"/>
13
Oct
2015

Pourquoi un pays du Moyen-Orient participe-t-il aux qualifications pour l'Euro de football ? Décryptage.

Photo : David Katz (Flickr, Creative Commons)

Pourquoi un pays du Moyen-Orient participe-t-il aux qualifications pour l'Euro de football ? Décryptage.

13 Oct
2015

Football : mais pourquoi Israël joue-t-il dans le championnat d’Europe ?

Ce mardi 13 octobre, le stade Roi Baudoin accueille Israël pour le dixième et dernier match de la campagne qualificative des Diables Rouges pour l’Euro 2016. Une question mérite dès lors d’être posée : pourquoi un pays situé si loin des frontières physiques du Vieux Continent joue-t-il à l’Euro ?

Pays aux relations de voisinage difficiles, Israël est confronté depuis des dizaines d’années à de nombreux boycotts. « C’était l’ennemi mortel », déclare sans ambages Alfred Wahl, universitaire et historien français du sport.

Avec la création d’Israël s’établit l’équipe nationale qui joue alors dans la zone asiatique. Très vite cependant, la plupart des pays musulmans vont refuser de jouer contre l’équipe dans les compétitions internationales. « Ce fut un refus absolu », explique l’historien français. « Dans un monde scindé entre est et ouest, les pays arabes ont été soutenus par les pays communistes, ce qui explique le poids qu’ils ont obtenu auprès de la FIFA, l’organisation étant constituée de pays des deux camps ».

Pratiquement qualifié sans jouer

Cela va donner lieu à des situations rocambolesques. En 1958, Israël s’est pratiquement qualifié sans avoir dû jouer une seule seconde. Lors de la campagne qualificative, que ce soit la Turquie, l’Egypte, le Soudan ou l’Indonésie, tous ont fait le choix de perdre par forfait plutôt que de jouer contre l’équipe israélienne. Alfred Wahl explique alors qu’« Israël aurait dû être qualifié, mais suite aux pressions imposées par d’autres pays, on les a fait jouer un match de barrage contre le Pays de Galles et l’équipe a été éliminée ».

Finaliste de la première Coupe d’Asie, vainqueur en 1964, Israël s’en sort très bien dans la zone asiatique. Toutefois, vu le nombre de boycotts successifs, dix ans plus tard, Israël sera exclu de toute compétition asiatique. « Ce qui est tout à fait contraire aux principes de la FIFA », explique Alfred Wahl. « Si elle avait suivi les règles, elle aurait dû exclure les pays musulmans (à l’origine du boycott) et pas Israël. Tous les pays de la confédération asiatique ne sont pas musulmans, les autres voulaient continuer à jouer avec l’Etat hébreu ».

Israël entre dans la zone Europe

Pendant vingt ans, le pays va se retrouver orphelin de toute confédération. Il jouera là où l’on voudra bien de lui. Jusqu’à ce qu’Israël intègre la zone de qualification européenne dans les années 90, au moment de la fin du bloc soviétique. « Ici, on a assisté à une intervention vraiment douteuse du pouvoir politique dans le sport. Normalement, la FIFA défend les intérêts du sportif face au politique. Ici, ce n’était absolument pas le cas », explique l’historien du sport.

« Les confédérations prennent de plus en plus leur indépendance », ajoute Alfred Wahl. Il ajoute qu’on peut effectivement le voir dans la polémique anti-Blatter actuelle. « Les pays européens en ont marre que leur argent aille vers l’Afrique tandis que, de l’autre côté, Blatter intensifie les transferts d’argent nord-sud étant donné le véritable réservoir à voix que constitue le continent africain ».

Comme souvent dans le monde du football, on assiste donc à un jeu dangereux, mêlant sport, politique et intérêts économiques. C’est ce cocktail qui explique la présence d’Israël sur le gazon du stade Roi Baudouin ce mardi 13 octobre.

Charte des commentaires

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, et utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans en mentionner la source. La rédaction du BBB se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office. Les commentaires sont modérés a priori.

One Response to “Football : mais pourquoi Israël joue-t-il dans le championnat d’Europe ?”

  1. marco0155@gmail.com' Marco dit :

    Il en va de même pour d’autres pays: la turquie et la russie ne font pas partie de l’europe… Mais font également partie de l’Europe cuturelle. Il y a des équipes russes qui jouent à 10.000 km de l’Europe, à la frontière chinoise… Israël, lui, n’est qu’à 150 km de l’Europe avec Chypre. D’ailleurs, le voyage depuis Brussels vers Chypre pour Israël ne compte que 20 minutes de différence…
    N’exagérons donc rien !

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Fresque Gare du Midi
Une fresque sur les réfugiés pour valoriser les jeunes en difficulté

Permettre à des jeunes de quartiers défavorisés de s’exprimer à l’aide de fresques murales, c’est l’objectif du street-artiste américain, Joel...

Fermer