"/>
01
Oct
2018

Entretien cinéma avec Sophie Dupuis. La réalisatrice québécoise est au FIFF pour présenter son premier long métrage.

Entretien cinéma avec une jeune réalisatrice qui fait de la fratrie un thème central dans son œuvre.

Entretien cinéma avec Sophie Dupuis. La réalisatrice québécoise est au FIFF pour présenter son premier long métrage.

01 Oct
2018

L’amour fraternel au coeur du film “Chien de garde”

Pour son premier long métrage Chien de garde, la réalisatrice québécoise Sophie Dupuis débarque au Festival international du film francophone de Namur (FIFF) avec un drame tendu et éreintant. Fascinée par l’amour fraternel qu’elle n’a jamais connu, elle se l’approprie pour le rendre à l’image intense, brut et chaotique.

Le film brosse le portrait d’une famille qui peine à trouver son équilibre : deux frères, une mère alcoolique et un oncle qui embarque ses neveux dans son business de drogues. Ils doivent récupérer la marchandise chez les fournisseurs. Empêtré dans un milieu à la dérive, l’aîné aspire à mieux. Sa fiancée le pousse vers le haut, mais il est sans cesse retenu par Vincent, son frère cadet. Ce protagoniste explosif insuffle une nervosité à l’histoire. Le tout appuyé par un rythme incisif, Sophie Dupuis installe un climat tendu pour sa première œuvre. 

Charte des commentaires

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, et utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans en mentionner la source. La rédaction du BBB se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office. Les commentaires sont modérés a priori.

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Le cinéma belge : pas de pétrole, mais des idées

Le cinéma belge francophone est bien portant. Un petit peu ventripotent même, à tel point que sa panse dépasse timidement...

Fermer