"/>
Prison de Bastøy
03
Août
2016

ÉDITO. Repenser la prison pour que la seule punition soit la perte de liberté, pas celle de dignité.

L'île-prison de Bastøy, en Norvège, ressemble à un simple village. DR

ÉDITO. Repenser la prison pour que la seule punition soit la perte de liberté, pas celle de dignité.

03 Août
2016

#FestiCouthures. En prison, “œil pour œil rend le monde aveugle”

Imaginez-vous dans une cellule de moins de 10 m². Chaque matin, le cliquetis des clés des surveillants pénitentiaires vous réveille. Le temps s’écoule lentement, tellement lentement qu’il semble s’étirer plus que de raison. Vous lisez, vous pensez, vous faites le tour d’une petite cour en compagnie de personnes que vous n’avez pas envie de côtoyer, vous faites le tour de votre âme jusqu’à en avoir le tournis. Vous êtes seul(e) avec vos pensées. Vous subissez certaines humiliations des agents pénitentiaires sans broncher.

“Un tas de chair dans une cellule”

Vous n’êtes plus qu’un “tas de chair dans une cellule”, comme l’explique douloureusement aux Ateliers de Couthures Gabriel Mouesca, surnommé “Gabi”. Ce Basque au regard si fier, ancien prisonnier et ancien président de l’Observatoire international des prisons, s’exprime posément : “Quand vous entrez en prison, vous n’avez plus aucun poids, plus aucune prise sur votre destin.” Vous n’avez plus aucune autonomie puisque tout est fait, pensé, quadrillé, agencé pour vous.

En France, des douches individuelles ont été installées dans chaque cellule, au grand dam de Gabi Mouesca : “Au nom d’un pseudo progrès, on éloigne le détenu d’une dynamique de sociabilité. Le mal qui ronge aujourd’hui les prisons modernes est le fait qu’il y a de moins en moins de contacts humains, les gens se referment sur soi.” Comment dès lors envisager sérieusement une réinsertion dans la société ?

Une île-prison à ciel ouvert

Imaginez-vous maintenant sur une petite île. Il n’y a pas de barrières, de barreaux, de miradors, de portes fermées à clé. Les surveillants ne sont pas armés, et pourtant, aucun incident grave n’est à déplorer. Aucune tenue ne différencie qui que ce soit. Vous cultivez vous-mêmes vos légumes. Vous prenez soin d’animaux. Vous êtes un prisonnier sur l’île de Bastøy, en Norvège.

Arne Kvernvik Nilsen, son ancien directeur, estime que la seule punition envisageable devrait être de perdre sa liberté, mais pas sa dignité. Son idée d’une île-prison est bâtie sur un simple fait, celui d’être responsable de sa propre vie : “Si vous traitez les humains comme des animaux, ils agiront comme des animaux. Mais si vous les traitez comme des humains, il y a une possibilité qu’ils deviennent plus forts, meilleurs.”

Gandhi disait qu’appliquer le vieil adage d’œil pour œil rendait le monde aveugle. Il est aujourd’hui grand temps d’ouvrir les yeux sur la réalité carcérale dans nos pays modernes et de se poser une simple question : si vous étiez emprisonné, quel dispositif vous permettrait de garder votre dignité, tout en vous permettant une réinsertion sûre, pour vous et pour les autres, dans la société ?

Pour découvrir tous nos articles sur les Ateliers de Couthures, le festival du journalisme vivant, rendez-vous sur http://www.bxlbondyblog.be/ateliers-couthures/

Charte des commentaires

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, et utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans en mentionner la source. La rédaction du BBB se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office. Les commentaires sont modérés a priori.

One Response to “#FestiCouthures. En prison, “œil pour œil rend le monde aveugle””

  1. […] En prison, « œil pour œil rend le monde aveugle » ÉDITO. « Imaginez-vous dans une cellule de moins de 10 m². Chaque matin, le cliquetis des clés des surveillants pénitentiaires vous réveille. […] Imaginez-vous maintenant sur une petite île. Il n’y a pas de barrières, de barreaux, de miradors, de portes fermées à clé. Vous êtes un prisonnier sur l’île de Bastøy, en Norvège. » […]

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Maître Marie Dosé
#FestiCouthures. Avec l’état d’urgence, “mon assigné va craquer”

Maître Marie Dosé, avocate pénaliste depuis 15 ans au Barreau de Paris, défend des assignés à résidence. Elle est intervenue,...

Fermer