remarqué à Liège courant 2014, c’est dans la capitale que « Mariie » s’est vu offrir la possibilité de montrer au public ses œuvres. « À l’origine, je ne comptais pas vraiment exposer mes photos juste pour la beauté des décors visités mais bien pour témoigner des expériences vécues sous une forme plus documentaire. Ensuite, l’expo s’est mise en place un peu par hasard, au gré de rencontres et des retours toujours plus positifs sur mon travail. »

À travers une collection d’images exposées sur des murs sombres, comme pour mieux les mettre en valeur, le visiteur peut s’immiscer dans ce qui fut un voyage dans les lointaines contrées roumaines, à la découverte de leurs beautés cachées.

Dessiner avec un appareil photo

« Mariie », l’appareil photo en bandoulière, est devenue le témoin d’un quotidien aux contours multiples et colorés, passant de zones urbanisées aux villages les plus reculés, rencontrant sur sa route des gens de tous bords et de tous âges, dotés pour la plupart d’un sens aiguisé de l’accueil, doublé d’un caractère souvent chaleureux.

La jeune photographe a aussi décidé de partager ces valeurs et ces expériences enrichissantes dans d’épais carnets à la disposition des curieux. Ces documents forment un complément bienvenu pour apprécier encore un peu plus un périple marqué, selon ses propres termes, “par la confrontation des contrastes”, que ce soit entre les paysages, les cultures, les gens et les couleurs.

« J’ai toujours voulu représenter cet angle particulier dans mes photos. Plus qu’une simple image de ce que j’ai vu sur place, je cherche souvent à mettre en valeur le sujet ou le décor, en travaillant soit sur les couleurs, soit sur les tons, etc. C’est un peu la manière avec laquelle je perçois la réalité, comme un dessin. »

  • Chèvres traversant une route roumaine.
    « Cette photo a été prise près d’un petit village appelé Sulina, situé près du Danube, à l’est de la Roumanie. Il était très tôt le matin et le passage d’un berger sur la route nous a pris par surprise. Une image plutôt inhabituelle dans notre pays, avec une ambiance un peu mystique. »
  • Embouteillage à une intersection en Roumanie.
    « Cette photo montre un carrefour au centre de Bucarest, la capitale, où j’habitais en face de l’un des plus grands bâtiments du monde, l’ancien palais présidentiel de Ceausescu. Chaque jour, c’était le micmac intégral à cause de feux de signalisation défectueux. J’aime bien dans cette photo l’aspect mouillé de la route, qui donne cette impression reluisante de miroir. Cette image symbolise pour moi la conduite très particulière des Roumains. Même s’ils sont prudents la plupart du temps, c’est souvent l’anarchie sur les routes. »
  • Pêcheurs roumains sur un ponton, avec une barque au premier plan.
    « Cette photo a une résonance assez spéciale. Je l’ai prise lors de mon périple le long du Danube. On est arrivés au bord de l’eau, à nouveau très tôt le matin, sans vraiment savoir où on se trouvait. C’est là qu’on est tombés sur ce groupe de pêcheurs très sympathiques. Cette rencontre a vraiment été l’une des plus belles, même pour mes amis locaux, tout heureux de retrouver d’une certaine manière l’essence même de la Roumanie, loin de l’agitation des centres urbains qu’ils connaissent chaque jour. »
Exposition « Noroc România », au Cercle des Voyageurs, 18 rue des Grands Carmes, jusque fin mai. Découvrez aussi le travail de “Mariie Dussart” sur son blog “Travel-tions°”.

Charte des commentaires

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, et utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans en mentionner la source. La rédaction du BBB se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office. Les commentaires sont modérés a priori.

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Souvenirs de Katmandou

11h58 heure locale, le sol se met à trembler en ce samedi 25 avril. Katmandou et sa vallée sont violemment...

Fermer