"/>
Photo : melina1965 (Flickr, Creative Commons)
04
Sep
2015

Régime végétarien ou végétalien, quels dangers pour la santé ? Entretien avec Chantal Wey, nutritionniste.

Photo : melina1965 (Flickr, Creative Commons)

Régime végétarien ou végétalien, quels dangers pour la santé ? Entretien avec Chantal Wey, nutritionniste.

04 Sep
2015

“En Allemagne, 60% des végétaliens ont des carences de stade trois”

Sur Instagram, Twitter ou encore Facebook, le hashtag #govegan se répand. Les vegans, ce sont ces végétaliens qui bannissent tout produit d’origine animale, au niveau alimentaire, mais aussi dans tous les aspects de leur vie : des vêtements aux chaussures, en passant par les cosmétiques. En Belgique, le nombre d’adeptes du végétalisme ne cesse de croître. Mais sont-ils toujours bien informés des conséquences potentielles pour leur santé ? Chantal Wey, nutritionniste, nous éclaire sur les risques et les bénéfices du végétalisme.

Végétarisme, végétalisme, quelles sont les différences ?

A la base, un végétarien ne consomme ni viande, ni poisson, ni poulet, ni crustacé. Mais cela varie ; c’est un régime très individualiste. Certains se priveront uniquement de viande et s’autoriseront le poisson par exemple. Le végétalien, lui, n’accepte aucun aliment provenant d’un animal, incluant les produits laitiers, les œufs et parfois même le miel. Les raisons qui poussent à ce genre de régime sont variées, mais pour les végétaliens, c’est souvent parce qu’ils sont contre la maltraitance des animaux et pour la défense de la planète.

Au niveau de la santé, quels sont les bénéfices liés à un tel régime ?

Lorsqu’on adopte ce type d’alimentation, on consomme moins de graisse. Cela diminue donc le taux de cholestérol. On note également une diminution du risque du cancer du colon car on consomme moins de viande rouge. Pour les autres cancers, cela n’a pas été mis en évidence. Ces régimes sont riches en fibres et luttent donc contre la constipation. Les fibres ralentissent la digestion et on éprouve un sentiment de satiété plus rapidement. Cela peut également engendrer une perte de poids, mais ce n’est pas non plus toujours le cas.

Chantal Wey, nutritionniste

Chantal Wey, nutritionniste, met en garde contre les risques de carences alimentaires.

Quels sont les risques encourus par ce type d’alimentation ?

Le risque, c’est principalement de développer des carences qui peuvent engendrer des problèmes de santé. Les carences en fer, zinc et oméga 3 sont communes aux deux types de régimes. Le végétalien, étant donné qu’il ne mange aucun produit d’origine animale, peut, en plus, développer des carences en calcium, vitamine B12 et parfois en vitamine D. Une carence en fer peut provoquer de grosse fatigue, celle en calcium augmente le risque d’ostéoporose, une carence en oméga 3 accroît le risque de maladies cardiovasculaires et une carence en vitamine B12 peut engendrer des dommages neurologiques.

Où trouver ces éléments, ailleurs que dans des aliments d’origine animale ?

Une personne végétarienne peut trouver des protéines dans les produits laitiers, les œufs, les légumineuses, le tofu, les noix, les graines, les levures et dans les produits céréaliers. C’est la même chose pour les végétaliens, à l’exception des produits laitiers et des œufs. Pour une personne adepte du végétalisme, il est également conseillé de consommer des boissons enrichies en calcium telles que des liquides de soja. Pour éviter des carences en oméga 3, on peut se tourner vers les huiles de noix, de colza ou de lin. Les omégas 3 sont également présents dans les œufs de poules nourries avec des graines de lin. Les compléments alimentaires vendus en pharmacie sont là en dernier recours, le but n’étant pas de se nourrir de pilules.

Être suivi par un professionnel lorsqu’on se lance dans un tel régime est-il indispensable ?

Rien n’a été réglementé, chacun peut se définir comme étant végétarien en suivant un régime qu’il a lui même déterminé. Mais il faut quelqu’un pour les guider, notamment pour faire des prises de sang pour voir s’il y a des carences ou non. En Allemagne, 60% des végétaliens ont des carences de stade trois… en sachant que le stade quatre engendre des dommages cérébraux irréversibles ! Mais est-ce que ces personnes sont guidées, surveillées ? Quand on se lance dans de tels régimes, le tout est de bien savoir équilibrer ses repas, de bien associer les aliments.

Charte des commentaires

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, et utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans en mentionner la source. La rédaction du BBB se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office. Les commentaires sont modérés a priori.

One Response to ““En Allemagne, 60% des végétaliens ont des carences de stade trois””

  1. mariemaried@hotmail.com' Marie D dit :

    Je vous propose de vous renseigner aussi chez des personnes qui sont réellement végétaliennes et non chez une personne qui a appris ce qu’elle sait dans ses formations. Voici quelques exemples : https://www.youtube.com/watch?v=6H5PEVjuCCI

    https://www.youtube.com/watch?v=_dsrTMR2qJk

    Bien à vous,

    Marie D

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
« Des racines et des ailes » pour les demandeurs d’asile

Mars 2015. Au centre « Des racines et des ailes », une centaine de demandeurs d’asile sont accueillis. Ils y mangent, y...

Fermer