"/>
16
Mai
2015

Arrivé sur scène un peu par hasard, Lucas Gabriel et sa guitare créent l’émotion. Rencontre avec ce jeune chanteur.

Lucas Gabriel doit, en partie, sa propulsion rapide sur scène à Benjamin Clémentine, le nouveau prodige de la scène anglaise.

Arrivé sur scène un peu par hasard, Lucas Gabriel et sa guitare créent l’émotion. Rencontre avec ce jeune chanteur.

16 Mai
2015

PORTRAIT. Lucas Gabriel, un brin de mélancolie sur la scène française

pLe milieu musical est connu pour être l’un des plus fermés, mais il arrive parfois que certains parviennent tout de même à se faufiler jusqu’au-devant de la scène. C’est ce qui est en train d’arriver à Lucas Gabriel, un jeune chanteur français. Il y a quelques mois encore, ses amis et sa famille ne savaient même pas qu’il chantait. Il faisait cela pour lui, dans sa chambre. Il ne publiait jamais rien sur Youtube ou sur les réseaux sociaux. « J’écrivais plus comme quelqu’un de l’ombre, pour un de mes amis. J’avais peur de m’exposer ». Ses chansons aux allures mélancoliques s’inspirent de son quotidien et de son entourage. Ses textes, jamais vraiment finis, traduisent une sensibilité prononcée.

Il y a quelques semaines, Lucas Gabriel a fait la première partie de Benjamin Clémentine à Lyon, et a recommencé l’expérience deux fois sur la scène parisienne du Trianon. Une première expérience qui s’est plutôt bien passée : « A Lyon, c’était bien parce que les sensations sur scène étaient vraiment différentes. Devant moi, c’était comme une grande marée noire, je ne voyais que les premiers rangs. » Avec un public comme celui de Benjamin Clémentine, attentif à la musique, Lucas a directement été mis à l’aise, malgré quelques erreurs : « Moi, je connais mes morceaux, donc je me rendais compte qu’il y avait certaines erreurs, mais je ne pense pas que ça s’est entendu. Mon frère, qui était dans le public, m’a dit que l’émotion était palpable, et qu’il avait même vu quelqu’un pleurer. »
 

Rencontre inattendue avec Benjamin Clémentine

Cette propulsion rapide sur la scène, Lucas Gabriel la doit en partie à Benjamin Clémentine, le nouveau prodige de la scène anglaise. D’origine londonienne, Benjamin Clémentine est arrivé en France et a commencé sa carrière dans le métro. C’est en vacances que les deux artistes se rencontrent, en Italie. Le premier soir de leur arrivée, Benjamin était au piano quand Lucas Gabriel est venu lui parler. Ils ont ensuite passé toutes leurs vacances de Noël ensemble, avec la famille de Lucas. Une rencontre simple donc, dans un cadre familial. A cette époque-là, il n’était donc pas encore question de musique, ni de concert.

Benjamin Clémentine est aujourd’hui considéré comme un cousin proche de la famille. “Il venait manger tous les soirs avec ma famille et moi durant notre voyage en Italie. Nous avons directement entretenu un rapport d’ami à ami car mes parents et mon frère n’avaient alors jamais entendu parlé de lui.”

Premiers pas sur scène

C’est lorsqu’il est venu passer les fêtes de fin d’année avec la famille de Lucas que Benjamin Clémentine lui a proposé une collaboration musicale. « J’ai reçu une guitare électrique pour Noël et Benjamin m’a demandé de jouer mes chansons. Directement, il m’a proposé de faire ses premières parties. Évidemment, avec l’euphorie de la fête, je ne voulais pas me faire d’illusion. Mais le lendemain, il me l’a reproposé. Je lui ai alors traduit mes chansons en anglais, car tous mes textes sont en français et qu’il ne les comprend pas. Il était toujours emballé par l’idée. » Même si Benjamin Clémentine veut aider celui qu’il considère comme un frère éloigné, il ne veut pas imposer un style ou une façon de travailler. Il veut aider Lucas Gabriel sans pour autant que celui-ci lui soit forcément associé. Un coup de pouce, qui permettra à Lucas Gabriel de monter quelques mois plus tard sur la scène des Transbordeur à Lyon.

« Au début, je ne savais pas trop si je devais accepter car je n’avais jamais fait de scène et je me disais que c’était mieux de commencer par de petites salles avant de faire ses premières parties. Mais, dans un coin de ma tête, je pense que j’ai toujours voulu le faire, sans avoir jamais osé me lancer. »

Aujourd’hui, même si la scène ne devait pas déboucher sur la notoriété, Lucas Gabriel voit cela comme une belle expérience. Il continue ses études de droit par correspondance et compte passer ses examens de fin d’année. « Avec le milieu de la musique, on ne sait jamais à quoi s’attendre. Je préfère assurer mes arrières. »

Et pour la suite…

Aujourd’hui, Lucas Gabriel se lance petit à petit de son côté. Après un concert à l’International à Paris, deux autres sont prévus pour le début du mois de juin. Le premier le lundi 8 juin dans la salle des Trois Baudets, et le deuxième prévu pour le mercredi 17 juin au China, toujours à Paris. Un artiste à suivre, qui vous transportera dans un univers bien à lui, qui mêle mélancolie et poésie.

Charte des commentaires

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, et utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans en mentionner la source. La rédaction du BBB se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office. Les commentaires sont modérés a priori.

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Boltanski expose la mémoire et l’oubli au Grand-Hornu

Dans le cadre de Mons 2015,  le MAC’s propose à Christian Boltanski sa première grande exposition muséale en Belgique, du...

Fermer