"/>
16
Mar
2016

Après les perquisitions dans leur commune, les Forestois, dans les cafés ou les écoles, refusent de succomber à la peur.

La place Saint-Denis de Forest a retrouvé son calme ce mecredi 16 mars. Photo : BBB

Après les perquisitions dans leur commune, les Forestois, dans les cafés ou les écoles, refusent de succomber à la peur.

16 Mar
2016

“La vie doit continuer” : les perquisitions de Forest vues par les habitants

Bruxelles est à nouveau au cœur de l’attention. Ce mardi 15 mars, un homme a été tué lors d’une perquisition à Forest, menée dans le cadre de l’enquête sur les attentats de Paris. Après un grand coup de tension, notamment dans les établissements scolaires, le calme revient dans la commune bruxelloise. Pour les habitants, il s’agit de ne pas laisser l’image de Forest se ternir.

« On ne veut pas que Forest soit considéré comme le nouveau Molenbeek ! » s’indigne Roland, un habitué du café « Au ballon » de la place Saint-Denis à Forest. Selon lui, l’image de Molenbeek a été abîmée ces derniers mois par le traitement médiatique et il refuse que sa commune subisse le même sort.

Ce mardi, suite à la demande de la police, les accoutumés du café ont dû quitter leur bar. Ce matin, la vie avait repris son cours mais le débat tournait autour de leur place Saint-Denis barricadée et des perquisitions. Aucun d’entre eux n’avait jamais connu un tel événement dans leur commune. A midi, les yeux sont rivés sur le poste de télévision pour une émission “spéciale Forest”. Les Forestois échangent leurs points de vue, leurs craintes et préoccupations. Beaucoup angoissent notamment pour la jeunesse. Ils s’interrogent sur l’avenir de leurs enfants dans ce climat de menace terroriste. D’autres, comme Roland, essayent de ne pas céder à la peur : “J’espère que les gens viendront quand même au marché de Forest ce samedi. C’est un moment agréable et la vie doit tout de même continuer.” 

Les écoliers impressionnés

Plusieurs établissements, tels que l’école primaire Sainte-Alène, ont été bouclés suite aux perquisitions. Grâce aux réseaux sociaux, les institutrices ont pu être prévenues des opérations en cours à Forest. Elles ont dès lors appelé les services de police qui leurs ont demandées de garder les élèves dans l’institut. Nancy Van Weereld, assistante de la direction, informait les parents de la situation. “Je suis sortie car tous les parents attendaient. Je leur ai expliqué la situation et ils ont été très compréhensifs. Ils ont compris que les enfants étaient plus en sécurité ici”.

Pendant deux heures, la mission des institutrices était d’animer les enfants, de les rassurer et de répondre à leurs questions sans trop les apeurer. Vers 17 heures, la police a autorisé les institutrices à libérer les écoliers. « Les parents étaient tout de même effrayés, certains enfants ont beaucoup pleuré en courant vers eux. On ressentait vraiment le soulagement de retrouver les membres de leur famille » explique Nathalie Poot, institutrice.

Aujourd’hui, l’inquiétude a tourmenté beaucoup de parents. Plusieurs d’entre eux ont décidé que leurs enfants n’iraient pas à l’école. Dans les classes situées à l’étage de l’école, on comptait moins de 20 élèves alors que d’habitude ils sont 63. Quant aux institutrices, elles avaient organisé des temps de parole dédiés aux événements. Les élèves ont pu exprimer leur ressenti, parler de ce qu’ils avaient entendu et poser des questions. « Les enfants ont vraiment été marqués par le fait que beaucoup de personnes ne pouvaient pas descendre sur la place Saint-Denis » raconte Nathalie Poot. Après plusieurs échanges, elle a alors tenté de leur expliquer les liens entre la Belgique et les attentats de Paris. Lors de la récréation, les tracas étaient pour la plupart oubliés.

 

Charte des commentaires

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, et utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans en mentionner la source. La rédaction du BBB se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office. Les commentaires sont modérés a priori.

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
L’ASBL L’ilôt : accompagner les SDF sur la durée

Autour du CPAS de Saint-Gilles, des experts se sont réunis pour parler des difficultés rencontrées par les sans-abris. Ils constatent...

Fermer