"/>
Des gens marchent le long de la gare de Bruxelles-Midi.
27
Mar
2016

La marche citoyenne "contre la peur" de ce dimanche est reportée. Pourtant, depuis les attentats, l’angoisse laisse Bruxelles dans un état second.

"Bruxelles, c’est toi ? Oui, je reconnais ta gare." Photo : Fanny Minguet

La marche citoyenne "contre la peur" de ce dimanche est reportée. Pourtant, depuis les attentats, l’angoisse laisse Bruxelles dans un état second.

27 Mar
2016

EDITO. Bruxelles, c’est toi ?

Déconnexion

Bruxelles, c’est toi ? Oui, je reconnais ta gare. Le dégradé de tes murs du gris neutre au jaune verdâtre. Et les vibrations des trains qui passent. Elles font résonner le roulement des valises sur le carrelage. Le marchand de journaux est toujours là. Mais son visage ? Il a l’air absent, ses traits sont presque flous.

Bruxelles, c’est bien toi ? Oui, je vois ton horloge centrale. C’est drôle, je n’arrive pas à discerner le sens de ses aiguilles. Je connais cet endroit. Par cœur. Mais chaque objet fait un léger pas de côté, comme en décalage horaire. C’est un camion militaire, juste devant l’entrée ? Et dans tes rues ? C’est comme si j’entrais dans Bruxelles à une autre époque. Ou qu’on avait déplacé aujourd’hui la ville dans un autre pays. Familier étrange, étrangeté intime, le cocktail bizarre de connu et d’inconnu me donne le sentiment d’être ivre ou de rêver. Anesthésie. Pour moins sentir l’inconciliable, pour amortir l’insupportable.

Reconnexion

Le choc passé, il n’est pas bon de rester dans cet état « coupé du monde ». Se reconnecter, c’est reprendre le contrôle sur ce qui se passe. C’est tenter de comprendre l’élément perturbateur qui a mis tout Bruxelles dans un tel état et pouvoir ensuite petit à petit le maîtriser. Et éviter ainsi un éventuel retour de flamme, plus dévastateur encore que la première attaque.

Un moyen de se reconnecter au réel, c’est l’autre. Partager son imaginaire avec celui des autres, et percer les bulles protectrices individuelles qui s’autoalimentent dans l’angoisse. La marche collective  “contre la peur” va dans ce sens d’ouverture. Initialement prévue ce dimanche, elle vient d’être reportée suite à la demande du ministre de l’Intérieur Jan Jambon et du bourgmestre de Bruxelles Yvan Mayeur pour des raisons de sécurité. Mais elle aura lieu. Parce que la Belgique refuse de végéter dans l’irrationalité des terroristes.

Et parce que Bruxelles, c’est bien toi, nous.

  • Des gens marchent et regardent les murs de la Place de la Bourse.
    Errant dans les murs de Bruxelles.
  • Un homme marche dans une rue de Bruxelles.
  • Un homme marche à la gare de Bruxelles-Midi.
  • Deux militaires sont devant la gare de Bruxelles-Central.
  • Un policien est au milieu de la rue du Boulevard Anspach.
  • Des camions de militaires sont dans la rue du Boulevard Anspach.
  • Trois militaires sont devant leur camion à la gare de Bruxelles-Central.
    Bruxelles, c'est bien toi ?
  • Un militaire est devant la gare de Bruxelles-Central.
  • Des gens marchent le long de la gare de Bruxelles-Midi.

 

Charte des commentaires

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, et utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans en mentionner la source. La rédaction du BBB se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office. Les commentaires sont modérés a priori.

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Australie, Québec, Etats-Unis : le monde entier réagit après les attentats de Bruxelles

Mardi 22 mars. 8h30. Nous sommes prêtes à aller en cours. Sur les réseaux sociaux et à la radio, nous apprenons...

Fermer