"/>
Jungle gaz lacrymogènes
08
Oct
2015

Jets de pierres et gaz lacrymogènes. A l'approche de l'hiver, les esprits s'échauffent dans la "jungle" de Calais.

Photo : Juliette Favre (BBB)

Jets de pierres et gaz lacrymogènes. A l'approche de l'hiver, les esprits s'échauffent dans la "jungle" de Calais.

08 Oct
2015

Calais : nouveau face-à-face entre CRS et migrants

Mercredi 7 octobre, des échauffourées sont survenues entre migrants et forces de l’ordre aux alentours de 18h. Après que quelques migrants sont parvenus à atteindre l’autoroute surplombant le campement, plusieurs autres ont tenté de suivre cet élan, encouragés par la clameur générale. Face à ce mouvement de foule, les CRS se sont déployés en nombre sous le pont et sur l’autoroute, formant une barrière humaine. Les étudiants du BBB, présents sur place pour un reportage à paraître prochainement, ont assisté à la scène.

Durant près de deux heures, les intimidations se sont poursuivies dans chaque camp. Aux jets de pierres des migrants, ont répondu des dizaines de tirs de gaz lacrymogènes de la part des forces de l’ordre. Parmi les manifestants, quelques activistes ont joué un rôle en excitant les esprits par des danses et en frappant sur des djembés.

Un geste politique

Ce type d’affrontement est récurrent dans la “jungle”, comme l’indique David, un volontaire venu d’Anvers qui vient régulièrement passer quelques jours parmi les migrants : “Ça arrive tout le temps parce que les gens sont désespérés. Seules deux personnes sont arrivées de l’ autre côté [ces derniers jours]. La majorité des gens ne veulent pas de violence. Seuls les jeunes recherchent un peu de distraction“. D’après le volontaire, ces mouvements de foule constituent presque un geste politique : les migrants veulent attirer l’attention sur leur sort collectif.

A l’approche de l’hiver, les migrants prennent conscience que le temps presse. La plupart d’entre eux veulent tenter de rallier l’Angleterre au plus vite afin de ne pas vivre la saison froide sous les tentes de la “nouvelle jungle”, campement de fortune situé à une heure du centre ville de Calais. L’empressement les conduit à prendre des risques et à tenter de forcer le passage en masse.

 

Jungle

Face aux gaz lacrymogènes, les migrants se couvrent le visage ou bien courent se réfugier dans les tentes (Photo : Ruben Hamburger)

Charte des commentaires

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, et utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans en mentionner la source. La rédaction du BBB se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office. Les commentaires sont modérés a priori.

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Guillaume Senez
Entretien avec Guillaume Senez, réalisateur bruxellois de « Keeper »

Guillaume Senez est franco-belge mais surtout Bruxellois. Sorti de l’Inraci en 2001, il réalise trois courts-métrages qui obtiendront de nombreux...

Fermer