"/>
09
Mai
2016

Juif, marocain, ucclois, psychanalyste, conservateur d'art. Paul Dahan c'est la diversité à l'état pur !

Le musée d'art juif marocain, à Uccle.

Juif, marocain, ucclois, psychanalyste, conservateur d'art. Paul Dahan c'est la diversité à l'état pur !

09 Mai
2016

Rencontre avec Paul Dahan : juif, marocain et bruxellois

Paul Dahan, c’est toute une histoire ! Né à Fès en 1947 d’une mère marocaine et d’un père juif, ce psychanalyste est aujourd’hui conservateur du Musée d’art  juif marocain de Bruxelles. Grand passionné d’art, c’est dans sa cave, son endroit secret à lui, que nous le retrouvons.

“L’identité est complexe, on la construit en fonction de l’environnement dans lequel on grandit”

Véritable citoyen du monde, Paul Dahan est le symbole même de la diversité, tant au niveau de ses origines que de sa façon de penser. Premier exemple, son prénom, qu’il tient directement de son père puisqu’il était directeur de la maison Paul Ricard au Maroc. Anodin peut-être. Et pourtant, cette petite histoire synthétise tout son parcours. Lui qui se dit Juif arabe, ayant toujours été entouré d’amis musulmans. Grand voyageur, Paul Dahan a fait de nombreuses rencontres, et c’est grâce à elles qu’il s’est enrichi, qu’il s’est construit : “Moi j’ai besoin d’être dans la diversité, me retrouver avec quelqu’un qui est comme moi, ça n’a pas grand intérêt“.

Paul Dahan, conservateur du Musée d’art  juif marocain de Bruxelles.

Paul Dahan, conservateur du Musée d’art juif marocain de Bruxelles.

Une recherche de l’autre, et une recherche de soi, c’est ce qui a motivé Paul Dahan a explorer l’art juif marocain sous toutes ses formes, des manuscrits aux objets religieux, jusqu’aux bijoux et même aux vêtements. Il détient aujourd’hui l’une des plus grandes collections de manuscrits juifs marocains, un véritable trésor qu’il expose régulièrement avec soin à Bruxelles.

“Pour un étranger de s’intégrer c’est beaucoup plus difficile”

Bruxelles, ville cosmopolite et multiculturelle. C’est la métropole dans laquelle Paul Dahan se sent enfin à l’aise, à tel point qu’il y dépose définitivement ses valises. Pourtant, le contexte actuel est différent, Bruxelles divise et se déchire. “Pour un étranger de s’intégrer c’est beaucoup plus difficile, il y a ceux qui restent enfermés” estime-t-il. L’idée que se faisait Paul Dahan de la capitale belge il y a quelques années paraît déjà écornée. Il l’admet, les choses ont changé ; la scission se dessine de plus en plus entre les gens. Mais l’homme n’a de cesse de prôner la rencontre avec l’autre, le partage. Il invite à refuser toute forme de stigmatisation : “Moi-même, je ne généralise jamais et c’est ce que j’inculque à mes enfants : ne jamais dire “les Juifs”, “les musulmans”, etc. C’est une façon de stigmatiser un problème“.

Au fil d’une promenade dans le musée d’art juif marocain, Paul Dahan nous livre ses réflexions sur l’identité, un concept qu’il conjugue forcément au pluriel.

 

Bienvenue chez les Maroxellois
Regards croisés sur les identités belges et marocaines
Durant une semaine, des étudiants marocains de l’ISIC (l’Institut supérieur de l’information et de la communication) et des étudiants belges de l’IHECS (Institut des hautes études de communication sociale) ont travaillé ensemble au sein de la rédaction du Bruxelles Bondy Blog. Ces futurs journalistes ont été réunis autour d’un thème commun : « Bienvenue chez les Maroxellois ». Une façon de qualifier l’échange inter-culturel en cours, mais aussi un clin d’œil à une expression qu’utilisent certains Bruxellois d’origine marocaine en référence à leurs identités plurielles.
L’objectif fixé était de co-écrire des reportages, de croiser les points de vue et les interprétations sur des sujets portant sur les identités des Belges, des Marocains et des Belgo-Marocains. Parmi leurs projets d’articles, les étudiants se sont notamment intéressés à la survivance de la culture marocaine au sein des communautés immigrées de deuxième ou troisième génération, mais aussi aux adaptations et transformations locales des traditions. Retrouvez tous les articles réalisés par les étudiants dans le cadre de ce projet sur le Bruxelles Bondy Blog.

Charte des commentaires

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, et utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans en mentionner la source. La rédaction du BBB se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office. Les commentaires sont modérés a priori.

One Response to “Rencontre avec Paul Dahan : juif, marocain et bruxellois”

  1. […] Rencontre avec Paul Dahan, fondateur du Centre de la culture judéo-marocaine […]

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Quand deux femmes partent à la conquête des « cafés pour hommes »

Mardi 18h00. Avenue Stalingrad dans le centre de Bruxelles, où la population originaire du monde arabe est importante. Deux femmes...

Fermer