16
Mar
2017

La friterie Maison Antoine va être démolie, avant d'être reconstruite. Le célèbre pavillon octogonal trône sur la place Jourdan depuis près de 70 années.

L'ancien bâtiment de la célèbre enseigne Maison Antoine va connaître une profonde cure de jouvence, et n'aura bientôt plus même allure. Photo : Florentin Vincke

La friterie Maison Antoine va être démolie, avant d'être reconstruite. Le célèbre pavillon octogonal trône sur la place Jourdan depuis près de 70 années.

16 Mar
2017

La frite, moteur de la place Jourdan ?

Depuis le mardi 14 mars, l’ambiance n’est plus la même sur la place Jourdan. Le bâtiment central qui abrite depuis de longues années l’une des meilleures friteries de Bruxelles est toujours là. Mais à l’intérieur, on s’affaire pour démonter le matériel et vider les lieux, avant la démolition. Les volets sont fermés, mais pas d’inquiétude : le glas n’a pas encore sonné pour la Maison Antoine. Juste en face, le fritkot qui remplace temporairement l’établissement “en dur” rassure les amoureux des pommes de terres frites, hamburgers, mitraillettes et autres gourmandises bien de chez nous.

La Maison Antoine et son bâtiment, c’est une partie de l’histoire de Bruxelles et de la commune d’Etterbeek. Nombreux sont les clients comparant la friterie à une institution. Sa renommée rejaillit sur le quartier et joue un rôle important dans la dynamique etterbeekoise. Les frites grésillant dans la graisse de la “Maison Antoine” sont-elles pour autant le carburant nourrissant le moteur de la place Jourdan ?

A deux pas du quartier européen

Une des forces de la friterie enracinée depuis 1948 à Etterbeek, c’est justement sa localisation. Le quartier européen tout proche offre son lot d’employés à la Commission européenne qui viennent se ressourcer au comptoir de la Maison Antoine. “Un collègue m’a conseillé de venir ici, c’est tout près de mon lieu de travail, et la qualité des produits y est reconnue” explique un client, costumes sur les épaules, badge autour du cou.

Les clients d’un jour deviennent bien souvent des clients de toujours, ou presque. Les habitués s’arrangent parfois pour passer par la place Jourdan, et ainsi se faire un petit plaisir en commandant un cornet. Pour certains, place Jourdan et Maison Antoine, c’est quasiment un pléonasme.

Célèbre jusqu’aux Etats-Unis

Pour bon nombre d’habitants et de travailleurs bruxellois, la friterie de la place Jourdan n’a plus de secrets. La qualité des mets à déguster a porté Antoine aux nues dans Bruxelles, mais également au delà de nos frontières. Le célèbre journal américain The New York Times faisait son éloge dans un de ses articles, en 2013. Italiens, Espagnols, Américains ou même Canadiens ne peuvent quitter la capitale sans avoir fait un arrêt à la place Jourdan.

Cette célébrité, la friterie la doit également aux nombreuses personnalités qui y ont transité. “Johnny Hallyday est venu ici” rappelle fièrement une habituée. Plus récemment encore, c’est la visite de la chancelière allemande Angela Merkel qui a retenu l’attention. Sur les vitres du bâtiment, on pouvait même retrouver des photos et signatures de stars venues y faire un tour. Ces visites hors du commun ont servi la renommée de la friterie, qui s’est fait une place de choix dans la plupart des bons plans touristiques.

Les cafés comme partenaires

Les nombreux touristes qui passent par Bruxelles chaque année viennent se restaurer place Jourdan, et nourrissent la réputation de la friterie. Tous les guides touristiques répertorient la Maison Antoine dans leurs pages et sur leur sites, ce qui donne à l’établissement une dimension non négligeable au pôle tourisme de la commune d’Etterbeek. Les cafés établis autour du géant de la frite jouissent de son rayonnement. “Les heures d’ouverture de la friterie influent sur le trafic drainé sur la place” explique une des employées. Les cafés en profitent. Rien d’étonnant puisqu’ils laissent volontiers les clients s’installer sur leur terrasse avec les frites de chez leur voisin.

Sans la friterie, le chiffre d’affaire des tenanciers alentours serait profondément différent. Rien ne suppose que le déménagement dans le fritkot mobile aura une incidence sur la fréquentation de la Maison Antoine. Même si la consommation baisse légèrement, ce ne serait rien comparé à la fermeture complète de l’établissement le temps des travaux. Carine, l’un des visages de la friterie depuis près de 27 ans, relativise : “les files et l’attente seront sans doute plus longues et les choix proposés sont réduits par rapport à d’habitude. Mais on fait au mieux… Tout en rassurant les clients : ce n’est que temporaire“. Il faudra donc se contenter du foodtruck durant cette période de transition, sans que cela n’ait de répercussions sur la qualité des produits.

“Ca fait 25 ans qu’on est dans ce bâtiment-là, donc ça va nous faire un petit pincement au coeur”

L’organisation des employés n’est pas encore à son meilleur niveau, après les premières heures passées dans leur nouveau lieu de travail. Il faut s’habituer et ne pas se marcher sur les pieds quand on est trois dans le camion. Mais ce n’est pas insurmontable. Ce qui sera probablement plus délicat pour les employés de la Maison Antoine, c’est de voir l’ancien bâtiment disparaître. L’âme de l’établissement ne sera sans doute plus la même dans ses nouveaux murs. A charge pour les employés de la faire perdurer encore de longues années, au delà des 70 bougies que la célèbre enseigne soufflera en 2018.

Une place en travaux

La rénovation du bâtiment de la Maison Antoine n’est pas le seul changement que connaîtra la place Jourdan. Amorcé depuis plusieurs années, le projet de refonte de la place va enfin démarrer. Si le nouveau quartier général consacré à la friterie devrait être terminé au bout de six mois, les travaux de la place seront deux à trois fois plus longs.

Le parking va disparaître au profit d’une zone semi-piétonne, ce qui permettra aux terrasses des cafés situés sur place de s’agrandir. De quoi ravir les tenanciers des établissement qui bénéficieront ainsi de plus d’espace. Les amateurs auront aussi l’occasion de s’installer en terrasse pour se régaler de frites dorées, en profitant des beaux jours. Tout profit également pour la “Maison Antoine” : la libération de l’espace jusqu’ici réservé aux voitures, couplée à la construction d’un bâtiment flambant neuf, devrait appuyer l’hégémonie de la célèbre friterie. De quoi encore augmenter son poids dans la vie etterbeekoise.

Charte des commentaires

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, et utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans en mentionner la source. La rédaction du BBB se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office. Les commentaires sont modérés a priori.

One Response to “La frite, moteur de la place Jourdan ?”

  1. nissik3000@yahoo.ca' nicolas Evrein dit :

    Que de bonnes nouvelles! On parle de files de 40 à 60 minutes
    Mais il y aurait une solution.
    C’est d’ajouter un service Spécial – un peu comme dans les
    foires – où en payant un SUPPLEMENT on pourrait avoir
    soit une priorité ou guichedt spécial. Ainsi des gens comme Merkel ou Johnny H. ou tout simplement MM X auraint la possibilité de ce service – sans culpaliser.

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Coursiers Deliveroo 2
ECO&co. Et si on chattait autour de Deliveroo, Uber et toute la bande ?

Chaque jeudi matin, le BBB vous invite à découvrir un concept économique dans un format ludique et original. C'est le...

Fermer