"/>
06
Mai
2016

Une immersion féminine dans des cafés traditionnellement fréquentés par des hommes.

Un café bruxellois fréquenté par les hommes.

Une immersion féminine dans des cafés traditionnellement fréquentés par des hommes.

06 Mai
2016

Quand deux femmes partent à la conquête des « cafés pour hommes »

Mardi 18h00. Avenue Stalingrad dans le centre de Bruxelles, où la population originaire du monde arabe est importante. Deux femmes ont décidé d’investir ces cafés pour casser les a priori et dépasser les tabous quant à ces lieux traditionnellement fréquentés par des hommes. Des clients sont attablés sur la terrasse d’un café, emmitouflés dans leurs manteaux tandis que deux hommes discutent debout devant l’entrée, cigarette à la main. Par galanterie, l’un d’eux ouvre la porte aux deux femmes venues boire un verre. Une fois à l’intérieur, les visages étonnés des clients se tournent instantanément vers ces deux jeunes femmes et les suivent longuement du regard. Une fois installées, l’une d’elles commande un thé à la menthe, alors que l’autre prend un café au lait.

Le décor est plus proche de celui d’une cafétéria que d’un café.  Sur le comptoir se trouvent des pâtisseries orientales. Les murs sont tapissés de miroirs. Sobre et fonctionnel. La télévision trône dans un coin de la pièce où sont diffusées en sourdine les informations en arabe. Quelques hommes continuent de les observer en biais, d’autres les regardent franchement intrigués. Le sentiment d’être des intruses commence à habiter les deux femmes. Il y a comme un « elles » et un « eux » qui sépare, qui différencie. Après une quinzaine de minutes pourtant, plus aucun client ne fait attention à elles. Ils sont à nouveau lancés dans leurs discussions, jouent aux cartes ou sont occupés sur leurs téléphones portables. Ils oublient leur présence, et elles leur malaise.

L’occasion pour les jeunes femmes d’aller poser des questions au serveur, Mohamed El Bouchtili quant au fait de ne trouver aucune autre femme en ces lieux. Il explique : « Les femmes peuvent venir, bien sûr et ça arrive quelques fois, sauf que généralement elles ne se sentent pas à l’aise à cause de l’ambiance bruyante qui règne dans le café. Regardez autour de vous, ici tout le monde joue aux cartes ou bien regarde des matchs de foot.  » Et d’ajouter : « La plupart de mes clients sont originaires du monde arabe. Après le boulot, ils aiment se retrouver entre amis pour boire une boisson, discuter de leur quotidien avant de rentrer chez eux. »

Elles lancent ensuite la discussion avec Najim, marocain de 45 ans, qui leur explique : “Je ne suis pas contre la présence de ces femmes. Il n’y en a juste pas. Je peux comprendre qu’elles se sentent menacées par notre présence, mais nous ne sommes pas là pour les ennuyer. C’est un moment privilégié, on se retrouve entre amis,  on regarde le foot pour ne pas ennuyer nos femmes à la maison.” Hamid, 34 ans, ajoute : « C’est vrai que lorsqu’on voit une jeune femme passer, ça nous amuse de lui dire bonjour ou de la draguer, mais c’est un délire entre potes. On va jamais se permettre d’être méchants ou quoi que ce soit. Ce café, c’est notre moment détente ».

Arrive le moment de rentrer pour les deux jeunes femmes. Sur le chemin de retour, leur conversation porte sur cette activité. Une action symbolique qu’elles jugent enrichissante et intéressante. Il est certain qu’elles renouvelleront l’expérience.

AWSA-Be (Arab Women’s Solidarity Association) a lancé depuis mars 2008 une activité sous le nom « femmes aux cafés ». Des sorties mensuelles sont programmées dans des cafés bruxellois fréquentés par la population arabe ou plus précisément par des hommes. Le but de cette initiative est de créer un espace d’échange sincère, respectueux et ouvert entre hommes et femmes.

El Hamamouchi Ilhem

Loubaris Maha

Bienvenue chez les Maroxellois
Regards croisés sur les identités belges et marocaines
Durant une semaine, des étudiants marocains de l’ISIC (l’Institut supérieur de l’information et de la communication) et des étudiants belges de l’IHECS (Institut des hautes études de communication sociale) ont travaillé ensemble au sein de la rédaction du Bruxelles Bondy Blog. Ces futurs journalistes ont été réunis autour d’un thème commun : « Bienvenue chez les Maroxellois ». Une façon de qualifier l’échange inter-culturel en cours, mais aussi un clin d’œil à une expression qu’utilisent certains Bruxellois d’origine marocaine en référence à leurs identités plurielles.
L’objectif fixé était de co-écrire des reportages, de croiser les points de vue et les interprétations sur des sujets portant sur les identités des Belges, des Marocains et des Belgo-Marocains. Parmi leurs projets d’articles, les étudiants se sont notamment intéressés à la survivance de la culture marocaine au sein des communautés immigrées de deuxième ou troisième génération, mais aussi aux adaptations et transformations locales des traditions. Retrouvez tous les articles réalisés par les étudiants dans le cadre de ce projet sur le Bruxelles Bondy Blog.

Charte des commentaires

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, et utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans en mentionner la source. La rédaction du BBB se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office. Les commentaires sont modérés a priori.

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Salim Flagey
Quand les Marocains viennent étudier à Bruxelles

À l'heure où les sujets d'intégration des étrangers en Belgique sont d'actualité, le BBB, accompagné d'étudiants de Rabat, s'est penché...

Fermer