"/>
31
Oct
2015

La Belgique n'est pas une terre de rugby. Du moins, pas encore. Rencontre avec ceux qui cultivent l'amour du ballon ovale.

Les U16 du Royal Kituro Rugby Club de Schaerbeek à l'entrainement.

La Belgique n'est pas une terre de rugby. Du moins, pas encore. Rencontre avec ceux qui cultivent l'amour du ballon ovale.

31 Oct
2015

Mais qui es-tu, le rugby belge ?

Ce samedi 31 octobre se clôturera la 8e édition de la coupe du monde de rugby avec, en apothéose, cette grande finale entre la Nouvelle-Zélande et l’Australie à 17 h (heure belge), à Twickenham. Les deux équipes mettront un terme à un tournoi qui en comptait 20 au départ. Pendant un mois et demi, le rugby aura suscité l’engouement auprès des foules. Au point de donner envie à certains de franchir le cap et de se mettre à la pratique de ce sport.

La Belgique n’est pas une terre de rugby, certes, mais les opportunités pour s’adonner à cette discipline existent bel et bien et sont plus nombreuses qu’on le croit.

coaching

Ces jeunes font partie des 13.000 Belges qui pratiquent le rugby.

Notre pays compte 13 000 affiliés répartis dans 65 clubs différents. 85 % de ces adeptes du ballon ovale sont francophones, pour 15 % de néerlandophones. Pour Claude Aronis, administrateur de la Fédération belge de rugby, la cause de cette disparité est culturelle : « Les francophones sont évidemment influencés par les médias français. »

 Une compétition jugée trop peu populaire

 Il est vrai que si vous voulez regarder la finale de samedi soir, il faudra vous brancher sur une chaîne française. Aucune télévision belge ne couvre cet événement mondial, jugé trop peu rentable pour l’audimat du plat pays.

Pourtant, la coupe du monde a donné envie à certains spectateurs de tenter l’expérience du jeu. « À chaque coupe du monde, l’augmentation est plus importante. Les affiliations augmentent chaque année, mais en 2015, on estime qu’on a au moins 15 % d’affiliés en plus ».

David est l’un de ceux-là. Il vient de rejoindre l’équipe des moins de 16 ans du Royal Kituro Rugby Club de Schaerbeek. « C’est la coupe du monde qui m’a donné l’envie ». Après avoir tâté le ballon rond pendant 7 ans, David a complètement abandonné le football pour le rugby, sport dont il apprécie les contacts et l’agressivité.

 Un sport de « bourrin » ?

La notion de contact physique est une des bases dans le rugby et elle peut prêter à de nombreux amalgames. Loïc, membre des U16 également, joue au rugby depuis 8 ans et les réactions de ses copains lorsqu’il évoquait son sport n’ont pas toujours été tendres. « On me traitait souvent de bourrin, de gros, de brute, alors que pas du tout ».

Loïc, couché au centre, dirige les étirements.

Loïc, couché au centre, dirige les étirements après l’entrainement.

À force d’encaisser les coups sans broncher, ces jeunes adolescents incarnent à merveille ce vieil adage anglais qui fait du rugby, un sport de voyous pratiqué par des gentlemans. « On est loin du cinéma que font certains footballeurs », sourit David.

Pour Loïc, le rugby « c’est la famille tu vois. L’ambiance, la sportivité, le combat qu’il y a tout en restant fair-play ». Une famille que l’on peut intégrer très tôt. Yannick a 9 ans et s’adonne au rugby depuis ses 5 ans. La plus jeune équipe est celle des moins de 6 ans.

Évidemment, à cet âge-là, les chocs physiques sont quasi inexistants. Il s’agit plutôt de psychomotricité et de développer le sens du jeu. Les contacts et la tactique s’apprennent plus tard.

Jean-Marc De Bruyne, entraîneur des U16, doit lui aussi être prudent avec ses joueurs. « C’est un groupe compliqué à gérer dans le sens où certains joueurs ne sont pas encore formés physiquement alors que d’autres sont déjà de grands gaillards. »

Jean-Marc De Bruyne dirige avec soin les entrainements des U16.

Jean-Marc De Bruyne conduit les entrainements des U16 avec soin.

Aller plus haut

La Fédération belge de rugby est un organisme amateur et ne compte dès lors aucune structure professionnelle. Cas exceptionnel il y a une dizaine d’années, il n’est désormais plus rare que certains jeunes prennent la direction de la France en quête de professionnalisation.

L’administrateur de la Fédération tient cependant à mettre les candidats en garde : « Évidemment, on ne peut pas empêcher les jeunes qui veulent se professionnaliser de partir. Des joueurs partent vers la France où on leur promet monts et merveilles, mais il y a peu d’élus. Certains reviennent sans club, mais surtout sans diplôme ».

À la question d’aller voir plus haut, Loïc sourit « peut-être aller en « national » avec les seniors (NDLR : le Kituro est l’actuel champion de Belgique en division 1), mais pour l’instant, d’abord l’école ».

L’équation de la sous-médiatisation

Comme dans tous les milieux sportifs amateurs, les clubs reposent sur le travail de dizaines de bénévoles. Ceux-ci mettent tout en œuvre pour proposer un encadrement performant. Des équipes comme le Kituro possèdent même leurs médecins et leurs kinésithérapeutes. Ces professionnels sont présents le plus souvent possibles lors des entraînements, pour les jeunes comme pour les seniors.

Et pour diriger le rugby belge vers la professionnalisation, il faudra de la patience, mais surtout, de l’argent. « Pour faire des investissements dans les clubs, il faut des sponsors. Et pour faire affluer ces sponsors, il faut une couverture médiatique plus large. C’est aussi simple que cela », résume Claude Aronis. L’équation est simple, mais encore faut-il trouver les moyens de la résoudre.

Seul E.K. TV diffuse les matchs de la division 1 et des Diables noirs, l’équipe nationale belge de rugby.

Pour s’octroyer des fonds, les clubs doivent évidemment se lier à des sponsors, mais ils tentent aussi de nouveaux moyens de financement. C’est le cas du Kituro qui s’est dirigé vers le crowdfunding pour couvrir ses dépenses futures.

Avec des enfants comme Yannick, le rugby belge a de beaux jours devant lui

Avec des enfants comme Yannick, le rugby belge a de beaux jours devant lui

En effet, l’équipe senior va devenir la première équipe belge de l’histoire à participer à une coupe d’Europe. Cet argent servira aux déplacements en Espagne et en Allemagne, mais aussi à accueillir la formation romaine comme il se doit.

Le rugby belge évolue donc bien. Lentement mais sûrement. Les résultats des équipes nationales sont de plus en plus encourageants. Alors, en attendant une première participation des Diables noirs à la plus grande compétition mondiale de ballon ovale, la finale de ce samedi soir sera diffusée un peu partout à Bruxelles.

Des pubs du centre-ville à des endroits comme le Concert Noble, c’est l’occasion de vivre un grand match en compagnie d’amateurs et de pratiquants. Une chance de créer des liens avec, pourquoi pas, votre futur club.

Charte des commentaires

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, et utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans en mentionner la source. La rédaction du BBB se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office. Les commentaires sont modérés a priori.

2 Responses to “Mais qui es-tu, le rugby belge ?”

  1. jpfinet@hotmail.com' Jean-Pierre Finet dit :

    La proportion d’affiliés francophones/néerlandophes est exagérée. 2/3 de francophones et 1/3 de néerlandophones est plus proche de la réalité

  2. dylou1@live.be' Grolan' dit :

    bel article copain!

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Parlement Strasbourg
L’Europe en questions : comment se prennent les décisions ?

Chaque semaine, le Bruxelles Bondy Blog offre la possibilité à ses lecteurs de poser une question concernant l’Union européenne. Aujourd’hui,...

Fermer