"/>
Exposition "Imagine Istanbul"
16
Oct
2015

« Imagine Istanbul » ouvre ses portes au Bozar. L’exposition se tient du 15 octobre au 24 janvier 2016.

« Imagine Istanbul » ouvre ses portes au Bozar. L’exposition se tient du 15 octobre au 24 janvier 2016.

16 Oct
2015

Europalia dévoile autant d’Istanbul qu’il y a d’artistes

“Imagine Istanbul” : l’exposition qui ne montre pas Istanbul. Elle suggère « des » Istanbul, refusant toute définition substantielle et exhaustive. Vis-à-vis d’elle-même, la ville n’existe pas. Elle prend vie au toucher d’un regard qui l’écoute, sans jamais sortir indemne de la rencontre. Elle se transforme à chaque pas qui la traverse en y déposant à son tour la trace de son relief, ses fissures et ses rides. Quatre regards croisent avec insistance le nôtre au fil de la visite : Ara Güler, Ahmet Polat, Ali Taptik et Sophie Calle proposent leur vision intime de la ville.

L’Istanbul d’Ara Güler, photographe-historien arménien

« Maintenant, il n’y a plus rien à photographier, ce n’est plus que le cadavre d’Istanbul. Tout est dans ma mémoire ». L’Istanbul d’Ara Güler est en noir et blanc, comme imperméable aux couleurs du changement contemporain de la société turque. Surnommé « l’œil d’Istanbul », le regard d’Ara Güler est teinté de nostalgie, telle l’atmosphère lourde d’une photo d’un défunt tant aimé qu’on laisse suspendue au mur du salon.

L’arrêt du temps perdu remonte aux années 1950 et 1960. Là où l’amour de sa ville natale transparaît à la lumière chevrotante d’une maisonnette de bois branlante ou encore à même le sol d’un trottoir sombre et poisseux. Dans une ambiance crépusculaire, l’Istanbul d’une autre époque existe encore un peu.

Un enfant regarde la mer à Istanbul en 1958.

L’Istanbul d’Ara Güler en 1958.

 

L’Istanbul d’Ahmet Polat, photographe turco-néerlandais 

« Istanbul est une plaque tournante. La Turquie a longtemps été plongée dans le sommeil, mais aujourd’hui les choses changent car les gens de Turquie et d’ailleurs arrivent dans la ville, créant un mix d’histoire et de cultures. » Son Istanbul transpire d’interactions entre la tradition et la société moderne en constante mutation, qu’il cristallise dans une jeunesse aux prises avec ses ancêtres, l’histoire, la religion et la situation politique.

Son regard est double : tantôt en couleur avec ses voitures, buildings, piscines et autres emblèmes d’une société industrielle en pleine expansion, tantôt monochrome, là où l’intemporalité de la chaleur humaine semble laisser les machines dans l’ombre du hors-champ.

 

Photographies d'Ahmet Polat à l'exposition "Imagine Istanbul".

L’Istanbul d’Ahmet Polat en 2015.

 

L’Istanbul d’Ali Taptik, photographe-architecte turc

« Nothing suprising », tel est l’intitulé d’une série de photographies qui résume l’Istanbul de l’artiste. Il joue sur le format carré de ses images, forme stricte dénotant avec le fond brouillon de la ville où suintent les déchets, les tâches et les traces laissées par les gens qui n’y restent pas. Sacs à patates, feu brûlant sur le trottoir, murs crasseux et fouillis en tous genres se frottent au cadre établi.

 

Photographies d'Ali Taptik à l'exposition "Imagine Istanbul".

L’Istanbul d’Ali Taptik.

 

L’Istanbul de Sophie Calle, plasticienne, photographe et réalisatrice française 

A Istanbul, une ville entourée par la mer, j’ai rencontré des gens qui ne l’avaient jamais vue. Je les ai emmenés sur le rivage de la mer Noire. ». L’Istanbul de Sophie Calle, c’est l’Istanbul des autres : elle ne se mouille pas à nous conter sa propre vision, elle filme les yeux humides, émus, las, parfois indifférents d’autres personnes qui découvrent la mer pour la première fois.

 

Films de personnes filmées face à la mer par Sophie Calle.

L’Istanbul de Sophie Calle en 2012.

 

La balade « Istanbul imagine » ne touche pas uniquement au regard des artistes ; elle altère et enrichit tout œil qui la parcourt. Notre regard voyage à travers les différentes représentations d’Istanbul et, par cet acte, en crée une nouvelle qui nous est propre. Imagine! Il y a autant d’Istanbul qu’il y a de visiteurs.

Charte des commentaires

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, et utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans en mentionner la source. La rédaction du BBB se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office. Les commentaires sont modérés a priori.

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Photographie de la place Keym à Watermael-Boitsfort
D’un piétonnier à l’autre, il n’y a qu’un pas qui semble infranchissable

Si le piétonnier du centre ville a fait couler beaucoup d’encre, on sait moins que le conseil échevinal de Watermael-Boitsfort...

Fermer