"/>
08
Mar
2017

Pendant la semaine de carnaval, 120 jeunes se sont prêtés au jeu des députés dans une simulation parlementaire.

21e édition du Parlement Jeunesse dans l'hémicycle du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles

Pendant la semaine de carnaval, 120 jeunes se sont prêtés au jeu des députés dans une simulation parlementaire.

08 Mar
2017

Le Parlement Jeunesse met la francophonie à l’honneur

Du 26 février au 3 mars 2017, a eu lieu la 21e édition du Parlement Jeunesse. Dans l’hémicycle du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, 120 jeunes venant de tous horizons étaient réunis afin de débattre de quatre décrets fictifs. Parmi les députés, cinq délégations étrangères étaient présentes : le Québec, le Jura suisse, la Vallée d’Aoste, le Sénégal et la Louisiane. Nous sommes allés à la rencontre de ces jeunes intéressés par la politique pour recueillir leurs impressions au cours de l’expérience.

“Je voulais absolument revenir au PJ” – Simon Talles, Canadien

Simon Talles dans l'hémicycle du parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles à l'occasion de la 21e édition du Parlement Jeunesse

Simon Talles, Canadien (Crédit photo : Sarah Barbier)

Le Parlement Jeunesse de la FWB est inspiré du Parlement Jeunesse du Québec (PJQ). C’est ainsi que depuis le début, au moins un Québécois siège chaque année dans l’hémicycle du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Cette année, ils sont même cinq. Parmi eux, il y a Simon Talles, étudiant en droit à l’Université de Montréal et chef de la délégation québécoise dans le cadre de la collaboration entre les deux simulations parlementaires.”C’est la deuxième fois que je participe au PJ. Je suis revenu car j’adore cette expérience. Ça me fait plaisir de voir que la Francophonie rayonne partout et que nous avons des cousins francophones en Europe”, explique-t-il.

J’aime particulièrement la structure ici. Nous passons plus de temps en commission et donc nous travaillions les décrets de manière plus approfondie. C’est différent de chez nous. Les projets de décrets de cette 21e édition sont novateurs et intéressants”. Simon apprécie  de pouvoir confronter ses idées avec des gens de cultures différentes qui ont évolué dans des environnements sociaux et politiques variés. Selon le jeune québécois, c’est également l’occasion de débattre de sujets complexes et d’être à l’écoute d’autrui.

“Une opportunité pour pratiquer le français” – Bennett Anderson, Louisien

Bennett Anderson, Louisien, dans l'hémicycle du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles à l'occasion de la 21 édition du Parlement jeunesse

Bennett Anderson, Louisien (Crédit photo : Sarah Barbier)

Bennett Anderson, étudiant de 21 ans en économie à La Nouvelle-Orléans, a surpris de nombreuses personnes par sa maîtrise du français. Il a appris à plus d’un parlementaire en herbe que la langue de Molière est toujours parlée en Louisiane.

Ce jeune Américain est motivé par l’apprentissage des langues. “J’aime énormément le français. Le Parlement Jeunesse est une belle opportunité pour le pratiquer car, chez moi, peu de jeunes parlent encore votre langue. Ce sont plutôt les personnes âgées. J’aime aussi la Belgique. Votre situation politique avec votre système fédéral est vraiment fascinante. J’apprends énormément”.

Je compte présenter ce type de projet quand je rentrerai” – Maïmouna Tamab, Sénégalaise

Maïmouna Tamab dans l'hémicycle du parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles à l'occasion de la 21e édition du Parlement Jeunesse

Maïmouna Tamab, Sénégalaise (Crédit photo : Sarah Barbier)

Cette année, l’ASBL a également le plaisir d’accueillir Maïmouna Tamab, une jeune sénégalaise de 26 ans.”J’aime beaucoup cette simulation. Nous n’avons pas cela dans mon pays. Je compte présenter ce type de projet quand je rentrerai au Sénégal. Je pense que c’est faisable, car nous organisons déjà des visites afin d’informer de ce qu’il se passe dans l’hémicycle. En plus, je travaille déjà pour mon Parlement où je suis interprète pour le douala, une langue qui vient d’être reconnue par le Sénégal”, déclare Maïmouna. 

Cette femme profite pleinement de sa participation aux commissions. Au Sénégal, elle n’a pas cette occasion car celles-ci se déroulent en huis clos. Maïmouna Tamab apprécie particulièrement l’ouverture d’esprit des Belges et la capacité des jeunes à pouvoir s’exprimer.

“Le Parlement Jeunesse m’a permis de confronter mes idées” – Federica Pastoret, Italienne

Federica Pastoret, Italienne (Crédit photo : Sarah Barbier)

Federica Pastoret vient d’un petit village situé à 1200 mètres dans la Vallée d’Aoste, au nord de l’Italie. “Je suis venue pour rencontrer des jeunes ayant des idées différentes des miennes. Nous ne pensons pas de la même manière. Puis cette année est la dernière où je pouvais participer, car j’ai atteint l’âge maximum pour cette simulation”, explique Federica.

L’Italienne a adoré le travail d’équipe effectué tout au long de la semaine et l’entraide mutuelle entre les députés. “Quand je ne comprenais pas bien, il y avait toujours quelqu’un pour m’aider à mieux saisir”.

“Le Canton du Jura a demandé de l’aide à la Francophonie” – Simon Schneider, Suisse

Cette simulation dépasse toutes mes espérances.C’est exceptionnel et palpitant. Je débats avec des gens passionnés, intéressants et qui ont des arguments à défendre. Ça me permet de modifier mes propres propositions”, exprime Simon Schneider. De manière générale, il y a une bonne ambiance.

Simon Schneider à la tribune de l'hémicycle du parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles à l'occasion de la 21e édition du Parlement Jeunesse

Simon Schneider, Suisse (Crédit photo : Sarah Barbier)

Ce Suisse de 25 ans est en dernière année de droit économique. Il est venu à Bruxelles car la Fédération Wallonie-Bruxelles envoie chaque année une invitation au Canton du Jura pour recevoir une délégation suisse. L’objectif est de rapprocher ces deux régions.

Autant les Belges que les étrangers ont adoré participer à cette 21e édition. Les députés sont retournés chez eux avec des souvenirs plein la tête. Avant d’être une expérience démocratique, le Parlement Jeunesse est une expérience humaine.

 

 

 

Charte des commentaires

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, et utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans en mentionner la source. La rédaction du BBB se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office. Les commentaires sont modérés a priori.

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Femmes qui défilent à l'occasion du 8 Mars au Dungu, province de la RD Congo
Pourquoi le 8 mars n’est pas un jour férié ?

Aujourd’hui est une journée spéciale. Plus spéciale dans certains pays que dans d’autres. En Russie, le 8 mars est carrément...

Fermer