"/>
26
Nov
2015

#BrusselsLockdown : les chats envahissent la « twittosphère » lors les opérations antiterroristes. Décryptage.

Les internautes postent des photos de chats avec le hashtag #BrusselsLockdown lors des opérations policières (Photo CC)

#BrusselsLockdown : les chats envahissent la « twittosphère » lors les opérations antiterroristes. Décryptage.

26 Nov
2015

Tweeter des photos de chats : acte citoyen ou forme de résistance ?

Il y a quelques jours, des photos des chats ont envahi Twitter pour brouiller les pistes et noyer le hashtag #BrusselsLockdown. Une réponse tout en dérision et en humour à la demande de discrétion de la police, afin qu’aucune information sur les perquisitions en cours ne soit divulguée.

André Gunthert, spécialiste des usages sociaux de l’image, y voit un cas très intéressant : « C’est un usage au second degré d’une imagerie qui renvoie traditionnellement au caractère futile et inoffensif du web, vu par ses contempteurs. » Il rappelle également que cet usage “politique” du chaton avait déjà été mobilisé lorsque Banksy avait choisi ce motif en février 2015 pour ses dessins dans la bande de Gaza.

Pour le spécialiste, dans ce cas-ci, la réponse du web est plus précise : le chaton est clairement une image de la censure. « Lorsqu’on lit les commentaires ironiques qui accompagnent ces envois sur Twitter, on comprend qu’ils manifestent une vraie irritation des citoyens face à la limitation de leur droit à l’information et au témoignage. Cette forme de résistance polie, mais néanmoins grinçante, aux injonctions de l’état d’urgence est la première manifestation populaire d’une critique de l’ambiance très “va-t-en guerre” de la séquence post-attentats. »

Mateusz Kukulka est journaliste et expert en réseaux sociaux. Il a cherché à savoir d’où était venue cette initiative. Tout a commencé avec une femme belge, Sylvie, qui regardait les infos sur BFMTV où était raconté tout ce qui se passait en Belgique. Elle a remarqué ensuite le communiqué de la police. Elle a eu peur pour son ami qui travaillait dans le centre. Pour le protéger, elle a envoyé des photos de chats sur twitter pour brouiller les pistes. Après 3/4 d’heure, c’est devenu viral. Pour Mateusz Kukulka, les chats, ça fonctionne toujours ! Ils font partie du code du web. Le partage d’images a été très rapide, c’est devenu même une sorte de compétition entre les gens de celui qui envoie l’image la plus rigolote. Selon lui, ce n’est pas une réaction face à la censure, car tout a été improvisé. L’objectif de base était de ne pas donner d’informations et puis les gens se sont vite pris au jeu en oubliant peu à peu le but de ces images.

Une aide précieuse pour la police

Pour rappel, ces images sont apparues le week-end dernier, alors qu’avaient lieu à Bruxelles des opérations policières antiterroristes. Très vite, les internautes divulguent certaines informations capitales, comme les lieux où se trouvent les policiers. La police fédérale a par la suite demandé le silence radio, une consigne qui a été suivie par les médias belges et par les internautes.

Ces « lolcats » ont permis de détendre l’atmosphère dans un climat très anxiogène pour la population. Plus de 172.000 messages ont été partagés en quelques heures. Tous ces tweets de chat peuvent également être vus comme des actes citoyens. Les internautes se sont mobilisés pour venir en aide à la police et empêcher les terroristes susceptibles de suivre le hashtag #BrusselsLockdown pour avoir des informations.

L’initiative belge a largement été relayée par les médias internationaux, amusés et impressionnés d’une telle réponse ironique dans un contexte angoissant. Lors de la conférence de presse le dimanche soir, le porte-parole du parquet fédéral a tenu à remercier la presse et les utilisateurs des médias sociaux pour avoir tenu compte de la demande de la police. La police fédérale a également tenu à remercier les internautes.

Un buzz qui n’a pas échappé aux offices du tourisme des trois régions (Visit Brussels, Wallonie-Bruxelles Tourisme et Toerisme Vlaanderen) qui en ont profité pour réaliser une vidéo promotionnelle mettant à l’honneur ces chers félins.


Charte des commentaires

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, et utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans en mentionner la source. La rédaction du BBB se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office. Les commentaires sont modérés a priori.

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Fermeture des universités : les rouages d’une décision historique

À phénomène exceptionnel, mesures proportionnelles. Sur le qui-vive depuis l’alerte maximale déclenchée samedi, la capitale belge a littéralement fermé boutique...

Fermer