"/>
Gros plan sur un panier rassemblant une série de produits équitables.
16
Oct
2017

La semaine du commerce équitable a eu lieu du 4 au 14 octobre en Belgique. Un beau projet, mais qui suscite également de vives critiques.

De plus en plus de grandes surfaces se mettent au Fairtrade et proposent des collections complètes de produits équitables. Photo : Two is a Crowd (CC BY NC).

La semaine du commerce équitable a eu lieu du 4 au 14 octobre en Belgique. Un beau projet, mais qui suscite également de vives critiques.

16 Oct
2017

Fairtrade Belgique veut nous transformer en “consom’acteur”

Sensibiliser 700 000 personnes au commerce équitable ? C’est le but énoncé par l’organisation Fairtrade Belgium (anciennement Max Havelaar) qui a lancé, le mardi 3 octobre “La plus grande Manif” dans le cadre de la semaine du commerce équitable. Au pied du Palais de justice, les membres de Fairtrade Belgium ont incité les citoyens à réveiller l’activiste enfoui en eux.

« On ne veut pas faire manifester les gens dans la rue. On veut qu’ils agissent dans les magasins, où ils possèdent un pouvoir énorme pour changer les choses » explique Bernard Buntinx le porte-parole de Fairtrade Belgium.

La marque de fabrique des militants Fairtrade Belgium, le déguisement de banane, produit phare de la lutte pour un salaire équitable.

« Les citoyens sont des acteurs. Les consommateurs peuvent se fédérer pour arriver à faire pression. »

Parmi les manifestants, Pierre Galand, ancien secrétaire d’Oxfam et fervent défenseur du commerce équitable, confirme : « Les citoyens sont des acteurs. Les consommateurs peuvent se fédérer pour arriver à faire pression, d’abord sur une éducation populaire et ensuite sur des acteurs publics ». En achetant plus de produits issus du commerce équitable, les consommateurs envoient un message clair aux enseignes de la grande distribution : ils montrent que le sort des producteurs leur importe. Et si le consommateur change son attitude, les marques n’auront d’autre choix que de s’adapter également. Le client est roi. Il l’a déjà démontré de nombreuses fois, en parvenant par exemple à faire en sorte que l’enseigne Système U bannisse des substances toxiques de ses rayons.

Le commerce équitable, un enjeu pour tous ?

La démarche de Fairtrade résulte d’un constat : une personne sur neuf dans le monde vit sous le seuil de pauvreté. Et, parmi ces gens, 75% sont des agriculteurs. L’occasion pour le label de légitimer son action et de rappeler l’importance d’un revenu décent pour tous.

Le consommateur aurait tout intérêt à aider les producteurs, souvent originaires de pays pauvres. Si un agriculteur/producteur gagne plus, il pourra investir cet argent, augmenter sa production et le réinvestir à nouveau. Au fil du temps, sa vie et son pouvoir d’achat vont s’améliorer. Un pouvoir d’achat majoré crée, à terme, un nouveau marché d’exportation pour les pays occidentaux. Ce cercle vertueux n’est cependant possible qu’avec une rémunération juste au départ.

Un militante Fairtrade Belgium manifeste pour le lancement de la semaine du commerce équitable.

Au pied du Palais de justice, les militants étaient au rendez-vous pour lancer la “semaine du commerce équitable”

Plus équitable, plus onéreux

Le commerce équitable a pourtant du mal à sortir de sa niche. Le Belge dépend a peine 10 euros par an dans les produits issus du commerce équitable. Ceci est en partie dû à une différence de prix relativement importante qui décourage le consommateur. “Avec la crise économique, c’est clair que les produits équitables sont moins populaires. Ici, nous vendons par jour en moyenne une bonne vingtaine de caisses de bananes premier prix, contre seulement deux caisses de bananes Fairtrade” indique un cadre de l’enseigne Delhaize.

L’un des principaux freins au développement du commerce équitable est en effet son coût. L’ancien label Max Havelaar revendiquait dans sa communication une différence de prix relativement mince. Ainsi, le prix moyen d’un kilo de bananes Fairtrade reviendrait à 1,89 €/kg. Comparé à un kilo de bananes classiques qui reviendrait, lui, à 1,09 €/kg.

Comparaison de la répartition des marges entre une banane classique et une banane équitable, selon les chiffres de Fairtrade.

Nous nous sommes rendus dans plusieurs grandes surfaces pour vérifier ces chiffres. Les prix au détail des bananes non-labellisées Fairtrade y oscillent entre 1 €/kg pour les premiers prix jusqu’à 2 € pour l’incontournable banane Chiquita. Les bananes labellisées Fairtrade, quant-à-elles, se vendent entre 1,79 €/kg et 2,20 €/kg. Les chiffres annoncés par Fairtrade sont donc de manière générale fidèle à la réalité, mais entre la banane la moins chère et la banane Fairtrade, l’écart de prix reste très important. 

La différence est encore plus marquée pour d’autres produits. Notamment le riz où il faut carrément multiplier par deux les 2,14 €/kg d’un riz classique pour arriver au 4,74 €/kg Fairtrade. La différence de prix est donc, dans certains cas, bien plus importante qu’annoncée par les labels. Ces exemples permettent d’entrevoir une réalité moins flatteuse pour le commerce équitable, celle d’un commerce juteux.

Un business comme un autre

Aujourd’hui, le commerce équitable est sujet aux critiques. Le Monde Diplomatique a, en septembre 2007, dénoncé les abus de ce commerce, en dénonçant particulièrement le label Max Havelaar. Pour certains, ce commerce alternatif est devenu un business comme un autre. Il y a une instrumentalisation du commerce équitable, de telle sorte qu’aujourd’hui, McDonald propose un café équitable… Dans ce secteur se retrouvent des sociétés privées privilégiant généralement le versement de dividendes à leurs actionnaires aux salaires de producteurs. Ce qui pose évidemment question sur le bien-fondé de leur démarche.

Un cadre travaillant pour l’enseigne Delhaize nous explique l’envers du décor. “Le principe de base de ce commerce est de donner un revenu décent aux producteurs et de supprimer autant que possible les intermédiaires. Ils payent en effet leurs producteurs 30% de plus que les autres marques. Cependant, en devenant le seul intermédiaire, ils empochent toute la marge bénéficiaire. C’est donc un commerce extrêmement lucratif pour les marques historiques du commerce équitable, qui profitent de l’image qu’ils ont, pour conserver leur propre marge, initialement partagée entre plusieurs acteurs, et dégager ainsi de gros bénéfices.

Si le marché a du mal à sortir de sa niche, il est toutefois en augmentation. Celui-ci a, en effet, connu une hausse intéressante de son chiffre d’affaire en 2016 (+23% pour les produits vendus dans le retail, selon Fairtrade). Le nombre de famille ayant consommé au moins une fois durant l’année un produit issu du commerce équitable est également en hausse (+18%).

Charte des commentaires

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, et utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans en mentionner la source. La rédaction du BBB se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office. Les commentaires sont modérés a priori.

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Vincent Macaigne et Bouli Lanners tenant un chien dans ses mains
Découvrez le palmarès du FIFF 2017 en images

La 32e édition du Festival international du film francophone de Namur s'est clôturé ce vendredi 6 octobre. Le film "Chien"...

Fermer