"/>
Table de mixage
26
Jan
2016

Douze étudiants en journalisme ont affirmé leur subjectivité dans des micro-récits de deux à trois minutes.

Photo d'illustration : Esteban ... (Flickr)

Douze étudiants en journalisme ont affirmé leur subjectivité dans des micro-récits de deux à trois minutes.

26 Jan
2016

CREADOC. En journalisme radio, le « je » en vaut-il la chandelle ?

Pendant les trois jours de l’atelier radio Créadoc, les étudiants en journalisme de l’IHECS (Institut des hautes études des Communications sociales) ont construit des récits radiophoniques en expérimentant différentes formes de narration.

A l’heure où les formats courts et la web-diffusion redonnent un âge d’or à la narration radiophonique, les journalistes s’inspirent de plus en plus des mécanismes du storytelling, surtout anglo-saxons, pour personnaliser leurs sujets, donner du sens à leur information, en mettant notamment l’accent sur l’anecdote, le témoignage, la question.

C’est avec cette intention que douze étudiants de la section Presse et Information ont produit des micro-récits de deux à trois minutes, dans lesquels leur objectivité journalistique se laisse volontiers corrompre.

De Dansaert à Alep, de la chronique satirique à la relecture des pubs radio, ou encore dans une rencontre belgo-congolaise, la question de la liberté tisse son fil.

“Je trouve ça hyper gratifiant de servir à quelque chose”

Pierre Dory est bénévole à Aviation sans frontières (ASF). Anne Barrès et Maria Haase Coelho en dressent le portrait.

Les punchlines de l’info

Julien Decuyper et Martin Monserez s’inspirent des codes de l’actualité pour mieux les détourner.

Voyage au bout de la rue

Marie Royer et Céline Emmerechts sont parties à la rencontre des riverains de la rue Dansaert, à Bruxelles.

La pub se dévoile

Tous les jours, les pubs sont omniprésentes à la radio. Alexia Durieu et Laura Swysen vous livrent les secrets de leur fabrication.

Lettre d’Alep : “Crétin, ce n’est un endroit pour personne”

Hélène Ghislain et Hélène Lambert offre une relecture de la “lettre d’une pigiste perdue dans l’enfer syrien”, écrite par Francesca Borri. Plongée sonore dans la vie d’une journaliste indépendante en terrain de guerre.

Le vendredi, tout est permis

“Jeune homme, on ne lance pas les cartables.” L’école, la maîtresse, ses gentils cancres. Une création sonore de Béatrice Pitre et Isabelle Zawadzka.

Charte des commentaires

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, et utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans en mentionner la source. La rédaction du BBB se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office. Les commentaires sont modérés a priori.

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
“Tu pourrais vivre sans les réseaux sociaux ?”

Étudiantes en deuxième année de master en éducation aux médias à l’IHECS (Institut des hautes études des Communications sociales), nous...

Fermer