"/>
Marie, en uniforme, adossée à son plan de travail
09
Déc
2016

Marie prépare les repas de 300 enfants, rares bruxellois à bénéficier encore d’une cantine scolaire « maison ».

Photo : BBB

Marie prépare les repas de 300 enfants, rares bruxellois à bénéficier encore d’une cantine scolaire « maison ».

09 Déc
2016

Marie, cheffe étoilée par les enfants de l’école Plein Air

C’est à 12 ans que Marie Natkiel fait ses premiers pas en cuisine, dans le restaurant familial. En quittant ses humanités, elle entreprend des études de photographie à l’INRACI. Cependant, après plusieurs mois de photographie publicitaire et scolaire, elle réalise que le monde la restauration lui conviendrait mieux. C’est après avoir travaillé une dizaine d’années au sein d’un restaurant qu’elle n’hésite cependant pas une seule seconde pour accepter le poste que l’école « Plein air » d’Uccle lui proposait.

Un défi colossal

Préparer le repas pour 300 petites têtes blondes, c’est tout autre chose que de nourrir ses deux enfants. Cela demande une sacrée organisation et une cuisine digne de ce nom. « Mon four, c’est mon allié le plus terrible dans ma cuisine ! » Sans formation particulière en restauration, Marie cuisine à l’intuition. Elle teste et évolue au fil des remarques et des critiques qu’elle reçoit des parents, des professeurs, mais surtout, des enfants.

Par ailleurs, si tout le monde l’apprécie tant, c’est parce qu’elle a su garder le côté authentique de la cuisine. À l’heure où beaucoup d’écoles sont fournies par des industriels, Marie s’attelle chaque jour à son activité préférée. Elle prend à cœur de proposer un menu diversifié, qui ravit les enfants tout en les ouvrant à de nouveaux goûts. Repas traditionnels, plats végétariens ou cuisine du monde, Marie n’est jamais à court d’idées. Et cette ouverture culinaire plaît aux parents.

De la soupe aux lasagnes, en passant par le chili con carne, le riz indien et la cuisine grecque, rien ne lui fait peur. Les enfants avouent aimer que Marie essaie de nouvelles recettes, même si ce n’est pas toujours au goût de tout le monde. « Je déteste faire des choses qu’ils n’aiment pas. Mais parfois, je dois le faire quand même”, sourit-elle, “On ne peut pas leur faire que des frites tous les jours ! Je sais qu’il y a des choses qui ne passent pas, ce n’est pas toujours gai. Quand je vois que la nourriture revient, je suis déçue, même si, à la base, je sais que ça ne va pas faire l’unanimité ! »

 

Reine de la cour de récré

Pleine d’énergie et totalement épanouie dans son travail, Marie a un très bon contact avec tous les enseignants. Ceux-ci s’arrêtent volontiers dans sa cuisine pour bavarder quelques instants. Endroit qui tient une position centrale dans l’école. C’est un lieu de vie important, où tout le monde passe très facilement. Personne ne manque de s’arrêter pour saluer notre cuisinière.

Au moment de la collation, les enfants débarquent à la porte de la cuisine : « Marie, Marie, qu’est-ce qu’on mange aujourd’hui ? » Pétillante et souriante, celle-ci a un mot particulier pour chaque enfant, et elle connaît tous les prénoms.

Après 5 ans, cette « bonne cuisinière », comme la décrivent les enfants, a aujourd’hui fait ses preuves. C’est à l’unanimité qu’ils s’accordent pour dire que ses petits plats sont délicieux. Marie, très dynamique et humble se décrit comme une cuisinière et ne s’affirme pas cheffe cuistot. Pourtant, si elle ouvrait son restaurant, tout le monde à l’école serait ravi de s’y aventurer. Certains avouent même secrètement préférer manger à la cantine plutôt qu’à la maison…

 

Marie avec une casserole

Chaque matin, Marie prépare la soupe qu’elle servira pour la collation. © Lucie Delplanque

Charte des commentaires

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, et utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans en mentionner la source. La rédaction du BBB se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office. Les commentaires sont modérés a priori.

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Mario Rausa
Une journée dans la fourgonnette givrée de Mario

Parmi la soixantaine de camionnettes à crèmes glacées que compte la capitale, celle de Mario interpelle. Blanche, rétro, unique, elle arpente...

Fermer