"/>
08
Fév
2018

Ce jeudi 8 février, les Polonais fêtent le Jeudi gras. Les caissières des magasins polonais ont des beignets sur la planche !

Les faworiki ont beaucoup de succès auprès des enfants polonais

Ce jeudi 8 février, les Polonais fêtent le Jeudi gras. Les caissières des magasins polonais ont des beignets sur la planche !

08 Fév
2018

Le Jeudi gras, une tradition polonaise pleine de douceur(s)

Aneta s’active derrière son comptoir. Elle travaille dans un petit magasin polonais sur la chaussée de Waterloo dans la commune de Saint-Gilles.  « Le Jeudi gras, les clients sont beaucoup plus nombreux que d’habitude ».

La plupart de ses clients font la file pour acheter des pâtisseries traditionnelles polonaises. Il y a d’une part les célèbres « paczki ». Ce sont des beignets ronds recouverts d’un épais glaçage au sucre, fourrés à la confiture de fraise, de myrtille ou de rose. D’autre part, il y a également les fameux « faworki » qui sont vendus en grand nombre. Il s’agit de longs biscuits frits et saupoudrés de sucre glace.

Aneta vit en Belgique depuis douze ans.

Ces deux pâtisseries traditionnelles sont les symboles de la fête du Jeudi gras. Celui-ci marque le début du Carême et tombe donc chaque année à une date sensiblement différente.

On en vend parfois la veille du Jeudi gras, mais la plupart du temps les clients préfèrent le jour même. Cela fait partie de la coutume”.

« Dans mon enfance, la plupart des gens préparaient ce genre de douceurs chez eux » se souvient Aneta. « Aujourd’hui, je pense que c’est de plus en plus rare. Beaucoup préfèrent les acheter en magasin, soit par manque de temps, soit parce que ces recettes de grand-mère se perdent progressivement. On en vend parfois la veille du Jeudi gras, mais la plupart du temps, les clients préfèrent les acheter le jour-même. Cela fait partie de la coutume »

Les paczki sont vendus par milliers à l’occasion du Jeudi gras.

Alicja travaille elle aussi dans un petit magasin polonais à quelques pas de la porte de Halle. Avec un sourire aussi doux que les beignets qu’elle dispose sur le comptoir, elle me raconte volontiers comment son magasin prépare le Jeudi gras. « Ici, on commande aussi bien les paczki que les faworki parfois jusqu’à deux semaines à l’avance. On les commande dans deux boulangeries polonaises différentes, l’une basée à Bruxelles, l’autre dans la ville polonaise de Sczczecin. Dans ce cas, ils arrivent par camion en moins de 24 heures »

Une tradition ancienne d’origine biblique

L’origine de la tradition du Jeudi gras remonte loin dans le temps. Pour Wieslaw Bakowski, prêtre polonais de la paroisse d’Ostroleka, la véritable signification de cette fête est souvent oubliée. « Le Jeudi gras marque une étape symbolique importante dans le calendrier chrétien à deux niveaux. Premièrement, il s’agit de bien manger avant de débuter la période du jeûne de 40 jours précédant la résurrection du Christ, c’est-à-dire le Carême. Les Chrétiens ont pour habitude de se refuser certaines gourmandises durant cette période afin de purifier leur organisme et ainsi de mieux apprécier les diverses douceurs culinaires une fois cette période écoulée. Deuxièmement, le Jeudi gras est également la fête du « odpust » (pardon). A cette occasion, les fidèles se rendent à la messe pour y recevoir le sacrement de réconciliation. »

Pour Alicja, la tradition du Jeudi gras est l’occasion de passer un bon moment en famille ou avec des amis

Pour Alicja, au-delà d’être catholiques, les Polonais sont surtout très attachés à leurs traditions nationales. « Moi, par exemple, je ne vais pas spécialement à la messe. Par contre, j’adore nos traditions. Il y a peu d’autres pays européens où les coutumes nationales sont transmises aux nouvelles générations avec autant d’enthousiasme qu’en Pologne. »

C’est donc avec ferveur que la diaspora polonaise de Saint-Gilles fête le Jeudi gras, à plusieurs centaines de kilomètres de son pays d’origine. Une façon de retrouver un peu de la douceur slave à Bruxelles.

Etant moi-même belgo-polonais, j’ai choisi de traiter ce sujet car je n’avais jamais entendu parler de la tradition du « Jeudi gras ». En me rendant dans plusieurs petits commerces de Saint-Gilles, j’ai voulu en savoir plus sur la manière dont la communauté polonaise y perpétue cette sympathique tradition. La diaspora polonaise de Bruxelles étant nombreuse et relativement peu connue, il m’a paru intéressant de mettre en lumière cet aspect de la multiculturalité de notre capitale

Charte des commentaires

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, et utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans en mentionner la source. La rédaction du BBB se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office. Les commentaires sont modérés a priori.

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
DASPA : leur éducation n’est pas secondaire

En 2012, la Fédération Wallonie-Bruxelles met en place un dispositif d’accueil et de scolarisation pour les primo-arrivants (DASPA). Le but...

Fermer