"/>
L'artiste se met en scène sur une plage d'une îles grecque.
07
Fév
2016

Reconstituer la photo du petit Aylan pour en faire de l'art. L'artiste chinois Ai Weiwei suscite la polémique.

Image d'Ai Weiwei dans la position du petit Aylan sur l'île grecque Lesbos. Réalisé par le photographe Rohit Chawla pour India/Today. Rohit Chawla/india today/AP

Reconstituer la photo du petit Aylan pour en faire de l'art. L'artiste chinois Ai Weiwei suscite la polémique.

07 Fév
2016

Ai Weiwei, profiteur ou réel provocateur ?

Ai Weiwei, l’artiste et activiste chinois, a encore fait parler de lui. Cette fois, c’est en se mettant en scène, face contre terre, dans la posture du petit Aylan décédé le 2 septembre 2015 sur une plage turque. Cette publication a en effet provoqué de vives réactions sur les réseaux sociaux. De nombreux utilisateurs se sont indignés face à cette image. Malgré sa réputation de provocateur, cette fois, la photographie installe le doute.

Son nouveau cheval de bataille n’est autre que la crise des migrants en Europe. Ai Weiwei crée un studio sur l’île de Lesbos en Grèce. En postant des photos sur son compte Instagram, il profite de sa notoriété mondiale afin d’attirer l’attention sur les conditions désastreuses des migrants. Plus de 50 photos sont publiées chaque jour par l’artiste, photos qu’il légende à chaque fois « #refugees » ou «#safepassage », le hashtag lancé par Greenpeace. Ses actes ne s’arrêtent pas là. Le 24 janvier 2016, après l’adoption de la loi sur l’immigration, permettant au gouvernement danois de saisir les objets de valeurs des migrants, Ai Weiwei décide d’annuler ses deux expositions prévues au Danemark. Il se positionne donc en tant que défenseur des droits des réfugiés.

Une réputation sulfureuse

Ce n’est pas la première fois qu’Ai Weiwei exhibe son indignation. Depuis le dénouement tragique des manifestations de la place Tian’anmen le 4 juin 1989, l’artiste chinois Weiwei a décidé de montrer son mécontentement à l’égard des autorités chinoises. Il s’exprime sur internet et évoque des problèmes sociaux et économiques. Il critique son gouvernement ouvertement, avec des photos qui peuvent choquer. L’homme d’opinion fait part régulièrement de sa vision du régime chinois qu’il considère comme rigide.

En suivant les traces de son père révolutionnaire, il s’inscrit dans la lutte pour les droits de l’homme et contre le manque de liberté d’expression en Chine. En 2009, 20 ans après la révolte étudiante de 1989 qui a touché la Chine, il diffuse une photographie où il se met en scène personnellement devant la porte de la Paix-céleste, le symbole du régime chinois, avec le mot « fuck » écrit en rouge sur sa poitrine. Ses prises de position ont déclenché un renforcement de la censure sur internet de la part des autorités chinoises.

  • Destruction d'une urne de la dynastie des Han 1995 - Ai Weiwei
  • Ai Weiwei au mausolée de Mao Zedong, chemise ouverte avec le mot "fuck" inscrit en rouge sur son torse. Ai Weiwei - Série Fuck Off
  • Le doigt d'honneur à Mao. Etude de perspective Tian'anmen 1995-2003. Ai Weiwei
  • Juin 1994. La fille a la jupe levée (place Tian'anmen). Ai Weiwei
  • Etude de perspective : La Tour Eiffel : 1995-2003. Ai Weiwei

Des avis contrastés

Pour de nombreuses illustres galeries, les œuvres d’Ai Weiwei sont incontournables. L’exposer est une réponse aux déviances du parti communiste chinois au pouvoir. Sur son site web, la Royal Academy of Arts de Londres estime que « l’artiste mène un combat humaniste ». Cette institution considère toute censure artistique « choquante ». La Royal Academy of Arts a immédiatement réagi à son emprisonnement en le nommant membre honoraire. En 2011, le magazine britannique Art Review le considèrait comme une « personne héroïque aux yeux de l’art contemporain », il obtiendra la place de « l’artiste le plus important de l’année ».

Par ailleurs, dans le milieu artistique, certaines de ses prises de position sont remises en question. Pour le directeur de la galerie Nardone à Bruxelles, Weiwei est « un espèce d’artiste faux, à part entière. Depuis quelques années, il utilise sa notoriété afin de faire vendre. Il utilise ses provocations dans un but de marketing, un fric and flouze business ». Il estime que l’artiste joue avec les autorités et que, rien, dans ses attaques ou arrestations n’est laissé au hasard. Le curateur se pose la question de savoir comment il est possible qu’un supposé dissident au régime chinois puisse faire des allers-retours en prison tout en étant capable d’organiser des expositions dans les plus grandes galeries du monde depuis sa cellule.

Malgré ses déboires avec la justice, l’artiste est capable de communiquer via les réseaux sociaux tels que Skype, Instagram, Twtitter et même son propre blog. Selon le galeriste, la réponse est simple : «  le gouvernement met Ai Weiwei en prison, mais ses provocations ne sont pas si fortes que ça. L’Etat profite de cette situation afin de faire parler de la Chine aux quatre coins du monde ». Antonio Nardone ne considère pas Ai Weiwei comme un réel provocateur. Pour lui, les opposants au régime sont totalement muselés et ont peu de chance de revoir la lumière du jour, à l’inverse d’Ai Weiwei qui se voit octroyer son passeport à chaque sortie de prison.

Charte des commentaires

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, et utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans en mentionner la source. La rédaction du BBB se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office. Les commentaires sont modérés a priori.

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Montage photo d'une yourte sur la place Flagey
Des yourtes aux allures de la Grand-Place

Une yourte sur la place Flagey : un projet inimaginable, il y a quelques mois encore, est à présent réalisable...

Fermer