"/>
05
Oct
2015

Son travail, l'éducation de son fils, sa mort... David Miller n'a rien réussi.

Patrick Lapp et Carmen Maura incarnent deux des trois rôles phares de La Vanité de Lionel Baier.

Son travail, l'éducation de son fils, sa mort... David Miller n'a rien réussi.

05 Oct
2015

“La Vanité”, une vie et une mort inachevées

Dans un motel suisse, lors d’une nuit d’hiver, un homme atteint d’un cancer veut en finir avec sa vie. David Miller, vieil architecte qui n’a jamais achevé son travail, décide de mourir précisément à cet endroit qu’il a construit avec sa femme, décédée.

Pour passer à l’acte, il a recours à une association d’aide au suicide. Mais rien ne se passe comme prévu. La dame chargée de l’euthanasier, Esperanza, aime trop la vie pour céder à sa demande. Elle voit en lui son mari mort d’un cancer qu’elle n’a pas su aider à partir dignement. Son voisin de chambre, Tréplev, un jeune prostitué d’origine soviétique parlant l’espagnol, tente quant à lui de le faire tomber dans les griffes de l’amour. L’homme pense qu’il pourrait donner du plaisir à David pour qui les jours sont comptés. Tout au long du film, un rapprochement gêné se crée entre les personnages.

Déterminé à en finir

Mais David, interprété par Patrick Lapp, vit dans le déni des autres et veut tout contrôler. Alors qu’il a abandonné son fils Cecil lorsqu’il n’était qu’un enfant, il ne croit plus en rien. Ni l’hésitation d’Esperanza ni les larmes de Tréplev ne l’arrêteront. Il tente le tout pour le tout : la corde, les bouts de miroirs brisés, l’oreiller… mais il n’arrive jamais à ses fins. Encore une fois…

Insensible mais attachant

Dans cette tragicomédie à la bizarrerie séduisante sur l’euthanasie, le spectateur est balloté entre cynisme, mélancolie mais aussi tendresse et affection. « Je peux vous embrasser avant de vous dire au revoir ? », prononce Esperanza, avant de lui administrer un cocktail médical, qui est finalement absorbé par le tapis de la chambre. Encore loupé…

Les personnages abordent avec excellence la vie, la mort, le désir, le mensonge et le dilemme. « Vous devez aller parler à votre fils », lui lance Tréplev pendant que « M. Miller » regrette, sans jamais l’avouer, ce qu’il a fait subir à son fils.

On aurait préféré…

Petit bémol toutefois, la réflexion sur l’euthanasie ne va pas assez loin. Même si le réalisateur Lionel Baier parvient à aborder l’euthanasie de manière théâtrale, parfois avec humour, on aurait aimé une analyse plus psychologique et introspective du personnage. Le film, pourtant court (75 minutes), s’enferme dans un huis clos lassant et les mystères, tantôt longs, tantôt irrésolus, font perdre le fil au spectateur.

En pratique : diffusion ce lundi 5 octobre, à 20 heures, au BOZAR à Bruxelles.

 

Charte des commentaires

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, et utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans en mentionner la source. La rédaction du BBB se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office. Les commentaires sont modérés a priori.

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Valérie Debroux, étudiante bruxelloise
Valérie Debroux, une bénévole du FIFF aux petits soins pour son invité

A la caisse d’une boutique Base, Valérie Debroux, bénévole en charge des invités du festival, patiente en manipulant un flyer....

Fermer