"/>
06
Oct
2016

Nudité au cinéma : comment ne pas tomber dans la vulgarité ? Rencontre avec les acteurs.

Laurent Micheli, Adriana Da Fonsesca et Gabriel Da Costa : l'équipe du film.

Nudité au cinéma : comment ne pas tomber dans la vulgarité ? Rencontre avec les acteurs.

06 Oct
2016

Even Lovers Get the Blues : dans l’intimité des chambres à coucher

Du sexe. Partout, tout le temps. Du sexe dur, parfois même violent. Pourtant, passer à côté est impossible tant la libido des personnages est explicitée tout le temps. Mais, s’arrêter à ce constat ôterait toute sa sensibilité au premier film de Laurent Micheli.

Even Lovers Get the Blues, raconte l’histoire d’une bande d’amis. Ana doit réapprendre à vivre sans Hugo. Dalhia est perdue au milieu des incertitudes de Graciano. Louis, lui, espère plus que ce que Léo veut bien lui donner. C’est l’histoire d’une amitié impérissable et de jeunes tant passionnés que destructeurs, à la recherche de réponses.

Nudité justifiée

Parler de sexe, pourquoi pas. Plusieurs réalisateurs tels que Gaspar Noé ou Abdellatif Kechiche s’y sont déjà testés. L’important est que ce soit justifié, que cela apporte quelque chose au récit. Pourtant, on ne ressort pas de la projection de Even lovers get the blues avec le sentiment d’avoir assisté à un beau moment de cinéma. Certaines scènes mettent mal à l’aise, voire provoquent le dégoût. Il faut attendre l’explication du réalisateur pour apprécier l’intention.

Le casting à la rescousse

Se pose surtout la question des limites. Que peut-on montrer au cinéma ? Jusqu’où aller sans tomber dans la pornographie ? « Pour moi, chaque plan de sexualité qu’il y a dans ce film est narratif et sert à parler d’une quête de personnage » explique Laurent Micheli. Malgré des psychologies qui manquent parfois de développement, les acteurs sauvent le film et l’empêchent de tomber dans la vulgarité. Grâce à une cohésion et des interprétations très justes, le casting porte le scénario et lui apporte sa crédibilité.

Adriana Da Fonseca, l’actrice qui interprète Dalhia, explique comment elle a vécu la nudité face à la caméra.

Parler de sexe, pour comprendre la société

La force de ce film réside dans certaines scènes de vie aussi touchantes que poétiques. Les différentes histoires s’entrecroisent. Les personnages se bousculent, se blessent mais se relèvent toujours grâce à un lien fort et unique qui semble les unir.

 

Une analyse rapide définirait le film comme provocateur, ayant pour unique but d’attirer l’attention. Sans explication du réalisateur, c’est malheureusement ce constat qui s’impose. Force est pourtant de reconnaître que Even lovers get the blues va plus loin. Laurent Micheli et ses acteurs offrent une analyse nouvelle au travers de la sphère la plus intime de notre société.

Charte des commentaires

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, et utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans en mentionner la source. La rédaction du BBB se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office. Les commentaires sont modérés a priori.

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Lou-Pascal Trembley, Antoine Olivier Pilon et Yan England.
1:54, le chrono de la vengeance

Tim a 16 ans, il est brillant, discret et a un talent inné pour le sport. Il a tout pour...

Fermer