"/>
13
Déc
2016

Amaury de Woot est le créateur du LLN Juris Club, qui donne des conseils juridiques aux étudiants, pour seulement 5 euros.

Photo : LLN Juris Club.

Amaury de Woot est le créateur du LLN Juris Club, qui donne des conseils juridiques aux étudiants, pour seulement 5 euros.

13 Déc
2016

Dura lex, sed lex. Pas compris ? Pas de souci, le LLN Juris Club est là

Eté 2015, Amaury de Woot réfléchit à une façon de pratiquer le droit de façon très concrète, hors du cadre de ses études. Une idée germe dans sa tête : celle d’offrir des conseils juridiques à prix réduits pour les jeunes. Très vite, il rassemble une dizaine d’étudiants à ses côtés, avec le soutien de professeurs et de professionnels. Un quadrimestre de réflexion plus tard, le LLN Juris Club voit le jour. Entretien avec l’initiateur d’un projet imaginé par et pour les étudiants.

Comment peut-on entrer en contact avec le LLN Juris Club, quand on a un conseil juridique à demander ?

La plupart des gens nous contactent via un formulaire sur notre site web. Celui-ci  arrive chez le secrétaire qui s’occupe de la relation avec le client et qui va poser des questions supplémentaires par rapport à l’affaire qui nous occupe. Ensuite, le dossier est présentée au reste de l’équipe, et un groupe de travail est déterminé, avec une personne responsable du groupe et du client. S’en suit le travail de recherche dans les ressources disponibles à l’UCL. Les résultats sont présentés aux relecteurs attitrés et les plus anciens de l’ASBL qui effectuent un contrôle de qualité. Le résultat de notre travail est ensuite remis au client, sans nécessairement l’avoir rencontré.

Photo Amaury de Woot, créateur LLN Juris Club

Amaury de Woot a imaginé des conseils juridiques a prix cassé pour les jeunes (Photo : LLN Juris Club)

Quels types de dossiers traitez-vous ? 

Nous traitons de tout, nous ne nous limitons absolument pas car le but est de pratiquer. Nous avons simplement décidé de ne pas traiter les dossiers de baux (ndlr : contrats de logement) et de droit administratif car l’Assemblée Générale des étudiants de Louvain (AGL) s’en occupe déjà à Louvain-la-Neuve (LLN). Néanmoins, nous ne sommes pas encore des avocats et devons donc rester dans le domaine du conseil, de la préparation. Jamais nous n’avons plaidé ou sommes intervenus en cas de litige.

Vous avez une structure de 28 personnes, est-ce une équipe suffisante? 

28 personnes, cela semble beaucoup mais c’est nécessaire, d’autant plus que certains sont en Erasmus. La gestion de l’ASBL prend du temps pour les responsables, même si nous ne considérons pas spécialement qu’il y a une hiérarchie entre les membres de l’association. Actuellement, toutes les personnes de l’équipe sont sur un dossier. On ne s’attribue pas de spécialisation car on essaie de fonctionner par groupes de travail, pour diversifier les domaines d’expertise.

Photo : LLN Juris Club

Photo : LLN Juris Club

“La gratuité aurait fait que l’on se serait souvent essuyés les pieds dessus, mais le prix ne doit jamais être un frein, évidemment.”

S’attacher vos services ne coûte que 5€ pour les étudiants. Que couvrent ces frais?

La réflexion a été longue par rapport à la gratuité ou non de nos services, ce débat est encore ouvert. Nous avons pour l’instant décidé de demander un montant de 5 euros. C’est avant tout symbolique, car cela ne nous permet pas de faire tourner l’ASBL. C’est aussi pour que l’étudiant se sente investi par l’affaire et que l’on ne soit pas submergé de demandes venant de personnes peu ou pas réellement intéressées. La gratuité aurait fait que l’on se serait souvent essuyés les pieds dessus, mais le prix ne doit jamais être un frein, évidemment.

En faire une activité professionnelle, en gardant des prix raisonnable, vous y pensez ? 

C’est possible, mais le Juris club perdurera en tant qu’ASBL avec des membres étudiants. On va mettre sur pied un réseau Alumni, mais l’activité ne sera pas rémunérée. L’expérience est la rémunération. Il y a un esprit de formation et de team building pour avoir une bonne cohésion de groupe. Néanmoins, il est clair qu’il y a un filon à exploiter.

Charte des commentaires

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, et utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans en mentionner la source. La rédaction du BBB se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office. Les commentaires sont modérés a priori.

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
PORTRAIT. Fabrice Murgia, fils prodige du théâtre

Fabrice Murgia n’a que trente-trois ans. Né de parents immigrés et ayant grandi en banlieue Liégoise, c’est son professeur de...

Fermer