"/>
La pénurie de médecins en Belgique est devenue une réalité qu’il n’est plus possible d’ignorer. Bien que l’entièreté du pays soit touché par ce problème depuis de nombreuses années, la commune bruxelloise de Koekelberg subit particulièrement cette crise… Rencontre avec ses habitants.
08
Fév
2018

Urgences et salles d'attentes surpeuplées, le besoin de médecins généralistes se fait fortement ressentir à Koekelberg.

La maison communale de Koekelberg. Photo : Juliette Bruynseels (BBB)

Urgences et salles d'attentes surpeuplées, le besoin de médecins généralistes se fait fortement ressentir à Koekelberg.

08 Fév
2018

Les habitants de Koekelberg souhaitent plus de médecins dans leur commune

La pénurie de médecins en Belgique est devenue une réalité qu’il n’est plus possible d’ignorer. Bien que l’entièreté du pays soit touché par ce problème depuis de nombreuses années, la commune bruxelloise de Koekelberg subit particulièrement cette crise. Les plaintes des Koekelbergois proviennent du fait que cette commune est la plus affectée de Bruxelles : les jeunes médecins ne viennent plus s’y installer.

Les statistiques montrent que cette petite commune bruxelloise dispose de moins de six cabinets de médecins généralistes actifs pour 10.000 habitants. Depuis 1994, une chute de 32% est observée, lorsque ce chiffre montait à neuf cabinets, selon le journal Le Soir. En guise de comparaison, la commune de Bruxelles-Capitale compte 11,8 cabinets pour 10.000 habitants, celle de Woluwe-Saint-Pierre en compte 17,5.

Pharmaciens, médecins, échevins et citoyens de Koekelberg livrent les conséquences de cette pénurie dans leur vie quotidienne.

Photographies : Juliette Bruynseels

Moitié moins de généralistes d’ici 2037 en Belgique

La pénurie de médecins en Belgique a fait l’objet de nombreux articles depuis quelques années. La médecine généraliste n’intéresse plus les jeunes diplômés, qui préfèrent s’orienter vers diverses spécialisations. La moyenne d’âge des médecins généralistes est donc assez élevée et le problème survient lorsque les médecins plus âgés partent à la retraite. Les patients perdent alors leur médecin de famille et peinent à en trouver un nouveau car les généralistes restants sont débordés de travail.

Face aux chiffres, on constate que, depuis 2004, le nombre des nouveaux diplômés dépasse seulement de 10% le nombre des retraites attendues. Un chiffre en baisse quand on voit que de 1996 à 2003, il atteignait les 70%. En Wallonie, la Commission de planification médicale dénombre 5,09 médecins généralistes pour 10.000 habitants alors qu’en 2012, ce chiffre montait jusqu’à 9,9. En Flandre, le nombre de cabinets passerait de 12,03 en 2012 à seulement 7,94 en 2037.

Charte des commentaires

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, et utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans en mentionner la source. La rédaction du BBB se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office. Les commentaires sont modérés a priori.

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Le Jeudi gras, une tradition polonaise pleine de douceur(s)

Aneta s’active derrière son comptoir. Elle travaille dans un petit magasin polonais sur la chaussée de Waterloo dans la commune...

Fermer