"/>
Hugues Dorzée, rédacteur en chef du magazine "Imagine demain le monde"
12
Avr
2015

Découvrez notre série “métiers insolites” : #7 Slow journaliste

Hugues Dorzée, rédacteur en chef du magazine "Imagine demain le monde".

Découvrez notre série “métiers insolites” : #7 Slow journaliste

12 Avr
2015

MÉTIERS INSOLITES. Hugues Dorzée, journaliste au long cours

Hugues Dorzée, ce n’est pas le journaliste classique de la presse quotidienne, qui se démène tous les jours pour relayer une nouvelle dont vous devinez déjà l’issue. Enfin, ce ne l’est plus. S’il a pendant 18 ans arpenté la rédaction du Soir et écrit, avant cela, en tant qu’indépendant, pour Télé-Moustique et consorts, il fait désormais partie intégrante d’un média que l’on classe dans la catégorie « slow press ».

Depuis juin 2013, le Liégeois originaire de Nandrin (Condroz) tient le rôle de rédacteur en chef du magazine Imagine demain le monde. Son terrain de jeu n’est plus du tout le même que celui de son employeur précédent. D’un quotidien généraliste national, il passe à un bimensuel qui cible un marché de niche, qui compte 4.000 abonnés.

Si Hugues Dorzée a quitté son statut de journaliste de terrain qui lui tenait tant à cœur pour un rôle de rédacteur en chef, c’est pour une raison bien simple : l’envie de traiter les sujets de société qui le touchent vraiment, d’une manière approfondie, ce que ne permet plus la presse quotidienne. Cette possibilité, il l’a retrouvée dans le projet alternatif et innovant du magazine Imagine, qui a changé de formule pour se recentrer sur un contenu plus recherché, tout en cherchant à élargir son lectorat.

Briser le mythe de Tintin reporter

Et il a bien fallu tout cela pour attirer le journaliste maintes fois primé pour son travail de qualité : trois fois le prix Dexia de la presse, une fois le prix de la Fédération internationale des journalistes, une bourse reçue de la Fondation Roi Baudouin… Le principal intéressé ne s’en vante pas, mais préfère évoquer « une chance de voir son travail reconnu et primé, ce que les jeunes journalistes actuels ne vivent pas forcément, à cause d’une évolution du métier qui ne va pas toujours dans le bon sens ».

Mais Hugues Dorzée adore son métier actuel, dans lequel il retrouve un journalisme de proximité, lui qui se balade partout à vélo et s’investit beaucoup dans sa ville et son entourage. « Il faut essayer d’éviter le mythe de Tintin Reporter. Le reportage intéressant peut se trouver au coin de la rue. »

Rat des villes et des champs

Depuis toujours, Hugues Dorzée se sent attiré par les questions de société et ressent une envie d’informer intelligemment. Après un début d’études en économie, le jeune homme a préféré s’investir et partir en tant que bénévole en Roumanie, après les révolutions qui ont touché le pays à la fin des années 80, plutôt que de patienter sagement jusqu’au mois de septembre suivant. Après cela, les candidatures en Philo et Lettres et la licence en journalisme se sont suivies et ont mené le jeune reporter à faire ses armes en rédaction locale, en tant que rédacteur sur le football provincial pour le journal Vers l’Avenir. Indépendant, il travaille ensuite pour des magazines divers ou encore pour la RTBF. Après trois ans de boulots variés, le « rat des villes et des champs », comme il se surnomme, a intégré les rangs du Soir. Démarrant au bureau régional de Liège, il sera ensuite propulsé au service politique et société à Bruxelles. Service qu’il occupa jusqu’il y a 18 mois.

Et dans la vie perso ?

A côté du journalisme, ce père de deux enfants, joueur occasionnel de football, trouve encore le temps de s’adonner à d’autres projets, touchant notamment au problème de l’immigration. Après un premier roman photo paru en 1999, le journaliste a rédigé une nouvelle parlant des rescapés du génocide rwandais, qui est en ce moment adaptée au théâtre par une jeune comédienne liégeoise. Mais il a également participé au travail de recherche pour le film Illégal d’Olivier Masset-Depasse, traitant du même sujet. Les projets ne semblent pas s’arrêter là pour Hugues Dorzée mais celui-ci reste évasif quant à l’inspiration qui lui traverse l’esprit en ce moment. Surprise.

Portrait réalisé par Emmanuel van den Brûle

 

→ Voir les autres portraits de la série “métiers insolites”

Charte des commentaires

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, et utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans en mentionner la source. La rédaction du BBB se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office. Les commentaires sont modérés a priori.

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Françoise de Paeuw avec son partenaire, Maxime Thierry, mercredi passé sur la scène du Fou Rire à Anderlecht.
MÉTIERS INSOLITES. « Tu dois l’accepter, tu es une comique ! »

Lorsque le bourgmestre de Bruxelles leur demande leur consentement, il répond « Non peut-être ! », elle répond « Non ! » tout...

Fermer