"/>
tabac à rouler
22
Mar
2016

Un paquet de cigarette se vend à 13,30 € en moyenne en Norvège. Devant la crise et les mesures anti-tabac, les fabricants cherchent l'alternative.

Un paquet de cigarette se vend à 13,30 € en moyenne en Norvège. Devant la crise et les mesures anti-tabac, les fabricants cherchent l'alternative.

22 Mar
2016

Lutte contre le tabac : les fabricants en quête d’un second souffle

A partir du 20 mai prochain, les commerçants français passeront au paquet de cigarettes neutre. La mesure fait des émules tant auprès des buralistes que des fabricants. Ces derniers auraient-ils tant à perdre ?

12 centimes. C’est en moyenne le coût de fabrication d’un paquet de cigarettes standard. En Europe, la palette des prix de commercialisation varie selon qu’on l’acquiert le paquet en Norvège, en tête de gondole des pays où le tabac industriel se vend le plus cher (13,30 euros en 2015), ou en Moldavie, pratiquant des tarifs aux antipodes de son homologue nordiste (1,1 euros en 2015).

 

Source : www.cigaretteprices.net

Le tabac rapporte combien et à qui ?

Une industrie prospère dans laquelle les trois acteurs du circuit marchand (fabricants, État, buralistes) récoltent chacun leurs deniers. Mais en quelle proportion ?

L’État reste le grand gagnant dans l’affaire, bien que des différences majeures en matière de fiscalité nuancent les revenus effectifs. En France par exemple, il ne ponctionne pas moins de 80% du prix final. Concrètement, sur un paquet vendu 7 euros, 5,60 € viennent grossir les caisses de l’état, selon le rapport Barbier.

Son dauphin n’est autre que le fabricant lui-même. En France toujours, pour un paquet de cigarettes identique, 80 centimes reviennent à son fournisseur soit 11,5% des bénéfices.  Si la somme paraît dérisoire au vue des recettes étatiques, il suffit d’y soustraire les coûts initiaux pour se rendre compte que l’industriel jouit d’une marge de 62 centimes par paquet. En poussant davantage ces calculs mathématiques, cela correspond à 0,031 centimes de revient par cigarette. En 2013, selon l’étude de l’Institut National de prévention et d’éducation pour la santé (INPES), l’Hexagone a écoulé 47,5 milliards d’unités…

Dernier bénéficiaire de la boucle financière, le buraliste et ses 8,5% restants. 60 petits centimes pour un secteur en ébullition, pris en étau par les initiatives de santé publique mises en place depuis plusieurs années.

Répartition des recettes pour un paquet en France

Répartition des recettes pour un paquet en France

Le tabac à rouler pour alternative

Mesure phare de la lutte contre la tabac, la hausse régulière des prix au paquet obtient statistiquement les effets escomptés. Le stock de cigarettes manufacturées n’a en effet cessé de s’amenuiser au rythme des envolées tarifaires. Si la consommation de tabac est repartie à la hausse en France en 2015, elle ne le doit qu’à une stabilisation des prix depuis 2014. Dans le plat pays, la Fondation contre le Cancer dénombrait 20% de fumeurs en 2015 contre 27% deux ans plus tôt, un chiffre en baisse relative.

À l’autre bout de la chaîne, les fabricants ruent dans les brancards pour dénoncer l’acharnement à l’encontre de leur gain. Et pour cause, crise oblige, les consommateurs se sont tournés vers une alternative autrement plus rentable : le tabac à rouler, jusqu’à quatre fois moins coûteux. 34% d’entre eux en sont aujourd’hui addict.

Si le nombre d’unités industrielles régresse, le volume de tabac à rouler, en revanche, explose. En 2013, la Belgique en a vendu plus de 10 tonnes, 22% de plus que l’année précédente. Ajoutons à cela, la marge plus importante réalisée sur les paquets compte tenu de la hausse des prix… ou comment compenser en partie la perte sur les ventes manufacturées ! Pour preuve que le fléau se répand comme une traînée de poudre, la Belgique prévoit de faire grimper de 32 centimes le prix du paquet conventionnel tandis qu’elle suggère un boom de… 2,88 € pour son concurrent à rouler.

Le paquet neutre vraiment menaçant ?

Pays précurseur dans la lutte anti-tabac, l’Australie, seul endroit au monde où le paquet neutre est en circulation depuis 2012, note en conséquence une baisse de 3% du nombre de fumeurs. Une statistique à mettre toutefois en parallèle d’un prix du paquet parmi les plus élevés de la planète (13,9 euros).

Alors la fronde contre le paquet neutre, écran de fumée ou réelle angoisse pour les cigarettiers ? En 2014, 86% des Français n’étaient pas convaincus par la mesure. Et pourtant. « Si le paquet neutre énerve autant, c’est qu’il est efficace », glissait malicieusement le pneumologue Bertrand Dautzenberg en 2014, moment où l’idée faisait son chemin en France.

Plus que d’empêcher les marques d’apposer leur signature, c’est la sortie de la logique marketing qui est recherchée, avec des objectifs visibles à long terme. Avec en ligne de mire, les 12-17 ans puisque dans 90% des cas, un fumeur le devient durant l’adolescence. Finis les paquets à l’effigie du Che ou la collection Camel. Tandis qu’ils brandissent la menace de la contrebande, les fabricants tentent de trouver la parade. Des boîtes en métal à leur nom dans lesquelles glisser son paquet neutre sont déjà sur le marché.

 

Charte des commentaires

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, et utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans en mentionner la source. La rédaction du BBB se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office. Les commentaires sont modérés a priori.

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Plainte contre violence policière : aboutira ou n’aboutira pas ?

La journée internationale de lutte contre les violences policières à réuni environ 500 personnes à Bruxelles ce 15 mars, preuve que la...

Fermer