"/>
Santiags
18
Mai
2015

Lancez-vous dans un safari urbain à travers Charleroi.

"Bienvenue à Charleroi mon colonel !" - Photo : Eden Krsmanovic

Lancez-vous dans un safari urbain à travers Charleroi.

18 Mai
2015

Charleroi, pas si moche que ça

Première métropole wallonne, Charleroi n’a jamais été célèbre pour le nombre de touristes qui y affluent. Cependant, depuis quelques années, un nouveau genre touristique est né : « Charleroi Safari ». Le concept a été lancé en 2003 par Nicolas Buissart. Il n’était alors pas question de se prendre au sérieux, mais l’idée a fait écho et aujourd’hui touristes et médias affluent d’un peu partout depuis l’Europe.

A défaut du 4×4, c’est en camionnette que l’hôte mène ses touristes à sa jungle, sautant d’un Carolo à un autre, variant entre culture locale, usine désaffectée et humour tranchant. Singeant quelques stéréotypes carolorégiens, le guide s’efforce d’offrir à ses clients des centaines de paysages photogéniques, plusieurs œuvres et bâtisses originales et quelques personnalités excentriques dont certaines choqueraient parfois plus qu’un couple de vieux bonobos en rut. L’idée est là : compter sur la sensibilité du visiteur pour trouver beau ce qui paraît moche et ridicule.

Mais si le safari cartonne aujourd’hui, il n’en ira peut-être pas de même demain. La ville change, la métamorphose est en plein boom. Celui qui se fait appeler « l’aristo-baraki » paraît d’ailleurs assez pessimiste quant à l’avenir de son projet. En effet, si demain Charleroi s’embellit, change ses échoppes en centres commerciaux, ses routes en avenues, ses quartiers chauds en quais boisés, la ville n’attirera peut-être plus ces petits curieux avides de laideur. Les loyers augmenteront aussi vite que l’âme carolorégienne dépérira, et le safari avec elle.

Changement d’itinéraire

Après une courte balade dans ce qu’une certaine presse appelle « la plus laide ville du monde », suivant Nicolas Buissart à travers les banlieues carolos, nous avons voulu changer les règles, modifier l’itinéraire. Nous voulions déstabiliser notre guide et lui avons proposé un autre circuit, vierge de tout safari. Nous lui avons demandé de nous emmener dans le centre ville de Charleroi, entre Ville Haute et Ville Basse, où les travaux ont commencé depuis peu. Un peu dérouté, assez excité, il a accepté le pari. Nicolas Buissart se prête au jeu et improvise pour nous une balade dans le centre-ville, loin des chantiers battus.

“Le safari au travers mes yeux”

  • Santiags
    Les santiags du passage de la Bourse.
  • Philippe
    Barbe rousse.
  • Chihuahuas
    Chihuahuas et quai de Sambre.
  • Cannabis
    Le cannabis c'est ici, la cocaïne c'est en haut.
  • Sambre, sex and sun
    Sambre, sex and sun.
  • Coq wallon
    Coq wallon direction Marcinelle.
  • Marcinelle plage
    Marcinelle plage.
  • Chien méchant
    Attention, chien méchant.
  • Nombril et bingo
    Nombril et bingo.
  • La moustache
    La moustache de la FGTB.
  • Hommes jaunes
    Faux croco et troupeau d'hommes jaunes.
  • Carolo en fleur
    Carolo en fleur.

“J’ai d’abord pensé que le safari de Nicolas Buissart tirait parti de la laideur de la ville. Et c’est en quelque sorte son but. Attirer les touristes et les médias qui s’imaginent qu’ils vont voir la maison de Dutrou. En fait, ce que le prince de Marchienne a en tête, est toujours plus inattendu. Et si la soi-disant laideur de la ville était en fait sa beauté ? Quand nous avons lancé le challenge à Nicolas de nous imaginer un safari dans le centre-ville, nous savions que ce serait un pèlerinage à la rencontre de ces fameuses bestioles qui peuplent la ville-chantier. Pour moi, ce qui fait la richesse de Charleroi, c’est sans aucun doute, ses habitants. J’ai voulu m’imprégner de la ville à condition que le circuit soit humain. Les photos représentent le safari au travers mes yeux.” – Eden Krsmanovic

Charte des commentaires

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, et utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans en mentionner la source. La rédaction du BBB se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office. Les commentaires sont modérés a priori.

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
PORTRAIT. Lucas Gabriel, un brin de mélancolie sur la scène française

pLe milieu musical est connu pour être l’un des plus fermés, mais il arrive parfois que certains parviennent tout de...

Fermer