"/>
forest emeutes débat jeunes
23
Oct
2015

Dans le cadre de BruXitizen, un débat a été organisé sur les affrontements entre services de police et jeunes du quartier.

Les échanges ont été animés lors de la première journée de BruXitizen.

Dans le cadre de BruXitizen, un débat a été organisé sur les affrontements entre services de police et jeunes du quartier.

23 Oct
2015

25 ans après les émeutes, les jeunes Forestois dénoncent les discriminations

Mai 1991. Les jeunes issus des quartiers sensibles de Forest sont victimes de racisme et de discrimination de la part des policiers. Face à une telle attitude de la part des services de police, les adolescents se révoltent, certains pacifiquement, d’autres par la violence. Ces émeutes ont été un enjeu important dans la mobilisation des jeunes. Elles ont donné lieu à des réformes pour l’intégration. Les débats du festival BruXitizen, ce mercredi 21 octobre, ont été l’occasion de se remémorer et d’examiner l’évolution de la situation 25 ans après.

forest bruxicitizen

Un jeune Forestois intervient pendant le débat.

Au-delà des réformes et des conseils de la jeunesse, la discrimination reste un problème à résoudre selon les Forestois. Les discriminations et les violences policières font toujours partie du quotidien des jeunes Bruxellois d’origine étrangère. Une maman témoigne, la voix tremblante : « Mon fils s’est fait agresser par des policiers pour la simple raison qu’il était devant la porte de la maison avec deux copains. » La rancœur des mères de famille se fait ressentir : « Ils sont censés représenter la loi, on devrait leur accorder notre confiance, à qui pouvons-nous nous fier si ce n’est pas à eux ? »

« À l’époque, même les Belgo-belges basanés étaient tabassés car ils étaient pris pour des Maghrébins », indique Myriam Amrani, témoin des émeutes de 1991. Elle était l’une des premières filles à participer à la Maison des jeunes de Forest. Aujourd’hui, elle travaille à la mission locale de Saint-Gilles. « J’habitais à la rue des Alliés à Forest, on appelait ce quartier Sarajevo parce qu’il y avait des trous béants un peu partout. À tel point qu’on avait honte d’inviter les gens chez nous. »

Stéréotypes au travail

Au niveau de l’embauche, des discriminations sont toujours dénoncées. « La maison Audi de Forest ne donne pas leur chance aux jeunes du quartier », accuse Youssef Handichi, député régional à Bruxelles. L’élu va même plus loin dans ses exemples : « Un jour, je devais me rendre au Parlement bruxellois. Je me suis fait recaler à l’entrée du Parlement par un policier qui trouvait que ″ça n’était pas écrit sur ma tête que j’étais député″. » Il a alors décidé de porter plainte, restée sans suite.

Forest Bruxelles député débat

Youssef Handichi, député régional à Bruxelles.

La médiatisation des événements est elle aussi prise à partie durant le débat. « Les médias étaient des acteurs qui alimentaient les clichés. Quand ils nous interrogeaient, nos réponses étaient trop bien pour leur travail. Ils demandaient où se trouvaient les jeunes casseurs », relate Myriam Amrani. “À l’époque, l’école pouvait encore jouer un rôle de mobilité sociale. Mais aujourd’hui, ce n’est plus le cas car la qualité de l’enseignement a baissé”, estime-t-elle. Se défendant de tenir un discours trop négatif, elle conclut : « Nos constats ne sont ni négatifs ni cyniques. Ils sont juste réalistes. »

BruXitizen redonne la parole aux jeunes

BruXitizen est un espace de débat qui met les jeunes en présence de différents acteurs de la société civile. Deux journées-débat sont organisées le 28 octobre sur la représentation des jeunes dans les média, et le 18 novembre sur les médias et la politique de demain. BruXitizen est aussi un dispositif de journalisme participatif permettant à des étudiants de s’initier aux techniques de la profession.

Charte des commentaires

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, et utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans en mentionner la source. La rédaction du BBB se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office. Les commentaires sont modérés a priori.

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Les Auderghemois lancent “Gling”, une application pour soutenir le commerce local

L’application Gling, qui est en phase test à Auderghem, a été lancée en octobre à l’initiative de cinq jeunes Bruxellois....

Fermer