"/>
Manifestation des étudiants en médecine et en dentisterie. Photo : Caroline Beauvois
03
Nov
2014

Pour les dentistes de l’UCL, le problème est d’autant plus urgent : 60% d’entre eux n’obtiendront pas leur numéro Inami cette année.

Seulement 341 numéros Inami seront disponibles pour les 588 élèves en dentisterie à l'horizon 2020. Photo : Caroline Beauvois

Pour les dentistes de l’UCL, le problème est d’autant plus urgent : 60% d’entre eux n’obtiendront pas leur numéro Inami cette année.

03 Nov
2014

UCL : les étudiants en dentisterie revendiquent aussi leur droit à l’INAMI

Ce matin, une heure avant le début des manifestations des futurs médecins de l’UCL, les dentistes descendaient déjà les rues depuis 9h30. Tous ensemble et accompagnés de leurs professeurs, ils ont d’abord défilé dans le campus de l’Alma, vide et à l’arrêt. Le programme de la journée ne s’arrête pas là : « Cette fois-ci, nous sommes en grève. La différence avec les précédentes manifestations, c’est qu’on ne sortira pas dans les rues mais on se dispersera en ville, en petits groupes, pour informer le grand public », déclare Marie Duflot, représentante du Bureau des Etudiants. Celui-ci, actif depuis quelques années, a été créé spécialement pour porter les revendications d’un accès à la profession. Si le problème des dentistes est réel, les futurs pratiquants ne se sentent pas entendus.  « La situation actuelle nous inquiète : elle est plus que pressante. On ne sait pas comment le gouvernement va réagir. On voit les possibilités qui s’offrent à nous », ajoute Duflot. Une situation que les professeurs dénoncent aussi : « Il faut que les politiques se rendent compte qu’on est dans une situation contradictoire : on amène les gens à se spécialiser, ce qui est important dans notre société, et on les empêche d’accéder à la profession », remarque Charles Pilipili, professeur de dentisterie présent dans le cortège. Dans ce contexte peu rassurant, certains élèves tentent de trouver des alternatives. Pierre Bua, étudiant en master 1, se pose des questions. « Si ça ne change pas, je n’aurai pas beaucoup le choix. Ou je vais à l’étranger ou je change de carrière ». Juan Velez, qui est en BAC 2, confirme : « Si ça ne change pas, je devrais aller à l’étranger. Mais c’est compliqué. Ne pas avoir droit à l’INAMI nous met beaucoup de bâtons dans les roues. Et même maintenant, au commencement de nos études. » Sur les 588 élèves qui sortiront de promotion en dentisterie d’ici 2018, seuls 341 numéros sont disponibles pour les diplômés de 2015 à 2020. Le Bureau des Etudiants pointe encore le manque de maîtres de stage.

Charte des commentaires

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, et utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans en mentionner la source. La rédaction du BBB se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office. Les commentaires sont modérés a priori.

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Le Festival du Film Juif ne rassemble pas toute la communauté

« Sous le soleil », le festival de film juif de Bruxelles se consacre, cette année, à l’optimisme et à l’espoir autour...

Fermer