"/>
e bbb en plein travail de nuit
14
Nov
2016

La nuit du 8 novembre telle que l’ont vécue les étudiants du BBB dans les locaux de La Libre et de la DH.

Les étudiants du BBB dans les locaux de La Libre. Photo : Claire Thiry

La nuit du 8 novembre telle que l’ont vécue les étudiants du BBB dans les locaux de La Libre et de la DH.

14 Nov
2016

Ce que nous avons appris en couvrant la nuit des élections américaines

Après trois ans d’études de journalisme, il est naturel de trépigner d’impatience à chaque opportunité de se confronter à la réalité du terrain. C’est ce qui nous a une nouvelle fois été proposé dans le cadre de notre formation pratique au sein du BBB : couvrir l’actualité aux côtés des équipes de La Libre Belgique et de la DH, le temps d’une nuit, celle de l’élection la plus suivie de l’année. « Nous pourrions très bien couvrir l’événement à l’aide de nos propres journalistes, mais les étudiants peuvent apporter une autre vision par rapport à ce que nous faisons d’habitude. Cela permet d’améliorer l’offre globale de la soirée ». Voilà les mots utilisés par Dorian de Meeûs, rédacteur en chef de La Libre, pour définir ce que nous, jeunes étudiants en formation, pouvons apporter à cette soirée électorale.

Une préparation collective

Durant les jours qui précèdent cette fameuse nuit, nous avons mis en place une veille commune, afin de parfaire nos connaissances sur le processus d’élection outre-atlantique. Globalement, nos travaux pratiques réguliers nous permettent de rester confiants en ce qui concerne la technique. La nouveauté réside cependant dans l’importance de l’événement et la singularité du contexte.

Les rôles sont rapidement fixés, habilement attribués entre affinités personnelles et besoins de la rédaction. Tous les médias sont représentés et toutes les compétences nous seront utiles. La préparation de l’événement en amont, notamment en ce qui concerne les infographies et la recherche des sources, nous a été salutaire durant les moments clés.

“Vous êtes les éditeurs de vos propres contenus”

Il est 22 heures. Le live débute et l’impatience qui nous gagne ne nous quittera plus jusqu’à l’annonce des résultats. « Nous avons carte blanche sur les angles. On est vraiment dans des conditions réelles et surtout, on est considérés. C’est ce qui nous permet de travailler en confiance », confie Gaëlle. En effet, la plupart du temps, les productions réalisées dans le cadre de notre formation à l’IHECS ne sont pas publiées. Ici, c’est enfin de l’authentique.

Installés sur une grande table à l’intersection des bureaux des journalistes de La Libre et de la DH, nous participons à l’ensemble des tâches. La réception de l’information brute, la publication, les articles connexes et billets radiophoniques, les montages photos et vidéos ou encore l’infographie. Il faut être efficace et réussir à recouper les sources le plus rapidement possible. L’information circule, les illustrations sont prêtes. Jérôme peut rapidement éditer les infographies préparées au préalable grâce à Photoshop et  à un code html maison. Nous nous prêtons au jeu et le temps nous permet de trouver un rythme de plus en plus opérant.

Diffuser sur trois médias simultanément

Un défi de taille qui nous a été lancé durant cette nuit d’élections a été de produire de l’information sur trois médias distincts, ayant chacun une ligne éditoriale propre : La Libre Belgique, La DH et le Bruxelles Bondy Blog. Il était donc impératif pour l’équipe en charge des réseaux sociaux d’adapter l’information à chaque support et à chaque média utilisé, comme l’indique l’un des étudiants affecté à ce poste : « Par exemple, l’info sur La Libre doit être un peu plus “sérieuse” que sur la DH. Et ensuite, pour le BBB, il faut parler plus simplement, plus jeune ». De plus, il faut être créatif par rapport aux illustrations utilisées, afin d’éviter la redondance entre les médias.

La question de la gestion des photos pose également un autre problème, en matière de droits. C’est Juliette qui s’y colle : « Le BBB n’a pas les droits pour les photos d’agences, contrairement à La Libre. Il faut s’adapter. C’est un peu la galère pour trouver des images libres de droits. Il y a beaucoup de paramètres à prendre en compte ».

les étudiants du BBB à la LIbre

Les étudiants du BBB dans les locaux de La Libre. Photo : Claire Thiry

Une nuit éprouvante

« Le plus dur, c’est de pouvoir être efficace jusqu’au bout » confie Julie, en charge d’alimenter la DH en billets radiophoniques. Il nous faut en effet rester constamment actifs, car plus la nuit avance, plus la tension monte. Les moments clés surgissent sans prévenir et mettent brusquement fin aux quelques accalmies. La fatigue nous guette et ne nous quittera plus. Seule l’attente liée aux résultats nous tient en haleine.

Le partage d’opinions et les échanges avec les journalistes de La Libre et de la DH permet d’ajuster les derniers détails et de perfectionner nos contenus. « Il est 5 heures du matin et nous avons toujours pas mal de boulot » raconte Julie, « sur deux contenus radio, l’un a été validé, mais nous travaillons toujours sur le deuxième ».

Serait-ce finalement Trump…

La victoire du candidat républicain se dessine inexorablement tout au long de la nuit et met en avant une faille dans le travail des équipes. Les différentes rédactions ne sont pas aussi bien préparées à annoncer la victoire de Trump que celle de Clinton. C’est le rush. L’atmosphère change brusquement aux alentours de quatre heures du matin. Les journalistes s’activent et nous sommes moins entourés.

Dans la hâte, la collaboration s’effrite quelque peu. En radio, la rédaction réalise l’ampleur de la tâche qui reste à accomplir et se referme légèrement sur elle-même. Le travail effectué en amont par les étudiants devient parfois obsolète ou secondaire par rapport à l’annonce des résultats. De ce fait, beaucoup de productions radiophoniques ne sont pas publiées. Cet « imprévu » déçoit plusieurs étudiants, tout en leur enseignant la réalité du terrain.

08:37

C’est chose faite. Donald Trump est élu président des États-UnisC’est ici que se termine notre longue nuit d’élections et qu’arrive le moment d’échanger nos ressentis.

Une telle immersion dans le quotidien d’une rédaction nous a permis de prendre conscience de certaines réalités. Dorian de Meeûs nous le disait en début de soirée : « le diable se trouve dans les détails ». Ceci s’est rapidement vérifié sur le terrain. Certains éléments qui semblent insignifiants forment ensemble ce qui va apporter une singularité à n’importe quelle création. Le travail réalisé en amont et la bonne préparation collective en font partie, ainsi que la nécessité de fonctionner en rédaction. Elle est la force du journaliste. Pouvoir agir ensemble et simultanément, quand il le faut, fait gagner un temps précieux. Ce sont tous ces éléments qui accompagneront nos futures carrières.

Retrouvez ici le résumé vidéo de notre nuit américaine :

Charte des commentaires

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, et utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans en mentionner la source. La rédaction du BBB se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office. Les commentaires sont modérés a priori.

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Immersion dans les coulisses de la troupe de théâtre “Les Trouvères”

Contrairement aux professionnels qui jouissent de certaines facilités de réalisation, les troupes amateurs n’ont pas toujours cette chance. En effet,...

Fermer