"/>
Jeune femme dans un camp de réfugié
03
Mar
2016

Un colloque pour sensibiliser la population aux violences et difficultés rencontrées par les migrantes et réfugiées.

Crédit photo : Collectif des Femmes

Un colloque pour sensibiliser la population aux violences et difficultés rencontrées par les migrantes et réfugiées.

03 Mar
2016

« Dans le cas de migration ou d’immigration, les femmes sont toujours celles qui perdent le plus »

A l’occasion de la Journée internationale de la femme, un colloque international intitulé « Femme… violence et migration » aura lieu ce vendredi 4 mars à l’Aula Magna de Louvain-La-Neuve. Cette journée est organisée par le Collectif des femmes en collaboration avec l’AGL (Assemblée générale des étudiants de Louvain), la CGEI (Coordination générale des étudiants internationaux) et la plateforme Codiso (Coordination pour la Diversité et la solidarité). L’évènement portera sur la violence faite aux femmes dans le contexte des migrations.

Les femmes réfugiées et demandeuses d’asile sont très souvent les plus vulnérables. En plus des violences qu’elles subissent, elles sont également victimes d’inégalité de genre dans la problématique des réfugiés. « Dans le cas de migration ou d’immigration, les femmes sont toujours celles qui perdent le plus », explique Pamela Dattoli, coordinatrice au sein du Collectif des Femmes. Cette asbl a pour objectif premier l’insertion socioprofessionnelle par le biais, entre autres, de formations. « Nous proposons des formations en français, en informatique et en langues étrangères. Nous avons aussi mis en place des cours de citoyenneté pour aider les femmes migrantes, réfugiées et immigrées à mieux comprendre le contexte dans lequel elle se trouvent », indique Pamela Dattoli.

L’art-thérapie comme soutien psychologique

Par ailleurs, le Collectif offre un accompagnement psychologique pour les femmes ayant subi des traumatismes ou des violences. « Nous avons des assistants sociaux et une psychologue qui suivent les personnes victimes de toutes sortes d’abus. Des groupes d’art-thérapie leurs permettent de s’exprimer, de parler de leurs souffrances », poursuit la coordinatrice. Cette initiative leur donne la possibilité de mettre des mots sur ce qu’elles ont vécu.

Au delà, des traumatismes, beaucoup souffrent de dépression due aux difficultés de la vie quotidienne auxquelles elles doivent faire face une fois arrivées en Belgique. « Elles n’arrivent pas à s’intégrer convenablement parce qu’elles ne savent pas ce qu’elles deviendront demain. Sans titre de séjour légal ou bien même en attente du statut de réfugié, elles ne peuvent prétendre à aucun emploi, bien qu’elles aient suivi des formations », explique-t-elle.

Attirer l’attention des politiques

Outre la sensibilisation aux difficultés et violences rencontrées par les femmes, un tel évènement permettra d’apporter des pistes pour mettre en place différents projets, mais également d’interpeller des politiques. « Dans les pays européens, les associations donnent l’opportunité aux femmes réfugiées, migrantes et demandeuses d’asile de se faire entendre par le monde politique pour, enfin, arriver à faire changer les choses », conclut Pamela Dattoli.

 

Colloque international “Femmes… violence et migration”

Quoi ? Un colloque international sur le sujet des femmes, de la violence et de la migration. L’entrée est gratuite.

Quand ? Le vendredi 4 mars 2016 à partir de 8h30.

Où ? Bâtiment Aula Magna – 1 Place Raymond Lemaire, 1348 Louvain-la-Neuve.

Qui ? Le colloque est organisé par le Collectif des Femmes en partenariat avec l’Assemblée générale des étudiants de Louvain-la-Neuve (AGL), la Coordination générale des étudiants internationaux (CGEI) et la plateforme de Coordination pour la diversité et la solidarité (Codiso).

Comment ? Le colloque sera divisé en trois panels, le premier concernera la vulnérabilité des femmes dans le parcours migratoire, le deuxième présentera les témoignages des victimes et des acteurs de terrain et le troisième exposera la nécessité d’une reconstruction des victimes et d’une réponse globale à toute forme de violence. Chaque panel sera présenté par plusieurs intervenants et sera ensuite suivi d’un débat.

Pourquoi ? Cette initiative a été mise en place pour permettre une réflexion sur la situation qui sévit au sein des femmes en exil et a pour but d’apporter des pistes éventuelles afin de mettre des projets en place afin de les aider au mieux.

Charte des commentaires

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, et utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans en mentionner la source. La rédaction du BBB se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office. Les commentaires sont modérés a priori.

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Photo portrait de Marcin Swiecicki.
Pologne : “Nous comptons les jours et les mois jusqu’aux prochaines élections”

L'European Movement International (EMI) organisait jeudi 18 février une conférence-débat sur la situation politique en Pologne, suite à la montée au...

Fermer