"/>
Débat mouvementé entre Stiegler et Ogien.
19
Sep
2017

Lors du EuropeanLab, un panel large et varié d'intervenants ont partagés leur vision sur l'Europe et son avenir.

Débat mouvementé entre le philosophe Bernard Stiegler et le sociologue Albert Ogien. Le médiateur, Jean-Claude Englebert, tente de tempérer.

Lors du EuropeanLab, un panel large et varié d'intervenants ont partagés leur vision sur l'Europe et son avenir.

19 Sep
2017

OPINIONS. European Lab Brussels : la renaissance du projet européen par la culture

Récession économique, repli identitaire, Brexit, essor des partis eurosceptiques… Le constat est d’autant plus douloureux que les espoirs étaient grands. Le rêve européen semble avoir été rattrapé rapidement par la réalité. L’identité européenne était une chimère, l’union monétaire une faillite assurée pour les pays du Sud, l’ascenseur social est tombé en panne, le traité de Maastricht était aussi prévoyant qu’un agenda d’amnésique. C’est un lendemain difficile pour l’utopie européenne. Un peu comme celui d’un pochard qui voit des étoiles en se réveillant avec la gueule de bois, des étoiles jaunes sur fond bleu. Puis qui se rend compte que dans l’enthousiasme aveugle de l’ivresse, il est parvenu à perdre son portefeuille, ses potes et sa femme en une soirée. Et pourtant, cette semaine, à l’European Lab Brussels, différents intervenants calés sur le sujet se sont réunies pour en parler. Et ils ne manquent pas d’idées…
Banderole du EuropeanLab et drapeau européen dans les galeries de la reine.

La banderole de l’European Lab Brussels côtoie le drapeau européen dans la galeries de la reine, dans le centre de Bruxelles.

L’Europe, continent de l’impuissance

Si les avis divergent sur l’Europe et son avenir, une chose semble plus ou moins évidente aux yeux de tous : rien ne va plus. Bernard Stiegler, lors de sa discussion croisée avec Albert Ogien, explique avec sa manière théâtrale d’imposer ses vérités que « l’Europe est une catastrophe dont Bruxelles est la capitale ». Qu’elle n’a « absolument aucun projet » et qu’elle est envahie par des lobbyistes outre-mer qui lui chuchotent à l’oreille de ne surtout pas mener de politique publique afin de laisser le marché résoudre tous les problèmes comme par magie. Ce qu’elle fait… Pourtant, raconte le philosophe, les États-Unis, qui sont les premiers à nous inciter à ne pas intervenir dans le bon (ou pas) fonctionnement de l’économie libre, ont été les premiers à mener des politiques publiques de grande envergure. Seulement, celles-ci sont occultes car les États-Unis financent énormément de projets via l’armée, de manière détournée, continue le philosophe de renom. Ainsi, les doctrines économiques européennes, incarnées par exemple par le Traité de Maastricht, seraient fondées sur un modèle obsolète destiné à l’autodestruction. Et tout cela avec le bon consentement de notre classe politique. Pour Stiegler, le constat est simple : « L’Europe est devenu le continent de l’impuissance ».

Bernard Stiegler et Albert Ogien discutent lors d'une conversation croisée et le débat s'échauffe un peu. Le modérateur Jean-Claude Englebert tente de tempérer.

Lors d’une conversation croisée, la température monte un peu entre le philosophe Bernard Stiegler et le sociologue Albert Ogien. Le modérateur Jean-Claude Englebert tente de tempérer.

Les thèses du penseur polémique sont certes peu nuancées, voire carrément radicales à certains égards. Et pourtant, dans son manifeste « Ars Industrialis » paru en 2005, il avait prophétisé la crise qui secouera l’équilibre mondial deux ans plus tard. Ses propos, bien que d’une noirceur mélancolique qu’il revendique haut et fort, ne sont pas à prendre à la légère. Ils ne sont bien sûr qu’une vision de la réalité, quelque peu nihiliste sur les bords, mais ils ne manquent pas de lucidité.

Une fois ce triste constat dressé, Bernard Stiegler appelle à l’action en citant Van Gogh et le principe de « mélancolie active ». « L’Europe, c’est avant tout une dynamique qui se meut entre le passé, le présent et l’avenir » Or, « l’Europe a une responsabilité historique, elle a déclenché ce qui s’est mondialisé. L’Europe doit réinventer un mode de vie », explique-t-il. Et cette responsabilité relève aussi de ceux qui sont payés pour penser : les académiciens. « Il faut réarmer l’intellect », s’exclame Stiegler en poursuivant sa diatribe.

« L’Europe est avant tout une histoire que l’on se raconte et que l’on façonne au fur et à mesure. » Albert Ogien

En face de lui, Albert Ogien semble plus confiant. Il avoue croire en « l’intelligence collective de l’humanité » qui se mobilise pour résoudre les problèmes. Le sociologue français observe qu’il y a une « modification de la sensibilité politique qui donne lieu à des mouvements citoyens plutôt qu’à des partis » et prône une « réappropriation de la vie politique au niveau local ». Ogien, moins incendiaire que son interlocuteur, laisse la porte ouverte à l’espoir. Selon lui, « l’Europe est avant tout une histoire que l’on se raconte et que l’on façonne au fur et à mesure. » Il ne tient donc qu’à nous d’inventer une suite plus joyeuse. Il affirme par la même occasion que la situation de l’Europe est la responsabilité de chacun et incite le citoyen lambda à assumer son rôle.

La culture, grâce salvatrice de l’Europe

Katherine Heid, secrétaire générale adjointe de Culture Action Europe, confirme l’idée d’Ogien en affirmant que l’on ne peut espérer sauver la culture en Europe avec des législations qui vont du haut vers le bas (« top-down policies ») mais que cela ne peut venir que d’une participation massive venant du bas (« grassroots participations »). Selon des études récentes, il semblerait qu’il y ait un effet de corrélation important entre la participation culturelle et la force de la démocratie. Revitaliser l’Europe, d’après Katherine Heid, ne fonctionnera pas avec les cinq scénarios proposés par Jean-Claude Juncker dans son livre « Livre blanc sur l’avenir de l’Europe » car il base son approche sur des questions purement économiques et politiques et ne fait pas, ou presque pas, allusion à la culture. Or, explique Heid, « c’est à travers la culture que l’on fait avancer des valeurs telles que l’ouverture à la diversité ». Des valeurs qui font de plus en plus défaut.

Picture of Ines Tanovic speaking. She is an Activist for association for Culture & Arts (CRVENA) from Bosnia Herzegovina.

Ines Tanovic, originaire de Bosnie-Herzégovine, intervient lors de la conférence “EU & Beyond : those countries which are dreaming about Europe.”

À sa droite est assise une jeune bosniaque, Ines Tanovic, activiste au sein de l’Association for Arts and Culture. Il y a quelques années, elle s’est rendu compte que le musée national bosniaque était dans un état pitoyable. Ceux qui s’en occupaient n’étaient pas payés et l’immense héritage culturel et historique que le lieu abritait se dégradait, faute de moyens. Les politiques bosniaques ne se préoccupant pas le moins du monde de l’état du musée, elle décida de faire appel aux citoyens. Très rapidement, un réel engouement populaire se créa pour le musée. En quelques semaines, ils parvinrent à collecter les ordinateurs, les climatisations et autres objets qui leur faisait défaut. Le raz-de-marée citoyen qui avait afflué au musée pour sauver la culture était si important que les politiques ne purent plus l’ignorer et acceptèrent de donner des fonds pour remettre le musée en marche.

Sonia Triki, travaillant à la cohésion sociale à Molenbeek, explique comment les activités culturelles permettent, dans la commune multiculturelle de Molenbeek, de rassembler des gens de différentes communautés. Avec son projet Molendance 2016, au lendemain des attentats, elle utilise les activités culturelles comme un réel outil pour le dialogue entre les cultures.

Voilà donc deux exemples concrets où la culture rassemble les citoyens autour d’un projet commun et crée de la cohésion sociale. À peu de chose près, c’est tout ce qui manque au projet européen. Une effervescence citoyenne faisant naître l’unité dans la diversité. Un réel dialogue citoyen ne serait-il pas le moyen le plus direct et efficace de faire renaître une Europe au bord de l’avortement ?

« Pour que nous refondions enfin la confiance européenne, c’est bien par la culture que nous devons repartir » Emmanuel Macron

Pour Aysegul Sert, journaliste turque travaillant pour plusieurs journaux francophones, la réponse est claire : « La culture sera la grâce salvatrice de l’Europe. » Il y a à peine une semaine, le Président français, Emmanuel Macron, a tenu un discours similaire sur le fameux Pnyx à Athènes, le lieu qui a vu naître la démocratie : « Pour que nous refondions enfin la confiance européenne, c’est bien par la culture que nous devons repartir. » Même Jean-Claude Juncker aurait récemment admis la possibilité d’un sixième scénario qui prendrait en compte la culture. On dirait que c’est dans l’air du temps… Reste à savoir comment passer de la parole à l’acte.

Plus facile à dire qu’a faire

Aujourd’hui, seulement 0,1%, c’est-à-dire un millième du budget européen, affirme Fabien Miclet qui modère le débat, est consacré à la culture. Plus de 40% l’est à l’agriculture. Il est un fait que nourrir le corps est une priorité plus urgente que de nourrir l’esprit. Et pourtant, négliger la culture ne peut amener à long terme qu’à l’acculture et à la montée des populismes, comme le montre l’état actuel des choses. L’unité dans la diversité doit nécessairement passer par un projet culturel d’envergure. Les États-Unis l’avaient bien compris quand ils ont décidé le rôle que devrait jouer le cinéma dans leur société. Ils sont parvenus via Hollywood à façonner l’imaginaire collectif d’une vaste Nation pendant plusieurs générations, à faire vivre le mythe de “l’American Dream”. Sans pour autant suivre strictement l’exemple de nos cousins d’outre-Atlantique il serait toutefois judicieux de se réapproprier la direction de nos sociétés à la dérive.

Lors de la table-ronde, un autre problème a été soulevé par Manuel Beltran, artiste et activiste espagnol. Il explique que souvent, le simple fait d’émettre une demande de financement à la Commission européenne représente une montagne de paperasse bureaucratique et un investissement que certains acteurs culturels n’ont pas les moyens de supporter. De plus, la Commission demande en retour une série de correspondances avec leur programme et leurs exigences. Ce qui a pour conséquence de formater les propositions de projets et de réduire drastiquement le champ des possibles. Si la force de la culture est souvent de pouvoir penser en dehors du cadre, créer un cadre dans lequel les projets culturels doivent rentrer semble plutôt paradoxal.

Barbara Gessler de "Creative Europe" explique son point de vue sur la culture au niveau européen.

Barbara Gessler (Head of Unit Culture for the Education, Audiovisual and Culture Executive Agency (EACEA)), tempère la critique et propose des alternatives intéressantes. À sa droite, Maja Lacic ; à sa gauche, Sonia Triki.

Barbara Gessler, qui est à la tête de Creative Europe, l’organe de financement des projets culturels par les budgets de la Commission européenne, écoute attentivement ces remarques qui lui sont adressées de manière plus ou moins ostentatoire par les autres intervenants. Elle dit comprendre la frustration qui peut être occasionnée par le fonctionnement des grandes institutions et admet qu’elles ne sont pas encore prêtes à entendre certaines choses. Cette affirmation reste assez vague mais elle précise ensuite sa pensée : « On a besoin d’un petit peu de règles au niveau européen pour assurer un traitement égal et juste. Les règles sont une protection car nous distribuons l’argent de ceux qui payent leurs taxes et nous devons faire en sorte qu’il soit bien distribué. » Barbara Gessler continue et propose une piste intéressante. « J’aimerais voir beaucoup plus de complémentarité entre les financements européens et les autres sources de financements. Les régions, les Länder et autres entités locales peuvent mieux voir et identifier ce qui est nécessaire. »

« Si l’Europe a un avenir, il viendra de la jeunesse. » Aysegul Sert

Maja Lalic tient le même discours en affirmant « qu’il faudrait davantage s’adresser aux initiatives locales » mais aussi « travailler sur la flexibilité des visions de l’Europe ». Ce qui rejoint l’idée du sociologue Albert Ogien lorsqu’il parle de « réappropriation de la vie politique au niveau local ». Ainsi pensée, l’Europe ne serait pas une entrave à la calibration nouvelle de la vie en société mais un soutien. Elle ne se placerait pas en décideur hégémonique mais plutôt en accompagnatrice bienveillante, garante du dialogue interculturel.

Aysegul Sert, journaliste Turque, intervient lors de l'EuropeanLab.

Aysegul Sert, journaliste turque, lors de l’European Lab.

Un dernier point est finalement abordé par Aysegul Sert : « Si l’Europe a un avenir, il viendra de la jeunesse. » Là-dessus aussi, tous semblent s’accorder. La jeunesse est la seule qui peut vraiment soulever le projet européen et lui insuffler le souffle de vie qui lui fait défaut, bousculer l’inertie dans laquelle l’Europe s’est coincée en ne prenant pour base que des accords économiques et commerciaux comme le Traité de Rome, le traité instituant la Communauté européenne du charbon et de l’acier (CECA), la communauté économique européenne… L’Union européenne est née par l’économie il y a plus d’un demi-siècle dans des pièces à huis-clos, fermées au public mais elle renaîtra par la culture. Elle renaîtra au grand air comme est née la démocratie grecque et sera portée par la jeunesse. Ou alors, elle périra. Voilà le lourd fardeau de notre génération. Alors qu’attendons-nous pour prendre la relève !

Florian De Schutter

Charte des commentaires

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, et utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans en mentionner la source. La rédaction du BBB se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office. Les commentaires sont modérés a priori.

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Loup Bureau est enfin libre

Loup Bureau est de retour en France. Le journaliste a atterri à l'aéroport de Roissy peu avant 9 heures, dimanche...

Fermer