"/>
17
Oct
2015

Malgré la grogne d’une partie des commerçants du centre, certains osent l’expérience du piétonnier.

Le boulevard Anspach fait partie du piétonnier. Photo : N.Delmotte

Malgré la grogne d’une partie des commerçants du centre, certains osent l’expérience du piétonnier.

17 Oct
2015

Ces entreprises qui font le pari du piétonnier bruxellois

Ce lundi 12 octobre, le bourgmestre de Bruxelles Yvan Mayeur a promis aux commerçants mécontents du boulevard Adolphe Max d’examiner le plan de circulation relatif au piétonnier avant décembre. Ceux-ci se plaignent d’une baisse significative de leur chiffre d’affaires suite à la mise à sens unique du tronçon. À l’opposé, certains ont fait le choix de venir s’implanter dans le piétonnier bruxellois.

Le piétonnier : pari gagnant ?

Jérôme et Philippe Vandermeulen, propriétaires du Manhattn’s Burger situé Avenue Louise, pensent déjà à l’avenir. Le duo d’entrepreneurs considère le centre-ville comme un marché à part entière et le piétonnier comme une plus-value non-négligeable sur le long terme. Les deux frères ont décidé d’ouvrir leur deuxième restaurant, rue Henri Maus, en novembre. « Ça faisait longtemps qu’on cherchait une place dans ce quartier, déclare Jérôme Vandermeulen. Il y a beaucoup de touristes et d’étudiants. On a la chance d’être installé à côté d’un bâtiment iconique comme la Bourse. De plus, on peut profiter de la polémique afin d’attirer la clientèle. »

Forts de leur expérience dans l’Horéca, ils espèrent que le modèle piétonnier fonctionnera dans la capitale comme il fonctionne déjà dans le nord de notre plat pays. « Bruxelles a du potentiel. Si ça marche dans des villes comme Gand, Hasselt ou encore Louvain, je ne vois pas pourquoi ça ne marcherait pas ici », témoigne Jérôme Vandermeulen. Le patron de Manhattn’s semble très confiant quant au succès de son établissement. « J’y crois dur comme fer. Il faudra juste être patient. »

Un optimisme partagé du côté de la BECI (Brussels Enterprises Commerce & Industry), qui compte près de 35 000 entreprises bruxelloises affiliées. « Nous sommes en faveur du piétonnier, c’est un projet en rupture avec le passé et qui va redynamiser le centre-ville qui en avait bien besoin. »

À plus grande échelle

À quelques rues de là, la rénovation du Centre Monnaie est en cours. Avant que les travaux ne débutent fin 2014, les concepteurs du projet The Mint”, nouveau nom du centre commercial, avaient anticipé le futur aménagement du centre-ville en piétonnier en jouant la carte de l’accessibilité. Une nouvelle offre de parking de plus de 600 places sera proposée et près de quinze millions de personnes sont attendues chaque année dans le quartier.

“The Mint”, prévu pour 2017, proposera plus de vingt emplacements commerciaux qui s’étendront sur 15.000 mètres carrés. Liant les grands axes commerçants de la ville que sont la rue Neuve, la rue des Fripiers, le tronçon boulevard Anspach (place De Brouckère) et le boulevard Adolphe Max, le site bénéficie d’une situation géographique privilégiée. Plusieurs magasins déjà implantés dans la ville ainsi que quelques nouveaux ont déjà émis leur souhait de s’établir dans le nouveau bâtiment.

Aperçu

Refaire le plein de monde

Du côté de la Ville, des mesures sont prévues à court et moyen termes pour faire revenir les clients dans les boutiques du piétonnier. “La baisse de la fréquentation des commerces est due en partie au fait qu’ils pensent que le centre-ville n’est plus accessible”déclare l’attachée de presse de Marion Lesmere, échevine des Affaires économiques de la ville de Bruxelles. Pour contrer cela, un système de signalétique directionnelle visant à diriger les Bruxellois vers les quartiers commerciaux du centre sera mis en place fin octobre.

Cette décision s’inclut dans une série de mesures prévues pour 2016. « Un budget conséquent est prévu pour animer le piétonnier de manière périodique tout au long de l’année 2016. Des événements traditionnels comme les Plaisirs d’hiver seront couplés à de nouvelles animations au fil de l’année. Je pense à Halloween par exemple. Faire revenir les Bruxellois dans le centre ainsi qu’attirer les gens extérieurs et les touristes reste la priorité. »

En attendant, le présent est assez morose pour certains. De nombreux commerçants du centre et plus particulièrement ceux touchés par le nouveau piétonnier dénoncent une perte de 30 à 40% de chiffre d’affaire selon les cas. Une donnée confirmée par l’échevinat des Affaires économiques.

Charte des commentaires

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, et utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans en mentionner la source. La rédaction du BBB se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office. Les commentaires sont modérés a priori.

One Response to “Ces entreprises qui font le pari du piétonnier bruxellois”

  1. […] « The Mint », prévu pour 2017, proposera plus de vingt emplacements commerciaux qui s’étendront sur 15.000 mètres carrés. Liant les grands axes commerçants de la ville que sont la rue Neuve, la rue des Fripiers, le tronçon boulevard Anspach (place De Brouckère) et le boulevard Adolphe Max, le site bénéficie d’une situation géographique privilégiée. Plusieurs magasins déjà implantés dans la ville ainsi que quelques nouveaux ont déjà émis leur souhait de s’établir dans le nouveau bâtiment.  […]

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Tout savoir sur les quarts de finale de la Coupe du monde de rugby

Dépêchez-vous de vous rasseoir devant vos téléviseurs, la coupe du monde de rugby est de retour ! Ces samedi 17 et...

Fermer