"/>
MC Solaar aux Ateliers de Couthures
01
Août
2016

Rencontre avec le rappeur français MC Solaar, parrain des Ateliers de Couthures.

MC Solaar aux Ateliers de Couthures. © Justine Dauchot

Rencontre avec le rappeur français MC Solaar, parrain des Ateliers de Couthures.

01 Août
2016

#FestiCouthures. MC Solaar nous “Réapprend A Parler”

Sa voix, aussi douce que son regard, en a bercé plus d’un. Le rappeur français MC Solaar joue avec le rythme, prend les mots, les tord pour leur redonner un sens. À la manière d’un journaliste, il rédige sa prose avec l’idée “de ne pas écrire la phrase que tout le monde va écrire”. Sans étonnement, il parraine Les Ateliers de Couthures, le festival international de journalisme vivant.

Mc Solaar aux Ateliers de Couthures

MC Solaar voulait être journaliste. Ses morceaux de rap, par leur déroulé, s’en approchent. © Juliette Favre

Que se passe-t-il derrière un Burger King?” “Pourquoi un sportif guyannais a choisi un sport plutôt qu’un autre ?” Les questions posées par MC Solaar sont aussi déroutantes que ses chansons. Il voulait être journaliste, après avoir lu Tête de Turc, de Günter Wallraff. Il est devenu rappeur. Il s’était renseigné pour intégrer l’école de Nice, mais n’a finalement jamais envoyé sa candidature, ce qu’il regrette encore aujourd’hui. Il semble se conforter avec le déroulé de ses textes semblable, selon lui, à celui d’un article de presse, avec son micro qu’il tient “comme si je faisais le JT”, avec certaines de ses chansons pareilles à un “journal d’opinion”.

« Tiens je te vends un feu. Tu fumes qui tu veux »

Il puise son inspiration dans son environnement, son quartier, les programmes télévisés. Même les faits divers deviennent une source de créativité. La chanson Arkansas, sortie en 2001, aborde le thème des tueries en milieu scolaire et notamment celle du 24 mars 1998 à Jonesboro, une ville des États-Unis. Andrew Golden, 11 ans, et Mitchell Johnson, 13 ans, abattent quatre camarades de classe, une enseignante, et blessent dix personnes.

Sa soif de lecture l’a poussé à endosser le rôle de parrain du festival. “Je lis énormément. J’aime les reportages. Quand Monsieur de Saint-Exupéry (rédacteur en chef de la revue XXI et organisateur du festival, ndlr) m’a parlé du journalisme vivant, je me suis dit que ça colle à beaucoup de choses qui m’ont “construit”. C’est-à-dire des gens qui partaient faire des reportages, qui incarnaient, qui étaient sur place.”

“Oublie tes réflexes, tes pulsions, et analyse.”

Partir, MC Solaar le fait depuis longtemps. Né au Sénégal de parents tchadiens, il arrive en France avant l’âge d’un an. Puis viennent les voyages. En Belgique, en Suisse, en Guyane, sur le continent africain… “Je voyais les choses différemment. Je parlais dans une autre position. Ce n’était plus “j’ai fais ci”, mais “il se passe ceci””. Lors d’un voyage en Afrique, il rencontre un homme qui lui dit une phrase qui le marque : “Ce que tu fais, c’est Réapprendre A Parler, R.A.P, du rap.”

Pour découvrir tous nos articles sur les Ateliers de Couthures, le festival du journalisme vivant, rendez-vous sur http://www.bxlbondyblog.be/ateliers-couthures/

Charte des commentaires

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, et utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans en mentionner la source. La rédaction du BBB se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office. Les commentaires sont modérés a priori.

One Response to “#FestiCouthures. MC Solaar nous “Réapprend A Parler””

  1. tomiet.danielle@gmail.com' tomiet dit :

    Merci pour ce beau projet dans mon pays natal, le Lot-et-Garonne. Je n’en reviens toujours pas !
    Je n’ai participé qu’à une journée, celle du concert de MC Solaar car c’est sa présence qui m’a donné envie de venir.
    Je suis rentrée sur Marseille après avoir écouté “changer la prison”. J’ai été très touché par la présence discrètes et bienveillante des jeunes animateurs-journalistes qui sont à l’inverse de ce que l’on voit aujourd’hui. J’ai aimé qu’on laisse autant la place aux témoignages, à la vie.
    J’ai laissé samedi un message dans “la boîte à rêves” je rêve d’un reportage sur les enfants Roms des bibliothèques de rue pour leur laisser la parole…

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Caricature de Lassane Zohoré
#FestiCouthures. Faire enrager les puissants en un coup de crayon

Les Ateliers de Couthures, festival international de journalisme vivant, projetaient samedi 30 juillet 2016 le documentaire français Caricaturistes, fantassins de...

Fermer