"/>
02
Oct
2017

CRITIQUE. « La Place de l’homme » de Coline Grando recueille la parole des hommes lorsqu’ils font face à une interruption volontaire de grossesse (IVG).

CRITIQUE. « La Place de l’homme » de Coline Grando recueille la parole des hommes lorsqu’ils font face à une interruption volontaire de grossesse (IVG).

02 Oct
2017

Avortement : les hommes aussi ont besoin d’en parler

« Pourquoi considère-t-on que les hommes sont si peu concernés par l’avortement ? » C’est cette question que pose Coline Grando, ancienne étudiante de l’IAD, dans son documentaire “La Place de l’homme”. Suite à une rencontre avec un homme confronté à l’IVG, la réalisatrice décide de s’intéresser à ce que ressentent les partenaires masculins : “Je me suis dit : de un, son point de vue sur son vécu est intéressant. Et de deux, en fait, les hommes, on ne les sollicite jamais sur cette question. Du coup, je me suis mis à interroger les hommes et les femmes en parallèle, pour finalement ne me concentrer que sur des témoignages d’hommes.”

“J’ai été exclu alors que je voulais m’impliquer”

Que faire quand sa copine pleure seule dans les toilettes ? Comment réagir ? Comment exprimer son point de vue ? Quels mots utiliser ? Tous les témoins semblent perdus face à certaines réactions mais l’expriment différemment. L’une des confessions est particulièrement marquante : « J’ai été exclu alors que je voulais m’impliquer. » Avec colère, l’homme explique que le planning familial où il est allé avec sa copine ne l’a pas inclu dans cette démarche. Il s’est senti seul, impuissant face à cette épreuve qu’il voulait pourtant vivre à ses côtés.

La Place De l’Homme | Coline Grando | Bande-annonce from CVB on Vimeo.

Par la simplicité du format, le message passe directement, sans chichis. Un fond blanc, une chaise, cinq hommes qui se relaient face à la caméra pour parler de leur expérience personnelle, à visage découvert. Le dispositif est simple, prête à la confession. En toute sincérité, en toute intimité. “Je pense que les cinq hommes qui sont dans le film avaient une nécessité très personnelle et intérieure de raconter cette histoire-là”, explique la réalisatrice. “Ils sentaient que ça allait leur faire du bien. C’était aussi très important pour moi qu’on voit leur visage. Je voulais des gens qui soient prêts à assumer cette position.”

Prévenir les partenaires, “condition sine qua non”

Bien qu’absentes de l’écran, les compagnes des témoins sont présentes à travers les récits. Ces dernières ont d’ailleurs été mises au courant du projet. “La condition sine qua non pour participer au film était que les hommes préviennent leurs partenaires. Certaines d’entre elles que je connais étaient super contentes qu’une parole comme ça puisse émerger et être capturée. »

Coline Grando a cependant dû faire face à quelques réactions plus mitigées. Elle détaille : « Le projet n’était pas facile à défendre, notamment auprès de certaines militantes féministes. J’ai fait deux rencontres qui m’ont un peu bouleversée. Selon elles, c’était un sujet qui n’était pas pertinent car l’avortement et la contraception, c’est une histoire de femmes. On est pourtant beaucoup à penser que le féminisme doit aussi inclure les hommes. Sinon, on n’arrivera jamais à faire bouger les choses. »

Le documentaire “La Place de l’homme” de Coline Grando sera projeté à partir du 18 novembre à la cinémathèque de Flagey. Plus d’infos sur le site du Centre Vidéo de Bruxelles

Charte des commentaires

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, et utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans en mentionner la source. La rédaction du BBB se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office. Les commentaires sont modérés a priori.

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
David et Stéphane Foenkinos : “Là, on a surtout envie de manger des boulettes… sauce lapin!”

Stéphane et David Foenkinos - "que vous pouvez prononcer comme vous voulez" - ont des CV bien remplis. Avant d’être réalisateur, Stéphane...

Fermer