"/>
Piqûre d'aiguille dans un bras
03
Juil
2018

Cette phobie touche environ 10% de la population. Des alternatives sont mises au point pour éviter les piqûres.

CC0 Creative Commons

Cette phobie touche environ 10% de la population. Des alternatives sont mises au point pour éviter les piqûres.

03 Juil
2018

Trypanophobie : pourquoi certain•e•s ont peur des aiguilles médicales

Injection, vaccin, prise de sang… Autant d’opérations bénignes qui sont inenvisageables pour les personnes dont la simple vue d’une seringue fait tourner de l’œil. Environ 10% de la population aurait une phobie des procédures médicales impliquant l’utilisation d’aiguilles. On appelle cette peur la trypanophobie.

La trypanophobie n’a été reconnue comme phobie spécifique par le DSM (Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux) qu’en 1994. Le trouble est généralement appelé “phobie de l’aiguille” par la population mais est pourtant spécifique aux aiguilles médicales. Il est à distinguer de la bélonéphobie, qui est une crainte plus générale d’aiguilles non médicales.

D’où vient cette phobie et comment se traduit-elle lors d’une visite chez le médecin ? Explications en vidéo.

Des alternatives aux piqûres pour les trypanophobes

Depuis quelques années, de nombreux chercheurs et universités se lancent dans la conception de nouvelles technologies. Leur but : développer des appareils qui permettront de rendre ces interventions médicales plus pratiques et plus commodes pour les patients.

Avec l’aide d’une université américaine, la société Tasso Inc. a mis au point un appareil qui extrait le sang par capillarité. De la taille d’une balle de ping-pong, l’appareil s’applique contre la peau telle une ventouse. Mais au lieu d’extraire le sang des veines, ce petit aspirateur récolte le sang des vaisseaux sanguins microscopiques appelés capillaires. Si la grosse aiguille disparaît, il faut pourtant passer la barrière cutanée. Pour ce faire, ce sont 30 micro-aiguilles “de l’épaisseur d’un cil” qui percent à la vitesse de “100 000 mètres par seconde”, avant de se rétracter.

D’autres entreprises adoptent une approche différente et développent des dispositifs sans aiguille appelés injecteurs à jet. Cette méthode existait déjà dans les années 60 mais s’est avérée plus douloureuse que les technologies actuelles. Remis au goût du jour, ces appareils utilisent un flux de fluide injecté à haute pression sous la peau. Ils fonctionnent avec un gaz sous pression qui propulse le médicament à travers la peau via des jets à plus de 500 km/h. La douleur ressentie était semblable à celle d’un petit élastique claquant sur la peau.

Charte des commentaires

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, et utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans en mentionner la source. La rédaction du BBB se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office. Les commentaires sont modérés a priori.

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
OPINION : La télévision, espèce en voie de disparition ?

Les jeunes délaisseraient la télévision classique. À l'heure où Netflix, YouTube ou d'autres services à la demande deviennent les acteurs...

Fermer