"/>
13
Nov
2016

Si lors d’un spectacle, ce qui reste en mémoire c’est le résultat, beaucoup de mystères se cachent derrière le rideau rouge.

Essayages au grenier à costumes pour la pièce de théâtre "La Cerisaie". Photo : Laura Ferreira Porto

Si lors d’un spectacle, ce qui reste en mémoire c’est le résultat, beaucoup de mystères se cachent derrière le rideau rouge.

13 Nov
2016

Immersion dans les coulisses de la troupe de théâtre “Les Trouvères”

Contrairement aux professionnels qui jouissent de certaines facilités de réalisation, les troupes amateurs n’ont pas toujours cette chance. En effet, pour mettre en scène une pièce de théâtre, il ne suffit pas d’avoir de la volonté. L’organisation est d’ailleurs souvent la clé de la réussite. Philippe Moens, membre du comité de la troupe bruxelloise « les Trouvères » fondée en 1949, met actuellement en scène « La Cerisaie » de Tchekhov. Il s’agit d’une comédie qui se déroule en quatre actes et pour laquelle il y aura six représentations au centre communautaire de Joli-Bois. C’est à travers la mise en place de celle-ci que le metteur en scène nous emmène de l’autre côté du miroir.

De l’ingéniosité à tous niveaux

À défaut de moyens financiers importants, il faut faire preuve de débrouillardise. Si les comédiens sont sollicités pour trouver tout le nécessaire à la mise en scène de la pièce, ce n’est pas toujours évident. Surtout s’il s’agit de se procurer des habits qui ne sont pas contemporains. « Je pense que j’ai peut-être vexé ma sœur. J’avais besoin de chaussures vieilles et moches et j’ai été fouillé dans son armoire » raconte avec sourire Barbara Otten, comédienne. Pour ceux qui sont plus réticents à se mettre leur entourage à dos, il existe des greniers à costumes. Ces derniers mettent à disposition un large choix de vêtements et d’accessoires qui pourront être empruntés par les troupes. Une manière d’éviter les costumiers qui sont souvent hors d’atteinte. Une caverne d’Ali Baba qui requiert pour mot de passe la simple adhésion à une troupe amateur.

Afin de se soulager encore d’investissements financiers, c’est généralement le metteur en scène qui se charge de penser aux décors, aux affiches et à la promotion du projet. Même si par la suite, ces tâches seront déléguées à des décorateurs, des graphistes et parfois à des assistants, le luxe des grandes équipes de production n’existe pas.

  • Arrivée au grenier à costumes avec la troupe de théâtre Les Trouvères. © Laura Ferreira Porto
  • Découverte de "l’entrepôt" où sont répertoriés les costumes et accessoires. © Laura Ferreira Porto
  • Trop de choix, tue le choix! © Laura Ferreira Porto
  • Rita Cesaratto, responsable du grenier à costumes, fait des propositions selon les descriptions fournies par les comédiens ou le metteur en scène. © Laura Ferreira Porto
  • Après une première sélection, les comédiens passent un par un aux essayages. © Laura Ferreira Porto
  • L'approbation du metteur en scène est inévitable, c'est essentiellement lui qui imagine l'apparence physique des personnages. © Laura Ferreira Porto
  • Un choix d’accessoires est également fait au grenier à costumes (en plus de ceux que chacun ramène de son côté). © Laura Ferreira Porto
  • Même si c'est finalement le metteur en scène qui aura le dernier mot, chaque comédien est bien entendu libre de donner son avis ainsi qu'un coup de main. © Laura Ferreira Porto
  • Propositions de robes faites par Philippe Moens, metteur en scène, au reste de la troupe. © Laura Ferreira Porto
  • Recherche intensive de costume pour Dominique Gerard qui incarne le rôle d'Ermolaï Lopakhine (ancien moujik devenu riche). © Laura Ferreira Porto
  • Quand le désespoir nous guette sur le pas de la porte. © Laura Ferreira Porto
  • "Il y a ceux qui savent porter un Hugo Boss et ceux qui ne savent pas" malgré la bonne volonté et les essayages à répétition de Dominique Gerard, il ne trouvera finalement pas son bonheur au grenier à costumes. © Laura Ferreira Porto
  • Philippe Moens, le metteur en scène, est partout ! © Laura Ferreira Porto
  • Les essayes se font jusqu'à avoir trouvé tout le nécessaire.. ou du moins avoir essayé ! © Laura Ferreira Porto
  • Les comédiens font également des fouilles par eux-mêmes. Ils se basent sur le descriptif physique fourni par le metteur en scène. © Laura Ferreira Porto
  • Les comédiens s'enchainent dans "l’entrepôt" du grenier à costumes. © Laura Ferreira Porto
  • C'est parfois comme chercher une aiguille dans une botte de foin. © Laura Ferreira Porto
  • Axelle Fischer qui incarne le rôle de Charlotte Ivanovna (magicienne) propose des tours de magie qu'elle doit bien entendu pouvoir réaliser. © Laura Ferreira Porto

L’investissement de toute une équipe

Dans la pièce « La Cerisaie », un chœur, des musiciens ainsi que des figurants sont également mis à contribution. Pour ce faire, il faut pouvoir gérer la coordination du jeu des comédiens avec celle d’une musique d’ambiance, parfois omniprésente. « La musique est trop forte, c’est difficile de se concentrer » affirme Odile Remy, présidente de la troupe et comédienne incarnant le rôle de Lioubov Andréevna. Pour pouvoir atteindre un juste milieu, le metteur en scène doit à certains moments revoir ses plans initiaux et s’adapter aux difficultés de réalisation.

À cela, s’ajoute l’organisation des plannings de répétitions. Rien de plus facile, il suffit de tenir compte des disponibilités de chacun. Sur ce projet, ils sont douze comédiens. Cela signifie jongler entre douze vies différentes ! Il faut donc concevoir un horaire précis en découpant les actes et scènes à travailler, de manière réfléchie. Sans compter les imprévus et les indisponibilités de dernière minute. Un planning pointilleux est aussi bien un avantage qu’un inconvénient. En effet, il suffit de l’absence de l’un des comédiens pour que le château de cartes s’effondre. Heureusement, confiance rime souvent avec implication. Le projet sera mené à bien si la bonne volonté de tous et la rigueur restent le ciment de la bonne ambiance générale.

« Il faut jouer votre personnage tout en restant vous-même et en vous demandant : qu’est ce que ça me fait ? »

  • Les comédiens se lancent dans "une italienne", répétition sans jouer les scènes, afin de se focaliser sur la connaissance du texte. © Laura Ferreira Porto
  • Suite de l'italienne (répétition sans jouer les scènes, afin de se focaliser sur la connaissance du texte). © Laura Ferreira Porto
  • Le temps est long pour ceux qui attendent. © Laura Ferreira Porto
  • Arrivée à l'une des répétitions de la troupe qui se déroule au centre communautaire de Joli-Bois. © Laura Ferreira Porto
  • Les comédiens se retrouvent parfois dans de drôles de positions. © Laura Ferreira Porto
  • Entrainement aux tours de magie de Charlotte Ivanovna (jouée par Axelle Fischer). Pas toujours facile pour une novice ! © Laura Ferreira Porto
  • Les scènes sont avant tout mises en place. Une fois que le texte est connu et la brochure abandonnée, les comédiens se focalisent sur le jeu des émotions. © Laura Ferreira Porto
  • Il faut mémoriser le moindre déplacement. En théâtre le maître mot c'est : "mouvement = réplique" (chaque geste a sa signification). © Laura Ferreira Porto
  • Lorsqu'une scène est jouée, les comédiens qui n'en font pas partie suivent le texte, afin de souffler si nécessaire. © Laura Ferreira Porto
  • Il faut souvent user de son imagination pour ne pas avoir l'impression de parler à un mur. © Laura Ferreira Porto
  • Dans la Cerisaie, beaucoup d'émotions fortes sont présentes. Il ne faut parfois pas avoir peur de la proximité ou du contact physique. © Laura Ferreira Porto
  • Les répétitions se terminent officiellement à 22h30 (souvent plus tard). © Laura Ferreira Porto

Philippe Moens, metteur en scène de « La Cerisaie », prône la simplicité, même dans les moments les plus farfelus, en imposant à ses comédiens un réel travail de recherche intérieure. Si incarner un personnage va souvent de pair avec le fait de « devenir quelqu’un d’autre », lui, ne l’entend pas de cette oreille : « il faut jouer votre personnage tout en restant vous-même et en vous demandant : qu’est ce que ça me fait ? ».

Un travail acharné

Pas toujours évident d’incarner des personnages mystérieux ou très éloignés de sa propre personnalité. C’est notamment le cas d’Axelle Fischer, incarnant le rôle de Charlotte Ivanovna. « Je la sens complètement en décalage par rapport aux autres. Elle doit animer le côté festif, mais elle ne fait pas partie du groupe. Elle a peur de la solitude, mais en même temps, elle ne veut pas qu’on l’approche. En plus, elle n’a pas beaucoup de répliques. Du coup c’est difficile de poser le personnage en si peu de temps ».

Il en va de même pour Rohan Van Vooren incarnant Pétia Trofimov « Le personnage a des facettes qui ne sont pas forcément faciles à mettre ensemble. Il est amoureux, loyal, révolutionnaire et anti-riche. Philippe attend de nous des interprétations très marquées et poussées, alors que Trofimov a des couches très différentes et j’ai tendance à le ramener sur un médium qui n’est pas ce qu’on attend ». Même si certains rôles de la pièce semblent être sortis d’une autre dimension, pour la grande majorité, le casting est parfait. Sans s’en rendre compte, certains comédiens ont bien plus en commun avec leur personnage qu’ils ne se l’imaginent.

Il est nécessaire, pour une pièce aussi complexe que celle-ci, de jouer dans la plus grande sincérité. Une telle démarche permettra de susciter de réelles émotions auprès du public et de présenter un spectacle qui ira au-delà des faux-semblants. Un projet ambitieux pour des amateurs qui n’ont parfois pas reçu de formation préalable, mais qui arrivent tout de même à divertir, interpeller et émouvoir.

Affiche de la pièce "La Cerisaie" jouée par les Trouvères

Charte des commentaires

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, et utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans en mentionner la source. La rédaction du BBB se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office. Les commentaires sont modérés a priori.

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Expo we porn Gsara
L’art pour questionner la pornographie

Qui n’a jamais entendu parler du célèbre site pornographique YouPorn ? C'est en clin d'oeil à cette plateforme de téléchargement que...

Fermer