"/>
13
Déc
2016

Des magasins éphémères pour une clientèle "qui veut tout, tout de suite, maintenant et pas très longtemps".

Photo : Alìcia Rosellò Gené (CC BY-NC-ND 2.0)

Des magasins éphémères pour une clientèle "qui veut tout, tout de suite, maintenant et pas très longtemps".

13 Déc
2016

Les pop-up stores : à la découverte d’un concept en plein essor

Le phénomène des pop-up stores est en vogue durant les fêtes de fin d’année, période propice aux achats. A Bruxelles, mais aussi dans d’autres villes belges, de nombreuses boutiques éphémères ouvrent leurs portes pour proposer des articles de décoration, de vêtements, de produits d’alimentation ou encore de beauté. En Belgique, trois pop-up stores ouvrent chaque jour et, selon Atrium, huit Bruxellois sur dix ont déjà poussé les portes d’un pop-up store.

La durée d’ouverture d’un pop-up store peut varier de quelques jours, à quelques semaines ou encore à quelques mois. Ce type de commerce s’adapte à toutes les offres, à tous les goûts et à tous les portefeuilles.

« Ca permet de dynamiser des endroits avec un effet de surprise”

Les pop-up stores s’intègrent bien dans une forme d’évolution marketing qui est « tout, tout de suite, maintenant et pas très longtemps » explique Jean-Claude Jouret, professeur de marketing à l’IHECS. « On progresse très vite et donc ça permet de dynamiser des endroits avec un effet de surprise qui est relativement temporaire et puis on passe à autre chose. Je crois que ça entre dans l’air du temps, ça fait partie d’une habitude de voir beaucoup de nouveautés, d’être surpris”. La clientèle serait donc en recherche d’un étonnement perpétuel.

Selon une étude réalisée par Atrium, voici ce qui attire les consommateurs vers les magasins éphémères.

Tester une boutique ou un concept

Lancer un pop-up store, c’est un très bon test pour voir si une boutique va fonctionner ou pas. Et comme l’expérience se déroule sur une période courte, le commerçant évite de tomber en faillite. Il limite les risques.

Ouvrir un magasin éphémère, c’est aussi un moyen de voir si le commerce pourrait s’implanter de façon définitive ou pas. « Ça permet en tout cas de mesurer “grandeur nature” l’impact d’un projet. Maintenant, il faut prendre les résultats avec des pincettes, car on peut créer l’engouement dans une région, mais qui ne sera peut être que très passager et qui ne serait pas permanent », nuance Jean-Claude Jouret.

Concurrence pour les magasins traditionnels ?

Face à cet engouement important envers les pop-up stores, les magasins traditionnels ne risquent-ils pas de souffrir ? « A priori, d’abord la concurrence est saine. Ensuite, on ne peut pas parler de concurrence. Le pop-up store va plutôt s’installer en mode évènementiel ou alors en mode test. Il va amener du monde, mais il ne va pas forcément déranger les autres commerçants” déclare Flore Frédéric, project manager chez Atrium.Brussels, “Normalement, les commerçants du quartier vont profiter d’un nouveau public ou du travelling généré parce qu’il y a un pop-up store ou deux dans un quartier et que les clients apprécient : ça change un peu le visage de leur quartier ».

80% des Bruxellois souhaiteraient en effet voir davantage de pop-up stores dans les quartiers commerçants qu’ils fréquentent. Atrium a demandé à 216 bruxellois quel(s) types de pop-up store(s), ils aimeraient voir se développer.

Un guide pour comprendre et ouvrir un pop-up store

Face à cette tendance, l’agence Atrium, qui accompagne et forme les commerçants, a décidé de publier un guide pratique intitulé : “Pourquoi et comment ouvrir un pop-up store à Bruxelles”.

Selon Flore Frédéric, “L’objectif était de bien comprendre cette tendance pour pouvoir informer, mais également nous-même accompagner les commerçants et aussi leur donner les outils pour monter eux-même leur pop-up store. C’est une tendance commerciale à côté de laquelle on ne pouvait pas passer, c’est la première raison de notre démarche. La deuxième, c’est qu’on avait souvent des questions de commerçants.” De quoi répondre à toutes les questions des entrepreneurs et futurs commerçants.

Charte des commentaires

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, et utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans en mentionner la source. La rédaction du BBB se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office. Les commentaires sont modérés a priori.

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
ASBL Communa
L’ASBL Communa redonne vie aux logements vides à Bruxelles

Les bâtiments inoccupés sont légion dans notre capitale. Il existerait entre 15 000 et 30 000 habitations vides à Bruxelles....

Fermer