"/>
Des jeunes jouant au Football au Ghana
10
Avr
2016

Le Ghana : poubelle numérique de l’Europe ? Reportage au cœur d’un circuit parallèle.

Photo : BBB

Le Ghana : poubelle numérique de l’Europe ? Reportage au cœur d’un circuit parallèle.

10 Avr
2016

Ghana : reportage au cœur du trafic des e-déchets européens

Dans le cadre de notre mémoire en Presse-Info à l’IHECS, nous avons décidé de réaliser une enquête approfondie au cœur du trafic des déchets électriques et électroniques européens vers l’Afrique.

Pas moins de deux tiers des e-déchets sont exportés illégalement sur le continent africain et notamment au Ghana, qui compte sur son territoire la plus importante décharge d’e-déchets d’Afrique de l’Ouest. Ce commerce illégal a lieu alors qu’il est interdit par une législation européenne depuis 1992, la Convention de Bâle.

Comment ce commerce illégal fonctionne-t-il aujourd’hui ? Que mettent en place les autorités belges et européennes pour endiguer ce phénomène ? Quant aux autorités ghanéennes, que font-elles face aux carcasses de déchets qui s’accumulent dans la capitale, Accra ?

C’est pour répondre à toutes ces questions que deux étudiants de notre équipe enquêtent en ce moment à Accra. Les deux autres membres du groupe sont, quant à eux, restés en Belgique afin de pouvoir avancer sur deux fronts : le départ des e-déchets en Europe et leur arrivée au Ghana.

A travers le BBB, nous voulions partager avec vous notre journal de bord. Si jamais vous voulez découvrir nos articles en avant-première, inscrivez-vous à notre newsletter au moyen d’un don qui nous aidera à financer notre reportage, ou suivez-nous tout simplement sur Twitter, Instagram ou sur notre page Facebook.

En espérant que vous apprécierez la lecture de nos aventures.

Juliette Heymans, Johanna-Aline Tong, François Witvrouw, Sébastien Baillet

 

Extrait du journal de bord, Jour 4 :
« Si nous avons choisi « Somewhere Nice » comme hôtel pour loger durant ces deux semaines à Accra, c’est parce que Max, le gérant, nous a directement semblé sympathique. En discutant un peu avec lui sur Facebook, nous nous sommes rendu compte que son établissement était respectueux de l’environnement et qu’il y accordait une très grande importance. Il nous a également parlé de la possibilité de nous emmener une fois dans la décharge d’Agbogbloshie. C’est ce que nous avons fait aujourd’hui.Voilà quelques mois, il s’était rendu dans la décharge et avait promis à quelques travailleurs de leur ramener des tee-shirts la prochaine fois qu’il viendrait. Aujourd’hui était donc l’occasion pour lui d’amener ses cadeaux tout en nous permettant de rencontrer les premières personnes au sein de la décharge.A vrai dire, nous ne nourrissions pas énormément d’attentes quant à cette première venue dans la décharge. Nous avions clairement remarqué qu’il était difficile de sortir nos appareils photo dans la rue. Alors, dans une décharge, nous ne nous faisions pas trop d’illusions.Et bien, nous avons eu tort sur toute la ligne ! Il est vrai qu’à notre passage, tous les regards se tournaient vers nous, certains nous demandant même ce que nous venions faire ici. Cependant, nous avons continué à marcher jusqu’à des longues plaines où il n’y avait presque plus personne. Après cinq petites minutes de marche, nous sommes arrivés aux cases des bruleurs de câbles. C’est eux que Max avait déjà eu l’occasion de rencontrer. A quelques dizaines de mètres, certains d’entre eux étaient rassemblés autour d’un feu qui laissait échapper une épaisse fumée noire.Max nous a directement présentés au groupe de jeunes garçons qui étaient là. Un check avec le poing faisant office de « Bonjour ». Très vite, les présentations sont faites et les hommes nous demandent ce que nous faisons là. Nous leur expliquons le but de notre venue. Encore un peu sur la retenue, ils le prennent tout de même avec le sourire. Max nous désigne un homme qui est le chef de cette section de la décharge.  Celui-ci  accepte de nous parler et de répondre à nos questions ».
Lire la suite

Charte des commentaires

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, et utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans en mentionner la source. La rédaction du BBB se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office. Les commentaires sont modérés a priori.

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Musique : Ulysse, trio électro belge
PORTRAIT. Ulysse, révélation homérique 

Le groupe belge Ulysse annonce la sortie d'un premier album pour la fin de l'année. D'ici là, le trio présage secrètement de belles dates pour l'été. Dour...

Fermer